Ours et conférence environnementale : Ferus et l’Adet dérapent ….

 

A la suite de la diffusion d’une lettre commune aux deux associations écologistes pro-ours, ADET et Ferus, adressée à la Ministre de l’écologie, la coordination pyrénéenne ADDIP vient de contester les affirmations des environnementalistes par une lettre adressée à la Ministre, en lui soulmignant "les contrevérités" qui lui ont été adressées. Les références de l’ADDIP sont difficilement contestables et sont d’une qualité qui n’a rien à voir avec les slogans sentimentaux et idéologiques pro-ours. Il s’agit de références officielles indispensable pour relever le débat au-delà du simplisme des pour et des contre, alors que se déroule actuellement la Conférence environnementale.

Par contre,  l’ADDIP ne reprend pas les résultats de la consultation publique organisée par la Préfecture des Pyrénées-Atlantiques en février 2011 en vue d’importer une ourse de Slovénie en Béarn. La coordination se contente de répondre, de manière précise, aux affirmations erronées de l’ADET et FERUS concernant les sondages.

L’ADDIP met également en avant les aspects idéologiques de ces associations qui prétendent que « le refus par les Pyrénéens des importations d’ours relèverait de « préjugés et discrimination » à l’égard de leur origine slovène ». Et elle précise : « Au-delà de l’absurdité, placer ainsi sur le même plan supposé rejet des ours et très réelles discriminations dont tant d’humains et de cultures sont victimes sur terre, c’est la porte ouverte sur des abîmes inquiétants ». Il semble bien que les écologistes commencent à dévoiler leur caractère extrémiste.

 

Share

 


Le 6 septembre dernier, FERUS et ADET-Pays de l’Ours adressaient à Madame Delphine BATHO, Ministre de l’Ecologie, un courrier atterrant : le refus par les Pyrénéens des importations d’ours relèverait de « préjugés et discrimination » à l’égard de leur origine slovène ! Ce dérapage pourrait n’être qu’une absurdité de plus dans le déni constant de la réalité par ces associations. Mais oser ensuite, à ce titre, faire appel aux « fondamentaux du Président de la République et de son gouvernement », une telle confusion morale et philosophique laisse pantois. FERUS jusque là n’avait pas franchi ce cap que d’autres associations militant en faveur du sauvage exhibent sans vergogne et de façon extrême en plaçant la bête sauvage au dessus de l’homme.


Une fois de plus ces associations avancent des analyses totalement erronées et contradictoires avec les études scientifiques et les sondages sur trois points essentiels  :

  • réalité des ours en Slovénie : le nourrissage avec de la viande est avéré contrairement à ce qu’écrivent FERUS et l’ADET ;
  • réalité des dégâts et modes de surveillance des troupeaux dans les deux pays : regroupement et parcage nocturne ne sont pas la solution, au contraire même.
  • réalité quant à une soi-disant « adhésion » des populations locales à des importations d’ours et à la présence de ce carnivore dans le massif : le rejet est total et a conduit à ce titre le programme Life-Europe à annuler de nouvelles importations d’ours initialement prévues.

Le dérapage de FERUS et l’ADET  est en fait un aveu en forme de lapsus. Ces associations visent à faire accepter l’ours par les Pyrénéens et à promouvoir des systèmes de protection des troupeaux. C’est un échec total, il devrait conduire en bonne méthode à s’interroger sur soi même et sur cet échec.

Pas du tout : l’idéologie l’emporte sur l’analyse. FERUS et l’ADET  restent obnubilées par ce qui devient alors une obsession rendant incapable d’analyser objectivement le réel. Il ne correspond pas au monde rêvé ? C’est donc le réel qui a tort selon le principe que Bertolt Brecht fustigeait : si le peuple s’oppose « ne serait-il pas plus simple pour le gouvernement de dissoudre le peuple et d'en élire un autre » (Poèmes, La Solution).

Faute de changer de peuple, ils ont alors trouvé la solution : stigmatiser, transformer en quasi racistes ceux qui s’opposent parce tout simplement, dans la vraie vie, grands carnivores et troupeaux sont incompatibles. Au delà de l’absurdité, placer ainsi sur le même plan supposé rejet des ours et très réelles discriminations dont tant d’humains et de cultures sont victimes sur terre, c’est la porte ouverte sur des abîmes inquiétants. On ne peut pas tout se permettre au nom de son idéologie et de la cause que l’on défend.

(citations et références dans le courrier joint, adressé par l’ADDIP à Mme la Ministre)

Communiqué de presse de l'ADDIP (Coordination des associations pyrénéennes ASPAP 09, ADIP 31, ASPP 65, FTPEM 64) du 13 septembre 2012

Note du Webmaster : L'ASPP 65, membre de l'ADDIP est agréée par le ministère de l'Ecologie en qualité d'association de protection de l'environnement au même titre que beaucoup d'autres.

Documents à consulter

 


Le Grand Charnier

Accueil du Monde des Pyrénées
Ours dans les Pyrénées