Présentation des Rencontres Pyrénéennes des Territoires et des Savoirs
" Au fil du lait "
le jeudi 14 novembre 2013  - Salle des Fêtes à Pierrefitte-Nestalas – Hautes-Pyrénées

 

Share

 

PHOTOS © bbeschecommenge – juillet 1973 – Fromage à la cabane d’estive



« Il y a bien longtemps que je n’ai pas mangé du lait » (que i a beth tems a que n’èi cap minjath dera lèt), disait un des éleveurs auprès de qui l’ERA 352 du CNRS enquêtait à la fin des années 70. La phrase est révélatrice de la place du lait dans les sociétés pyrénéennes : pas une boisson mais un aliment, la base de la vie.

Mais il était aussi une source essentielle de revenus à travers sa transformation en beurre et fromage. On trayait alors les brebis quasiment sur toute la chaîne, y compris dans des zones où aujourd’hui on ne sait même plus que l’on fabriquait en estive du fromage, la Tarasconnaise était race laitière, les orris andorrans totalement fromagers. Sans parler des grandes vallées vachères et leurs races adaptées : Couserans avec la Casta ; Barousse ; Campan et la montagne bigourdane dont en 1614 Guillaume Mauran soulignait ainsi la richesse (1):

« Les foins abondent partout, mais principalement aux montagnes où les habitens fument et arrosent les prés et vacquent particulierement à la culture d'iceux parce qu'ils s'adonnent totalement au nourrissage du betail, la vente duquel, ensembles des laines, beurres et fromages, leur fournit argent pour acheter blé et autres provisions requises pour vivre le long de l'année » (p. 4).

Cette fabrication fromagère s’est ensuite spécialisée à certaines zones (pour les ovins, essentiellement Pyrénées Atlantiques), a quasiment disparu dans d’autres. Depuis quelques années on assiste à une reprise générale de cette transformation, en particulier pour le lait de brebis, comme le montre le dernier RGA (2). Parallèlement, vache, chèvre ou brebis, de nouvelles formes de production (yaourts par exemple et produits similaires) et commercialisation se développent en même temps que les producteurs ont relancé sous des formes contemporaines d’anciennes foires au fromage qui attirent un public et des consommateurs de plus en plus nombreux. On est totalement dans la situation « d’un avenir qui ne renie pas son passé /on le redécouvre parfois !/ mais entend l’adapter sans le dénaturer ».

Les 3° Rencontres Pyrénéennes des Territoires et des Savoirs exploreront toutes ces dimensions sous les différents aspects qui ont structuré les Rencontres précédentes :

  • dimensions historiques, ethnologiques, linguistiques qui permettent de reconstituer l’originalité de ce système pyrénéen,
  • éleveurs producteurs (64, 65, vallée de Roncal en Navarre) et techniciens décriront leurs pratiques actuelles, leur projets d’avenir,
  • enfin, des spécialistes d’autres systèmes pastoraux, en Espagne (Asturies) et en Afrique, interviendront pour fournir, autour du lait et de ses usages, d’utiles points de comparaison et enrichir la discussion.

(1) G. MAURAN, Sommaire description du païs et comté de Bigorre, Association Guillaume Mauran et Archives départementales des Hautes Pyrénées, éd. 1998.
(2) voir Sarah FICHOT, Contextualiser l’agriculture de Montagne dans les Pyrénées, ACAP, 2012

Haut de page

Le Monde des Pyrénées
ASPP 65
Pastoralisme dans les Pyrénées
Environnement des Pyrénées
Les rencontre 2013