Claude Dendaletche

Bibliogrpahie

 

Nous avons essayé de reconstituer toute la bibliographie de Claude Dendaletche, notamment celle qui cocnerne les Pyrénées. Nous sommes conscient qu'il peut avoir été omis certains ouvrages mais surtout les communications universitaires qu'il a pu faire depuis environ quantante ans. Si vous avez connaissance d'autres éléments pour compléter cette liste, merci de nous en faire part.

 

  • Écologie et peuplement végétal des Pyrénées occidentales. - 1973 - Thèse université de Nantes, in 4° ; 2 vol., 661 p.
  • Carnet d'un naturaliste pyrénéens - Ed. Denoel - Marrimpouey Jeune 1979
  • Flore sauvage des Pyrénées - Ed. Loubatières, Toulouse - 1988, Terres du Sud
  • Grands rapaces et corvidés des montagnes d'Europe - Ed. Centre Pyrénéen de Biologie et Anthropologie des Montagnes - Pau 1988, collection Acta Biologica, numéro8, format 16x24 cm, 192 pages
  • Guide du Naturaliste dans les Pyrénées occidentales, Eléments de géologie, écologie et biologie pyrénéennes, I. Moyennes montagnes - Ed. Delachaux et Niestlé- 1973. 348 p
  • La cause de l'ours Ed. Sang de la Terre - Paris 1993, 230 pages
  • Montagne d'Europe - biocénoses d'altitude 1- Ed. Delachaux et Niestlé , 1973, 381 p
  • Montagne d'Europe et d'Himalaya occidental : biocénose d'altitude 2 - Ed. Delachaux et Niestlé , 1984, 606 p.
  • Montagne d'Europe - biocénoses d'altitude 3- Colloque international - Université de Pau - 18, 19, 20 nov. 1989 Ed. Centre Pyrénéen de Biologie et Anthropologie des Montagnes - Pau 1989, collection Acta Biologica, numéro9, format 16x24 cm, 384 pages
  • L'ours et le patrimoine pyrénéen - Extrait de Pyrénées Magazine - avril 1989
  • Oiseaux des Pyrénées - Ed. Centre Pyrénéen de Biologie et Anthropologie des Montagnes - Pau 1991, collection Acta Biologica, numéro 10, format 16x24 cm, 182 pages
  • Les Sorcières de Zugarramurdi - Illustré par Pablo Tillac, présenté par Claude Dendaletche - ISBN-10 : 2-84498-013-9 - ISBN-13 : 978-2-84498-013-7 - Format : 25 x 32
  • Pyrénées, guide bibliographique illustré 1545-1955 - ISBN-10 : 2-84498-082-1 - ISBN-13 : 978-2-84498-082-3 - Format : 24 x 17
  • Montagnes sauvages d'Europe. Les 100 plus belles randonnées du naturaliste - Ed. Denoël, [1988]. in-4, cartonnage illustré de l'éditeur, 240p. - Collection créée par Gaston Rebuffat - Dans la même collection, voir également Pyrénées, les 100 plus belles courses de Patrice Debelfon.
  • Les Pyrénées - La vie sauvage en montagne et celle des hommes - Ed. Delachaux et Nieslé, 1997. 335 p.
  • La grande flore illustrée des Pyrénées - Saule Marcel et Dendaletche Claude - Ed. Milan , 2002, 730 p.
  • Brèves de pyrénéisme (Roman) - Ed. Edicite (juin 2008) - Collection Breves - ISBN 2916650059
  • Guide du naturaliste dans les Pyrénées occidentales, chez Delachaux et Niestlé.
  • Les Sorcières de Zugarramurdi - Illustré par Pablo Tillac, présenté par Claude Dendaletche - ISBN-10 : 2-84498-013-9 - ISBN-13 : 978-2-84498-013-7 - Format : 25 x 32
    Le fort attrait qu’a toujours suscité le Pays basque, a fait ressurgir l’œuvre complexe et monumentale de Pablo Tillac (1880-1969) – à la fois peintre, graveur et illustrateur. Église, maisons du village, grotte et ruisseau de Zugarramurdi sont la toile de fond des vingt grandes illustrations à l’encre de chine inédites sur la sorcellerie, réalisées à partir de 1928, et qui constituent le sommet de son œuvre. Édition originale pour bibliophiles. Tirage de luxe numéroté 1000 exemplaires.
  • Pyrénées, guide bibliographique illustré 1545-1955 - ISBN-10 : 2-84498-082-1 - ISBN-13 : 978-2-84498-082-3 - Format : 24 x 17
    Tirage de tête de 60 exemplaires, non coupé, non relié.
    Voici enfin le livre sur les livres de la montagne pyrénéenne, sur leur découverte scientifique et pittoresque et sur les voyageurs-explorateurs qui en furent les acteurs ; et ce du Pays basque à la Catalogne, en passant par le Béarn, la Bigorre, le Luchonnais, l’Ariège, l’Andorre et les Pyrénées orientales mais aussi l’Aragon, la Navarre et le Guipuscoa pour le versant sud. Grâce à près de 2 000 notices bio-bibliographiques, d’Abadie à Zetterstedt, ce livre permet l’accès à plus de 5 000 écrits pour s’informer sur un livre ou sur son auteur, ou encore en déterminer la rareté. Il est précédé par un chapitre très pratique sur la recherche des livres et par une mise en perspective historique, de l’aube de la découverte de la chaîne à l’exploration toulousaine du début du XXe siècle. Le dictionnaire alphabétique est suivi par trois grands chapitres : thématique, géographique et chronologique, puis par les index. Écrit, livres, albums et cartes en main, dans les bibliothèques et archives publiques et privées des Pyrénées, ce livre est une invitation à l’exploration de plus de 400 ans de livres pyrénéens, un regard de l’intérieur par un lecteur assidu devenu bibliophile et ayant physiquement parcouru l’ensemble du domaine.
  • Pyrénées. Guide bibliographique illustré. 1545-1955. Des livres, des hommes, des lieux. - Publicado en : Cahors, 2005.
    Comentario : La description des ouvrages qui occupe les pages 141 à 358 est imprimée sur deux colonnes et est agrémentée de nombreuses reproductions de pages de titre. "Ce livre permet l'accès à plus de 5000 écrits pour s'informer sur un livre ou sur son auteur, ou encore en déterminer la rareté ... "
    Formato : In-8, 472 pp + XXXII pp de reproductions en couleurs imprimées sur papier couché, toile rouge de l'éditeur sous jaquette illustrée.
  • La grande flore illustrée des Pyrénées - SAULE Marcel ; DENDALETCHE Claude - Ed. Milan , 2002, 730 p.
  • Les Pyrénées - Dendaletche C., 1997 - Bibliothèque du Naturaliste - 364 pages, Delachaux Nieslé - ISBN 2-603- 01044-1


Le Grand Charnier

Le Monde des Pyrénées
Bibliographie

 

 

L'ours et le patrimoine pyrénéen


Vous ne verrez pas l’ours
Traqués pendant des siècles, exterminés, les ours aujourd'hui ont peur. Réfugiés dans les endroits les plus sauvages de la chaine, les quinze derniers survivants se cachent ; on ne voit plus que leurs traces, indices fragiles de leur présence têtue et désespérée.

Les Pyrénées seraient-elles donc devenues complètement inhospitalières pour cet animal? Surement pas, puisque certains élus des vallées d'Aspe et d'Ossau proclament: « Nous sommes les meilleurs protecteurs de l'Ours. C'est dans nos vallées qu'il survit, alors qu'il a disparu ailleurs, y compris dans le parc national. Qu'on nous laisse nous-mêmes nous occuper de sa protection et en même temps aménager notre montagne, car il faut bien que nos gens vivent aussi. »

Qui faut-il croire? L'idée de protéger l'ours que l'on croyait volontiers récente et d'essence citadine aurait-elle gagné droit de cité chez les bergers, agriculteurs et chasseurs pyrénéens?

L'ours, une source de profits
Les éléments rassemblés dans une thèse très récente (Histoire de la chasse à la grande faune dans les Pyrénées française du XVIe au XXe siècle) vont nous aider à nous faire une idée. La trace dans les archives de mille neuf cent cinq ours tués en trois siècles a été retrouvée, et l'auteur admet qu'il y en eut au moins trois mille. A certains moments, les Pyrénées contenaient mille ours. Cela fait rêver, d'autant que les cultures montaient très haut en altitude, et que la montagne grouillait d'animaux domestiques et était aussi très peuplée.

A cette époque, l'ours pyrénéen vivait donc bien en montagne et se multipliait. Il prélevait sa dîme sur les productions humaines (cultures et troupeaux) et était à ce titre destructeur de richesses paysannes. Mais dans le même temps, il rapportait à ceux qui le chassaient quantité d'écus sonnants et trébuchants: les chasseurs d'ours vendaient sa chair, sa graisse, sa peau et récupéraient en outre les primes prévues par la loi et le fruit des quêtes inscrites dans l'usage. Savez-vous que l'application de graisse d'ours sur un crâne en cours de calvitie avait la réputation de faire repousser les cheveux ? Toulouse a été la principale ville de commercialisation de la graisse des ours pyrénéens. Selon la saison et l'âge de l'animal, on en recueillait de 10 à 100 kilogrammes. Cet onguent contre la calvitie était vendu à Paris sous le nom de "pommade de lion". Le rapport financier de la vente était tel que certains oursons étaient capturés puis engraissés pour produire de la graisse.

La chair était bien entendu vendue et améliorait considérablement l'ordinaire à une époque ou l'alimentation était surtout végétarienne. Le foie était consommé par les chasseurs eux-mêmes selon une tradition qui a perduré jusqu'à nos jours, et ce dans tous les pays à ours. Les pattes constituaient le mets princier par excellence, et il fut une époque ou les grands hôtels pyrénéens avaient mis au point des préparations originales.

La peau que le chasseur devait montrer pour prouver sa capture, était bien sûr un bon moyen de récupérer de l'argent. Elle servait à fabriquer des couvertures, des guêtres, des manchons pour les pieds et les mains, et les bonnets.

La "cueillette des oursons" destinés à être cédés à des particuliers, à des zoos, aux montreurs d'ours, constituait un exercice dangereux en raison du caractère vindicatif des mères ourses, mais largement lucratif.

L'ours apparait donc très nettement à la fois comme un animal capable de causer des dommages à l'agriculture et aux agriculteurs et comme une source de profit pour les chasseurs.

Nous touchons là à l'essentiel: pour les pyrénéens et depuis toujours, l'ours a été un nuisible pour les uns et un générateur de ressources financières pour les autres. L'auteur de la thèse note bien dans son travail: « La valeur financière de l'ours provoqua des rivalités et des jalousies entre les différents types de chasseurs locaux et étrangers. Le premier exemple est celui du Luzien d'adoption Dat, qui considérait la faune de la région de Luz-Gavarnie-Torla comme un peu celle de sa réserve personnelle dont il était responsable en tant que lieutenant de louveterie. »

Plus grave fut la très forte rivalité qui opposa à Luchon les braconniers locaux et la municipalité qui voulait conserver du gibier pour sa riche clientèle. C'est Sapène, directeur du casino qui s'en fait l'écho dés 1858; il critique « la cupidité de certains habitants de la localité qui, plus braconniers que chasseurs ne trouvant jamais leur part assez grosse d'un ours tué en chasse réglée, font tout leur possible pour contrarier et éloigner les étrangers des chasses qui s'effectuent ici pendant la saison thermale. En août dernier, quand Rotschild vint chasser, on fut pendant la nuit tirer des coups de fusil dans la montagne pour faire fuir les animaux. »

Il reprend les hostilités en 1861 après que quatre ours eurent été tués pendant l'hiver par suite de «la cupidité des braconniers ursophages» chez qui «l'ursophagie est passé à l'état chronique et inguérissable».

L'ours avait ainsi une place économique incontestable dans la société pyrénéenne: il constituait une richesse naturelle exploitée. Il semble que ce soit le braconnage qui dans un premier temps ait été la cause de sa raréfaction. On voit bien que l'ours n'a jamais été pour les autochtones un quelconque symbole d'une nature sauvage!

Contre le mauvais sort
Mais est-ce aussi simple? Sans doute pas. Il suffit d'interroger d'autres données historiques que celles issues d'une étude de la chasse, et de s'intéresser aux fêtes carnavalesques de l'ours, de recueillir des bribes de comportements humains à l'égard de l'ours dans certaines régions des Pyrénées comme le Pays basque, de méditer sur les graffitis préhistoriques, pour avoir une opinion plus nuancée.
Car enfin l'ours est présent presque partout dans la toponymie de nos montagnes : « Pas de l'Ours », « Tanière de l'Ours » ainsi que dans les dialectes aragonais, basques, catalans, gascons. Il est présent au plus profond des cavernes.

Faut-il rappeler ici l'extraordinaire découverte de l'ours acéphale de la grotte de Montespan, faite par Norbert Casteret en 1923: un ours modelé dans de l'argile comportant un crâne d'ourson entre les pattes de devant ?

Il y avait jusqu'à ces dernières années une patte d'ours clouée sur la porte d'une grange de village de Guchens, en vallée d'Aure. Indiquons quelques beaux exemples de sculptures de têtes ou de silhouettes d'ours sur des façades ou des porches:

  • village d'Etsaut en vallée d'Aspe,
  • village de Bestuè en Aragon,
  • village d'Aristu en Navarre.

L'ours figure sur divers blasons dont celui, trés beau de la bourgade d'Anso en Aragon.
Conserver une patte d'ours porte bonheur, ou du moins éloigne les mauvais génies de la nuit de la montagne. Lorsque l'ours a disparu, c'est la patte du blaireau qui joue le rôle de substitut. Faire porter par les enfants une patte de blaireau en sautoir était pour les parents une garantie contre les esprits malins. L'empreinte du blaireau est tout à fait identique à celle d'un ourson et d'une certaine manière, elle évoque une empreinte humaine. Ce fait nous permet bien sûr d'évoquer toutes les légendes cristallisées dans les diverses versions de jean de l'Ours.
L'ours serait un homme déchu revenu à l'habitat forestier. Rappelons qu'à Sainte-Engrace on dit que les anciens Basques, les ancêtres, croyaient que l'homme descend de l'ours.

Claude Dendaletche - Extrait de Pyrénées Magazine - avril 1989

Haut de page


La cause de l'ours

Claude Dendaletche

Editeur : Sang de la Terre (3 juillet 1995)
Collection : Les dossiers de l'écologie
ISBN-10: 2869850654
ISBN-13: 978-2869850651

Quatrième de couverture
Plus de vingt ans après l'affaire de la Vanoise, voici l'histoire de la plus formidable bataille livrée sur le terrain de la proctection de la nature en France, ces dernières années. Elle a pour cadre les Pyrénées et pour thème la survie des derniers ours de ces montagnes et du territoire français. Pour les Français, et de nombreux Européens, les Pyrénées représentent des espaces encore " sauvages ", dernier refuge des grands animaux, et notamment des ours dont la charge symbolique et affective est très grande. L'immense succès du film de Jean-Jacques Annaud, " L'ours ", en a été en révélateur. La cause de l'ours mobilise les coeurs et les énergies, mais aussi les médias et les politiciens qui veulent tous se faire entendre sur ce qui est devenu un véritable enjeu de société. Même le Conseil de L'Europe s'en mêla et retira, pour cause de non protection de l'ours, son diplôme au Parc National des Pyrénées. Puis vint s'ajouter l'affaire du tunnel du Somport et de sa route d'accès dans la vallée d'Aspe, qui menacent non seulement le territoire des ours mais aussi la fantastique beauté de ces paysages. La bagarre est loin d'être terminée : il ne reste qu'une dizaine d'ours dans les Pyrénées, et leur survie est encore très incertaine. En achetant ce livre, vous lirez une belle saga racontée par l'homme qui a lancé la question de l'ours en France dès 1976 et vous aiderez tous ceux qui se battent encore pour sauver les derniers représentants d'une espèce qui ne doit pas disparaître de nos montagnes.

Haut de page


Le Grand Charnier

Le Monde des Pyrénées
Bibliographie