L'ours Dominique

 

Certains diront que l''" humanité " de l'ours dérange. En général ce sont ceux qui ne vivent pas le problème au quotidien qui acceptent le mieux l'ours. On les comprend ! C'est ainsi que Olivier De Marliave écrivait : "…en Béarn, l'ours Dominique a été chanté dans un véritable récit épique après que cette bête de 350 kilos ait été tuée en juin 1844 par un chasseur de Bielle-en-Ossau. L'animal fut conduit jusqu'à Pau, attaché debout dans un charrette, un tricorne sur la tête et un sac de soldat passé en bandoulière ! Les Ossalois avaient même composé un faire-part de deuil: "…Adiou probe Doninic, décédat en sa métairie de l'Estibère lou 7 juhn 1848 à l'atgé de'envirou 30 ans. Regretat de tout sous parents, amics et counéchences… "
L'ours Dominique fut bien tué en 1848 par Jean Loustau. Nous reproduisons ci-dessous cette chanson "épique" bien connue en Béarn qui relate cette traque homérique.


I
Au bèth soum de l'Estibère
Bibè un certén Pertusaà,
Qui shens esta gran paysaà
Hazè toutu boune chère,
Car la bacque e lou moutou
L'adoubaben lo bouilhou.

II
Counégut de loungue date
Dé touts lous grans cassadous,
Loungtemps peu Cap-Loung d'Ayous
Qu'abè tribailhat sa pate ;
Pertout qu'ère en gran renoum,
Dominique qu'abè noum.

III
Or, sus dounc, voyci l'histouère
Déquét féroce animau,
Qui nou sabou dé Loustau
Houeje la balle murtrière ;
Jou qué crey qu'abè pintat
Qouan estou ta plà troumpat.

IV
Qués passejabe tranquile
Peus Moundeils y Magnabat,
Per Bius y Peyrejéttat,
Pertout qu'abè doumicile ;
A'Spagne qu'abè tabé
Quauqués rentes, drin de bé.

 



V
Mey lou praube Dominique
Sus eth qué countabe trop
Si s'abè gouardat l'esclop
Qouan bachabe d'ue pique,
Nou aurem bist seu grabassa
Oùn s'anabe refugea.

VI
U sé dounc que sourtibe
Plaà dispausat tà soupa ;
Qu'anabe tau cujala,
I per hazart, nou sentibe
Que darré d'u grand caillau
Que s'ère poustat Loustau.

VII
Lou cassadou dap grand calmé
Quillat qu'eu bédou tout drét,
Balsa, ha l'arricounquét,
Meu pla ségu dé soun arme,
Au ségoun cop l'escadou
Tout just darré deu tessou.

VIII
Labéts l'ours dap grand'furie
Déhens deu bosc qué cadou,
I loung-temps pernabattou ;
Qu'es mourribe qouan lou die,
Car qu'eu trouben lou mati
Déstournat darré d'u pi.


IX
Adiu praubé Dominique,
Disèn per Aule et per Aas ;
Qu'as abut u court trépas,
Nou tournéras minja mique
Ni tapocq car de moutou ;
B'ey bét countèn lou Pastou!

X
Quin's régrèts tà bous Sanchette,
Berjé, Jeandot, i Bignau ;
La palme qu'ey tà Loustau,
La poudre dé sa flasquette
Qué l'a da-t lou cop mourtau
Perqué nou hazèt atau,

XI
Dé qu'ère granne bictouère
Lou brut louein qué s'esténou ;
Lou journal qu'eu hé l'aunou
D'en counta dus cop l'histouère
Déquét terrible coumbat
Qui dens Ayou s'ey liurat.

 

F. De Laborde, de Bielle

 

Olivier de Marliave


Olivier de Marliave est peu connu du grand public. Il a notamment écrit deux ouvrages :

  • Trésor de la mythologie pyrénéenne - Ed. Sud Ouest Editions (Edité le 27/06/1996 réédité le 12/02/2005) - ISBN : 2879016290 - EAN13 : 9782879016290
  • Le petit dictionnaire des mythologies basque et pyrénéenne - Ed. Entente - Collection : Mythologies - Date de parution : 1993 - Présentation : 294 page

Haut de page


Le Grand Charnier

Accueil du Monde des Pyrénées
Espace culturel pyrénéen
Ours dans les Pyrénées