Le stress des vaches victimes du loup et ses conséquences

 

 

Deux études américaines, l’une de l’Université de l’Orégon, l’autre du Montana, montrent les conséquences du stress lié au loup sur les troupeaux de vaches. Nul doute que des conséquences similaires existent avec l’ours et sur les ovins et caprins (chèvres). Ce phénomène est bien connu des éleveurs français mais, curieusement, à notre connaissance, il n’a jamais fait l’objet d’une étude approfondie alors qu’on nous amuse avec de l’accessoire tel que les chiens de protection et les clôtures dont nous connaissons l’inefficacité. Ces études sont aussi une preuve que les loups s'attaquent aux bovins et pas seulement aux moutons alors qu'en France quelques donneurs de leçons écologistes, y compris des élus, étalent leur ignorance en préconisant le changement de type d'élevage de l'ovin vers le bovin. Raisonnement hautement stupide.

Les vaches témoins d’attaques de loups souffrent de symptômes similaires au SSPT (1)


Contrairement aux vaches qui n'ont pas eu de confrontation avec les loups, celles qui l’ont été peuvent éprouver maladies liées au stress et avoir plus de difficultés pour être fécondées – donc moins de profits pour les éleveurs, selon une nouvelle étude de l'Université de l'Etat d’Oregon.

"Quand les loups tuent ou blessent le bétail, les éleveurs peuvent documenter la perte financière", a déclaré Reinaldo Cooke, un scientifique de l'animal à l'université d'OSU des sciences agricoles. "Mais les attaques de loups créent aussi de mauvais souvenirs dans le troupeau et provoquent une réaction de stress connue pour entraîner la diminution des taux de grossesse, les veaux plus légers et une plus grande probabilité de tomber malade C'est un peu comme le syndrome de stress post-traumatique -. SSPT - pour les vaches."

Après une réintroduction dans le parc national de Yellowstone au cours les deux dernières décennies, les loups gris se sont dispersés à travers l'Ouest et ont chassé dans les zones de pâturage pour le bétail. Depuis, les chercheurs de l’OSU ont entendu des anecdotes des éleveurs selon lesquelles les vaches qui ont été en contact avec les loups sont plus agressives, maladives et mangent moins.

Pour mesurer le stress d'une attaque de loup sur les vaches - et estimer ses effets persistants – les chercheurs ont simulé une rencontre du loup avec 100 vaches. La moitié d'entre elles n'avait jamais vu un loup, et l'autre moitié faisait partie d'un troupeau qui a été précédemment attaqué.

Les vaches ont été rassemblés dans un enclos parfumé avec de l’urine de loup alors que ses hurlements de loups pré-enregistrés été diffusés sur une chaîne stéréo. Trois chiens formés - bergers allemands ressemblant étroitement loups - marchaient à l'extérieur de l’enclos.

Les chercheurs ont constaté que le cortisol, une hormone du stress, a augmenté de 30 pour cent chez les vaches qui avaient été exposées à des loups. Elles se sont groupés dans un coin, formé un cercle protecteur et étaient agitées. Leurs températures corporelles a également augmenté rapidement, un autre indicateur de stress. Pourtant, les vaches non familiarisées avec les loups étaient curieuses de connaître les chiens et ne montrent pas de signes de stress. Plusieurs études de Cooke et d'autres chercheurs ont établi un lien entre le stress de la vache et les mauvaises performances qui peuvent avoir un coût pour les éleveurs. Une analyse économique de 2010 de l’OSU estime que les loups, dans le nord de l'Oregon, pourraient coûter aux éleveurs jusqu'à 261 $ par tête de bétail, dont 55 $ pour la perte de poids et de 67 $ pour les taux de grossesse plus bas, selon John Williams, un agent de vulgarisation de l’OSU dans le comté de Wallowa qui a mené cette étude . Elle peut être lu en ligne

"Dans un troupeau, si vous ne faites pas l'élevage des veaux, vaches ne vont pas vous faire de l'argent", a déclaré David Bohnert, un expert en nutrition des ruminants de l’Eastern Oregon Agriculture Research Center de l’OSU de Burns. "Avec le stress la probable diminution de la proportion de veaux fait qu’une attaque de loup peut avoir des effets d'entraînement financièrs négatifs pour un certain temps."

Les deux chercheurs appellent d'autres recherches sur les moyens de gérer avec succès les loups et le bétail afin qu'ils puissent coexister.

Source : Traduction amateur de la version en anglais

En savoir plus :

(1) SSPT : syndrome de stress post-traumatique. En anglais PTSD : post-traumatic stress disorder - En savoir plus...

Autres liens (en anglais)

Haut de page


Le Grand Charnier

Accueil du Monde des Pyrénées
Le loup