Chansons sur l'ours

 

L'ours fait beaucoup parler mais il n'inspire pas tant que ça l'homme pour écrire des chansons en dehors de l'imaginaire de la peluche. En fait, il n'a pas tellement la cote ou les sentiments sont souvent partagés entre respect et crainte.
A Arrens, dans le Val d'Azun (Hautes-Pyrénées) les ours slovène introduits au printemps et été 2006 ont inspiré Daniel Aguillon. Il a pu nous interpréter Palouma à l'occasion de la foire aux côtelettes de Luz le 30 septembre 2006.

Pour les enfants
Chansons populaires
Chansons des Pyrénées
Les chansons sur l'ours de Daniel Aguillon

Ecouter Daniel Aguillon

 

Interview de Daniel Aguillon sur la transhumance
Haut de page


Le Grand Charnier
   

Accueil du Monde des Pyrénées
Espace culturel pyrénéen
Ours dans les Pyrénées

 

Balou - Paroles de Daniel Aguillon, sur la musique de " Pastous de l'arribère " - Paroles de Daniel Aguillon


Refrain :
Balou, Balou, tu es parti
Depuis Arbas jusqu'à Toulouse
Avec ton bâton de pèlerin
Tu voulais rejoindre Paris
Afin de retrouver Nelly


1er couplet :

Mais arrivé dans le Tarn
Tu as perdu ton chemin
Tu n'avais plus ta boussole
Tu as erré en vain
Alors petite bête
Tu as beaucoup cherché
Comment se reconnaître
Dans ces lieux étrangers


Refrain :
Balou, Balou, tu es parti
Depuis Arbas jusqu'à Toulouse
Avec ton bâton de pèlerin
Tu voulais rejoindre Paris
Afin de retrouver Nelly

Haut de page


2ème couplet :

Après beaucoup d'errance
Tu as été retrouvé
Mais hélas, pas de chance
Car on t'a ramené
Dans ce village de montagne
Que tu voulais fuir pourtant
Pour retrouver ta campagne
Dans ton pays, elle t'attend.


Refrain :
Balou, Balou, tu es parti
Depuis Arbas jusqu'à Toulouse
Avec ton bâton de pèlerin
Tu voulais rejoindre Paris
Afin de retrouver Nelly

Franska - Paroles de Daniel Aguillon, sur la musique de " Quitter la terre "


Tu as quitté la Slovénie
Pour venir vivre ici
Ce n'est pas toi qui as choisi
De quitter ton pays

Dame Nelly et ses amis
Sont allés te chercher
Dans les Pyrénées, ils t'ont larguée
Tu as beaucoup voyagé

A Bagnères tu n'es pas restée
Ils n'ont pas su te garder


Refrain:
Au restaurant à St Savin
Tu as eu un bon festin
Mais un voisin un bon matin
T'a redonné le chemin


Sur le Pibeste tu es sans cesse
A faire crier les bergers
De St Pé jusqu'à l'Ouzoum
Ils sont tous exaspérés

Les moutons que tu as dévorés
On ne les compte plus
On ne peut pas non plus compter
Tous ceux qui se sont perdus

Haut de page


Sur toute la chaîne des Pyrénées
On peut plus te garder
Car on ne peut plus supporter
De subir tous tes méfaits

Nelly si seulement tu voulais,
Tu pourrais t'en occuper

 

Refrain

Du Béarn et du Val d'Azun
On a voulu te chasser
Les sonailles et les pétards
N'ont eu aucun effet

Mais il va falloir enfin savoir
Jusqu'à quand cela va durer
Quelques bergers de nos vallées
Pourraient bien vite s'énerver

S'il fallait en arriver là
Qui donc serait concerné?


Refrain:

Complainte Slovène - sur l'air de "Liberté" - Paroles de Daniel Aguillon


1er couplet :
Les uns, un matin de printemps
Les autres au début de l'été
Alors que l'on se promenait
Nous avons été capturés
Dans une cage on nous a enfermé
Mais où donc est la liberté ?


Refrain :
Liberté, Liberté chérie
Que nous avions en Slovénie
Liberté, Liberté chérie
C'est Dame Nelly
Qui nous l'a prise
Ô compagnons, Ô compagnons
Faites bien attention !


2ième couplet :
Enfin nous sommes arrivés
Après avoir beaucoup voyagé
Mais l'on nous a tous dispatché
Bagnères, Arbas, Burgalays,
Comment pouvons-nous nous adapter
Dans ce pays où nous sommes des étrangers ?

Haut de page


Refrain :
Liberté, Liberté chérie
Que nous avions en Slovénie
Liberté, Liberté chérie
C'est Dame Nelly
Qui nous l'a prise
Ô compagnons, Ô compagnons
Faites bien attention !


3ième couplet :
C'est sur le massif du Pibeste
Que j'ai décidé de rester
J'ai pas encore trouvé ma tanière
Que déjà l'on veut me clôturer
Et comme tous mes congénères
Je ne peux pas supporter que l'on me vole ma liberté !


Refrain :
Liberté, Liberté chérie
Que nous avions en Slovénie
Liberté, Liberté chérie
C'est Dame Nelly
Qui nous l'a prise
Ô compagnons, Ô compagnons
Faites bien attention !

Qui donc? - Paroles de Daniel AGUILLON - Sur l'air de « Autrefois » de Gaëtan


Une ourse s'approche
Bien trop près des maisons.
On nous l'a balancée
Dans notre belle région.
Tous les gens du village
Vivent dans la terreur
Ils craignent que ce fauve
S'en prenne à l'un des leurs.
Les mamans ne laissent plus
Sortir leurs rejetons.
Ils ne peuvent jouer
Qu'à l'intérieur des maisons.

Refrain:

Vous qui l'avez lâchée,
Venez la rechercher,
On ne veut pas la garder
On ne l'a pas demandée.
Puisque vous l'aimez tant
Vous pouvez la reprendre,
Vous pouvez la garder
Dans vos appartements.

Haut de page


Si jamais par malheur
Quelque chose venait à se passer,
Si ce fauve par erreur
A l'un de nous s'en prenait,
Que faudrait-il donc faire?
Qui donc serait jugé?
Serait-ce l'ours ou l'homme
Qu'il faudrait condamner?
Vous qui l'avez lâchée
Venez la rechercher
Avant qu'un tel jugement
Ne vous soit imposé.

Refrain:

Vous serait-il possible,
Sans trop vous demander,
De prendre ainsi conscience
De vos responsabilités?
Puisque vous l'aimez tant
Venez donc la reprendre,
Vous pouvez la garder
Dans vos appartements.

 

Berger jusqu'à quand ? - Paroles de Daniel Aguillon et musique d'Edmond Duplan


Pourquoi veut-on nous faire croire
Qu'il est nécessaire pour notre pays
De réintroduire une espèce
Que nos anciens ont pourchassée?
Les mammouths et les dinosaures
Seraient contents de revenir.
Les tigres, les lions et tant d'autres
Auraient leur place à Paris;
Les caïmans dedans la Seine,
Les rhinocéros à Saint Denis.

Refrain: Alors berger,
Mais Jusqu'à quand?

Les pitbulls et les rottweilers,
Les dobermans que l'on dit dangereux
Auraient aussi le droit de vivre
Alors pourquoi les mutiler?
Tous ces chiens ne sont pas des fauves,
Il faut savoir les dominer
Et fair' payer les mauvais maîtres
Qui n'ont pas su bien les traiter.
Un chien ce n'est pas un jouet,
Il faut êtr' capabl' de s'en occuper.

Refrain: Alors berger,
Mais Jusqu'à quand?

Haut de page


Une race va disparaître
Dans nos chères montagnes des Pyrénées.
C'est l'ours qui va prendre la place,
Plus de bergers de nos vallées.
Et pour nous il est impensable
De laisser ainsi dévorer
Des brebis que l'on a vu naitre
Et que l'on a su élever.
L'ours est un fauve prédateur
Que personn' n'a jamais pu dompter.

Refrain: Alors berger,
Mais Jusqu'à quand?

Il faut bien que je vous sachiez
Quand « martin » a attaqué le troupeau
Combien de bêt's se sont enfuies
Qu'on doit retrouver au plus tôt.
Car ces heures en vaines recherches
Ne nous seront jamais payées;
Nous ne sommes pas ouvriers
Pour avoir droit de réclamer.
Les nôtres dans l'exploitation
Vont alors devoir tout supporter.

Refrain: Alors berger,
Mais Jusqu'à quand?

Musique

On ne te veux plus - Paroles et Musique : Daniel Aguillon


Refrain:
Franska, tu ne te tiens pas comme il faut
Tu sèmes la terreur dans les troupeaux
Les bergers ne peuvent plus te supporter
Il va falloir penser à te capturer

1)
Nous avons eu bien trop de patience
Nos troupeaux ont trop souffert de ta présence
Nous ne pouvons plus rester comme cela
Il nous faut prendre une décision

Refrain:
Franska, tu ne te tiens pas comme il faut
Tu sèmes la terreur dans les troupeaux
Les bergers ne peuvent plus te supporter
Il va falloir penser à te capturer

2)
Certains bergers, certains élus sont unanimes
Il faut que tu quittes le pays
Seuls les imbéciles n'auront pas compris
Mais les ânes ne sont pas tous à Paris

Refrain:
Franska, tu ne te tiens pas comme il faut
Tu sèmes la terreur dans les troupeaux
Les bergers ne peuvent plus te supporter
Il va falloir penser à te capturer

Franska, c'est fini - Paroles Daniel Aguillon sur l'air de "Capri, c'est fini" d'Hervé Villard


Refrain:
Franska, c'est fini
Tu ne reverras plus ta chère Slovénie
Franska, c'est fini
C'est en Bigorre que tu as laissé ta vie.

I-
Ces montagnes Pyrénées
Que l'on t'a imposées
Tu voulais les quitter
Tu ne pouvais songer
A longtemps vivre ainsi
Si loin de ton pays
Mais des gens sans esprit
Ont pensé gérer ta vie
Là-bas depuis Paris

Refrain:
Franska, c'est fini
Tu ne reverras plus ta chère Slovénie
Franska, c'est fini
C'est en Bigorre que tu as laissé ta vie.

II-
Tu semais la terreur
Du Pibeste à l'Ouzoum
Du Hautacam au Luchonnais
Car au fond de ton coeur
Qui était plein de rancoeur
Ton pays tu gardais
De vallée en vallée
Jamais tu n'arrivais
A retrouver la paix


Refrain:
Franska, c'est fini
Tu ne reverras plus ta chère Slovénie
Franska, c'est fini
C'est en Bigorre que tu as laissé ta vie.

III-
Les bergers de nos vallées
Ne supportant plus tes méfaits
L'avaient bien demandé
Que tu sois capturée
Et même rapatriée
Là-bas dans ton pays
Mais ces gens de Paris
Comme certains d'ici
T'ont aidé à mourir

Refrain:
Franska, c'est fini
Tu ne reverras plus ta chère Slovénie
Franska, c'est fini
C'est en Bigorre que tu as laissé ta vie.


Le Grand Charnier
   

Accueil du Monde des Pyrénées
Espace culturel pyrénéen
Ours dans les Pyrénées