Le coût du loup en France en 2011

 

Les coûts de la prévention et des indemnisations ne cessent de croitre d'année en année. Aucune mesure de préventions ne permet de réduire sérieusement l'évolution des prédations. En 2011, le coût total reconnu de l'ours aura été en charge directe de 7,7 millions d'Euros. En période de crise économique et alors que l'Etat doit réduire ses charges, une telle situation est-elle acceptable pour le contribuable ?

Prévention - En 2011, les mesures de prévention définies par le plan national sur le loup ont coûté 6,2 millions d'euros. Prises en charge par le ministère de l'agriculture, elles financent notamment l'emploi des aides-bergers, les clôtures fixes ou mobiles, les chiens et leur entretien.

Indemnisations - Financées par le ministère de l'écologie, ces dispositions visent à compenser les prédations et les manques à gagner. En 2011, 1,5 million d'euros d'indemnisations a été versé. Tirs de prélèvement

Le constat est que les mesures de prévention croissent autant que les prédations. Doit-on en déduire que les mesures de préventions sont inefficaces ou que le loup, n'ayant aucun prédateur, pas même l'homme, ne craint plus l'humain et s'aventure de plus en plus quel que soit les préventions mises en place ?

Depuis 2004, neuf loups ont été abattus "légalement", après que l'Etat a autorisé des "tirs de prélèvement". Cette mesure exceptionnelle est prise conjointement par les ministères de l'écologie et de l'agriculture. Seulement neuf loups d'abattus en 8 ans, soit en tir de défense soit en tir de prélèments, alors que les autorisations sont bien supérieures, cela montre la totale inefficacité du système et de ceux qui en ont la charge (ONCFS). A croire qu'il s'agit d'un comportement volontaire de la part des agents de l'ONCFS.

Source des informations : ONCFS

 


Le Grand Charnier

Accueil du Monde des Pyrénées
Le loup