La liste rouge de l'UICN

 

Share

 

L'UICN établi régulièrement une liste rouge des espèces menacées à travers le monde. Cette liste est, par la suite, déclinée au niveau national. Il est noter que les ours bruns n'ont jamais été sur cette liste rouge et par voie de conséquence les ours des Pyrénées. Peut-être bien qu'il n'est pas menacé….

Les ours bruns sont-ils menacés ?

 

Accueil du Monde des Pyrénées
UICN

 

La Liste rouge des espèces menacées

Grâce à la Liste rouge de l’UICN, on sait aujourd’hui de façon sure que 12% des espèces d’oiseaux, 23% des mammifères, 32% des amphibiens, 42% des tortues et un quart des espèces de conifères sont menacées d’extinction mondiale. La Liste rouge de l’UICN est retenue par la Convention sur la diversité biologique comme un indicateur privilégié pour suivre l’état de la biodiversité dans le monde.

Qu’est-ce que la Liste rouge ?
La Liste rouge de l’UICN constitue l’inventaire mondial le plus complet de l’état de conservation global des espèces végétales et animales. Elle s’appuie sur une série de critères précis pour évaluer le risque d’extinction de milliers d’espèces et de sous-espèces. Ces critères s’appliquent à toutes les espèces et à toutes les parties du monde.

Fondée sur une solide base scientifique, la Liste rouge de l’UICN est reconnue comme l’outil de référence le plus fiable sur l’état de la diversité biologique spécifique. Sur la base d’une information précise sur les espèces menacées, le but essentiel de la Liste rouge consiste à mobiliser l’attention du public et des responsables politiques sur l’urgence et l’étendue des problèmes de conservation, ainsi qu’à inciter la communauté internationale à agir en vue de limiter le taux d’extinction des espèces.

Ainsi, la Liste rouge permet de répondre à des questions essentielles, telles que :

• Dans quelle mesure telle espèce est-elle menacée ?
• Par quoi telle ou telle espèce est-elle spécialement menacée ?
• Combien y a-t-il d’espèces menacées dans telle région du monde ?
• Combien a-t-on dénombré de disparitions d’espèces ?

Comment la Liste rouge est-elle établie ?
Le système mis au point pour l’établissement de la Liste rouge est le résultat d’un vaste processus de concertation, d’élaboration et de validation de plusieurs années, mené par les experts de la Commission de sauvegarde des espèces de l’UICN.

Avec le système de la Liste rouge de l’UICN, chaque espèce ou sous-espèce peut être classée dans l’une des neuf catégories suivantes : Eteint (EX), Eteint à l’état sauvage (EW), En danger critique d’extinction (CR), En danger (EN), Vulnérable (VU), Quasi menacé (NT), Préoccupation mineure (LC), Données insuffisantes (DD), Non évalué (NE).

La classification d’une espèce ou d’une sous-espèce dans l’une des trois catégories d’espèces menacées d’extinction (CR, EN ou VU) s’effectue par le biais d’une série de cinq critères quantitatifs qui forment le coeur du système.

Ces critères sont basés sur différents facteurs biologiques associés au risque d’extinction : taux de déclin, population totale, zone d’occurrence, zone d’occupation, degré de peuplement et fragmentation de la répartition.

Source : UICN

Haut de page

La Liste rouge des espèces menacées en France


En 2007, le Comité français de l’UICN lance la réalisation de la Liste rouge des espèces menacées en France, en partenariat avec le Muséum national d’Histoire naturelle, et en collaboration avec les organismes de référence sur les espèces en métropole et en outre-mer.

Etabli conformément aux critères internationalement reconnus de l’UICN (pour en savoir plus), ce projet de Liste rouge vise à dresser un bilan objectif du degré de menace pesant sur les espèces à l’échelle du territoire national. Il s’agit de réunir les meilleures informations disponibles et les données les plus récentes sur le risque de disparition de notre territoire des espèces végétales et animales qui s’y reproduisent en milieu naturel, ou qui y sont régulièrement présentes.

La Liste rouge nationale se déclinera en chapitres taxonomiques (mammifères, plantes vasculaires, crustacés, libellules…) et géographiques (métropole, Guadeloupe, Réunion, Nouvelle-Calédonie…). Son élaboration reposera sur la mobilisation de l’expertise des 130 membres de la Commission de sauvegarde des espèces du Comité français de l’UICN, des 80 membres de son Groupe de travail Outre-Mer, et des scientifiques du Muséum national d’Histoire naturelle.

D’autre part, la réalisation du projet se fera dans un cadre participatif associant étroitement les organisations disposant d’une expertise et de données fiables sur le statut de conservation des espèces en France. Ce travail collaboratif impliquera notamment la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO), la Société française pour l’étude et la protection des mammifères (SFEPM), la Fédération des conservatoires botaniques nationaux (FCBN), la Société herpétologique de France (SHF), la Société d’études ornithologiques de France (SEOF), l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS)..., ainsi que les organisations de référence en outre-mer.

La Liste rouge nationale contribuera à mesurer l’ampleur des enjeux, les progrès accomplis et les défis à relever pour la France, avec comme perspective le grand rendez-vous du bilan de l’objectif 2010 fixé par la communauté internationale.

Haut de page

 

Accueil du Monde des Pyrénées
UICN