Le loup est lancé à la conquête de l'Ouest

 

 

« Ils étaient deux en 1992 dans les Alpes-Maritimes. Les loups sont désormais 300 à travers 30 départements ». Une affirmation officielle jamais vérifiée. Enfin… génétiquement, et comme le précise les spécialistes de l’ONCFS, pour qu’il y ait développement de l’espèce il faut à la base au minimum de 6 à 12 loups. Le roman des deux loups décrit par Terre Sauvage en 1992 ne tient pas un instant. Ecrire "Revenu naturellement par les crêtes italiennes – ce que nombre d’anti-loups contestent..." c'est accepter de partir d'un postula, un autre, avec des documents plus que troublant, peut également être avancé tout comme la dispersion à travers la France qui, curieusement, se fait souvent à partir d'une proximité de parc animalier.


C’est en toute bonne foi que le journaliste part du postula officiel : « Ils étaient deux en 1992 dans les Alpes-Maritimes. Les loups sont désormais 300 à travers 30 départements. Un jour, ils lorgneront les plaines et les montagnes du Sud-Ouest ». C’est également au nom de cette bonne foi qu’il n’est pas allé vérifier l’absence de lâchers conformément aux recommandations de le Convention de Berne ni la réalité génétique des loups venus d’Italie qui, aujourd’hui, de l’autre côté de la frontière, font l’objet d’aides européennes pour lutter contre les loups hybrides. Où est la vérité ? Difficile à dire. Mais il est certain qu’il ne sera jamais possible de la connaître en partant des données officielles de 1992 sans tenir compte de la nébuleuse jamais éclaircie des loups de Castérino et des cartes explicatives et contradictoires qui ont été établies pour justifier l’injustifiable.

"À quand dans les Pyrénées ?

"Cette hausse quantitative s’accompagne d’une conquête de nouveaux espaces. Revenu naturellement par les crêtes italiennes – ce que nombre d’anti-loups contestent –, Canis lupus a colonisé l’arc alpin en l’espace d’une décennie. Cette année, la présence permanente ou occasionnelle du loup est avérée dans trente départements. Dans le Sud-Ouest, des individus isolés ont été aperçus en plaine dans le Gers et dans le Lot. Tous les massifs montagneux sont désormais concernés. Le Jura, les Vosges, où les premiers dégâts sur les troupeaux remontent à 2011, le Massif central avec une sédentarisation avérée en Lozère en 2012, et les Pyrénées. Le loup reste pour l’instant cantonné à l’est de la chaîne, dans les

"Pyrénées-Orientales, depuis 1999. Et à son pied, dans l’Aude, où il traîne aux portes de Carcassonne. Quand traversera-t-il les Pyrénées pour atteindre l’Atlantique ? « C’est impossible à prédire », répond Éric Marboutin, le chef de projet « grands carnivores » à l’ONCFS. C’est surtout la proximité entre meutes reproductrices qui commande la conquête de nouveaux territoires. Or il n’y a apparemment pas de meutes constituées dans les Pyrénées-Orientales. Mais la règle n’est pas absolue », prévient prudemment le spécialiste."

Lire l'article complet

- Dans les Alpes, le loup est une guerre - 20 octobre 2014

Haut de page


Le Grand Charnier

Accueil du Monde des Pyrénées
Le loup