Ariège - 100% des estives protégées subissent les prédations de l’ours

 

Les règles, plus ou moins imposées, de protection des moutons contre la prédation de l’ours sur les estives, s’avèrent peu ou pas efficaces comme en témoigne le communiqué de presse de l’ASPAP ci-dessous. En fait, qu’il s’agisse de l’ours ou du loup, c’est exactement la même chose. Et voilà plus de 20 ans que des amateurs du pastoralisme autant que des grands prédateurs, organisations écologistes et pouvoirs publics, racontent des salades pour faire durer le temps afin d’installer des populations d’ours et justifier des subventions inutiles.


Carte 1 Les estives du Couserans prédatées par l'ours et leurs moyens de protections - août 2016 - réalisation ASPAP
D onnées : OpenStreetMap, Géoportail, ASPAP


A l’heure actuelle, en Ariège, les estives du Couserans frontalières avec l’Espagne ont toutes subi les prédations de l’ours y compris celles utilisant les moyens de protection (chiens patous, parcs de nuit, bergers d’appuis et récemment petites cabanes sur couche).

Outre les effets néfastes de la prédation, quantifiables ou non (pertes indemnisés ou non, baisse de productivité, perte du patrimoine génétique, traumatismes du berger et de l’éleveur, abandon de quartiers d’estives, etc.), « la mise en place des mesures de protection n’a pas permis une baisse significative de la prédation » ni du nombre de pertes [1]. En effet, comme le montre la carte ci-dessus, même avec les moyens de protection la prédation existe, les pertes aussi.

De plus, et cela a été scientifiquement prouvé, les moyens de protection sont inutiles en cas d’attaques, ils engendrent même plus de risques de pertes : « De toutes ces données, il ressort qu’aucun type de gardiennage n’est dissuasif quand l’ours a décidé d’attaquer même s’il préfère éviter la proximité humaine. Les patous, les clôtures électriques ne l’intimident pas, témoin cet ours qui, le 13 juillet 1987, à 23h, lança son attaque à 30 mètres de la cabane d’Utapet, malgré la présence du patou et la clôture électrique. …»[2].

Concernant les parcs de nuit plus particulièrement : « l’analyse des prédations montre de plus grands dégâts lorsque l’ours attaque des bêtes dans de telles clôtures que lorsqu’elles pâturent librement » [3] (affolement du troupeau, piétinement, étouffement, etc.).

Ajoutés à cela, les moyens de protection engendrent des effets néfastes : augmentation de la charge de travail et de la pénibilité pour les bergers, augmentation du risque de boiterie pour les brebis (parcs de nuit), incompatibilité entre la mise en place du parc de nuit et le stade physiologique des brebis ainsi que leurs besoins (amaigrissement, risque d’avortement, perturbation de la lactation, agneaux chétifs à la naissance, etc.), des soucis en plus avec les chiens patous [1] , etc.

Va-t-on s’acharner à continuer à mettre en place des mesures de protection inutiles ? Et ce dans le seul but de pouvoir se dire que la cohabitation est possible ? Alors qu’« Il n’y a pas d’exemple en Europe où des systèmes de pâturage extensif avec de faibles pertes cohabitent avec des populations viables d’ours et de loup dans le même espace » [3]

Va-t-on arriver à une disparition du pastoralisme ariègeois et pyrénéen ? Va-t-on vider les Pyrénées de toute présence humaine pour que l’ours puisse atteindre son seuil de population viable (et encore…) ?.

Communiqué de presse de l'ASPAP du 24 août 2016

 

Notes :

[1] TROCMÉ, Emmanuel, 2016. L’élevage ovin transhumant est-il en péril dans le Couserans? Analyse technique de cette situation de crise qui perdure. Dans: Terres d’Ariège. 5 août 2016.

[2] L. NÉDÉLEC, L’ours brun (Ursus arctos, L.) dans les Pyrénées Occidentales : prédation sur le bétail, évolution de la population, approche chronogéographique des dégâts - Ecole Nationale Supérieure Agronomique de Rennes – 27 septembre 1989 - Archives nationales – Liasses non numérotées.

[3] KACZENSKY, Petra., Large Carnivore Depredation on Livestock in Europe. Ursus 11:59-71. 1999. Télécharger - Citations p. 68 et pour la Slovénie p. 63.

Haut de page

 
 

Accueil du Monde des Pyrénées
ADDIP-Coordination pyrénéenne
ASPAP