Ours en Roumanie : deux hommes tués et plusieurs autres blessés

 

 

Comme toujours en pareil cas, les associations environnementalistes françaises, telles que WWF, FERUS, ADET-Pays de l’ours ou le FIEP sans parler de FNE et autres groupuscules, vont, au mieux, se taire, ou bien nous expliquer que c’est la faute de l’homme, que c’est un comportement normal d’ours et que dans tous les cas, l’ours est craintif.

Cette situation largement dénoncée depuis plusieurs années par les associations de la coordination pyrénéenne ADDIP hostiles aux introductions d’ours en se référant à d’autres cas en Roumanie, bien sûr... ce n'est pas la première fois qu'il y a mort d'homme, Slovénie, Russie, Espagne et dans nos registres français d’état civil lorsque le motif de la mort est mentionné. Mais il faudra sans doute un mort en France pour que tout le monde comprenne que l’ours n’est pas un animal pacifique, si non, il ne serait pas enfermé dans les parcs animaliers, et que le risque potentiel n’est pas à sous-estimer.

Bien entendu, on nous expliquera que tout va bien en Roumanie et que la cohabitation est parfaite. Néanmoins, qui peut accepter la mort d'un homme au profit d'un ours ?


Notre introduction du 16 septembre était basée sur une information de la presse également du 16 septembre sous le titre : « Un ours abattu après avoir tué un homme et blessé deux autres personnes »
Mais comme il fallait s’y attendre, FERUS nous apporte une autre version de ce gentil nounours qui a quand même tué une personne. Il s’agit, selon cette organisation, de braconniers. Puisqu’il s’agit de braconniers il est donc, à priori normal qu’il y ait un mort. Cette mort n’est pas le fait de l’ours mais de l’homme. L’animal reste mignon, comme il se doit, comme l'exprime le communiqué de Ferus du 21 septembre 2012 : "L’ours n’est pas une espèce agressive par essence et encore moins une espèce prédatrice de l’homme". Ben voyons !

Il faut bien le retenir : « L’ours n’est pas une espèce agressive par essence et encore moins une espèce prédatrice de l’homme » selon Ferus qui a le don de savoir manipuler, omettre et mentir.

S'il est si gentil... Pourquoi ??

Mais alors pourquoi l’enferme-t-on les ours dans les Parcs Animaliers au lieu de les laisser en liberté comme les isards, les chevreuils et les marmottes ? C’est sans doute une erreur et nous sommes victimes de notre éducation et notre culture….
Braconnier ou non, l’ours a tué. C’est un fait. Mais tout n'est pas dit de la part de Ferus qui a la prétention d'être une référence en matière de grands prédateurs. L'âme manipulatrice de cette organisation sectaire inféodée à des organisations politiquement douteuses comme le WWF est toujours bien vivace. Nous en avons la preuve.

Ce n'est pas un mort mais deux morts

Quoique sur son site Web du 21 septembre 2012 Ferus fasse référence à un communiqué de l’agence Reuter en anglais, l’association environnementaliste ne tient aucun compte de son contenu et ne fait que reprendre les éléments de deux articles de presse en roumain en omettant de mentionner les allusions à un second accident entrainant la mort d’un homme qui, celui-ci, n’était pas un braconnier. Dans ce second accident, dans la même région, il ne s’agit pas de braconnier qui ont torturé un ours mais d’un homme paisible qui a été attaqué.

Des attaques d’hommes régulièrement

De par ses propos laissant croire que l’ours sauvage est un nounours bien paisible, FERUS affiche :

  • Un comportement irresponsable et condamnable quant aux risques potentiels avec ces animaux.
  • Un comportement de manipulation des lecteurs et de ses militants en omettant, manifestement volontairement, la totalité des informations des agences de presse
  • Un comportement mensonger dont cette organisation est coutumier du fait depuis 30 ans

Il est inadmissible de nier l’existence de morts réguliers du fait d’ours en Roumanie et ailleurs ou en expliquant systématiquement que cela est la faute de l’homme. Une fois encore, FERUS nous montre sa capacité de prédation de la vérité en la tronquant de l'essentiel de l'information sans doute au nom de... "la cause de l'ours" pour le moins déplacée.

Louis Dollo, le 25 septembre 2012

Haut de page


Le Grand Charnier

Accueil du Monde des Pyrénées
Ours dans les Pyrénées
Environnement des Pyrénées
L'ours en Europe
Ours en Roumanie

 

Un ours abattu après avoir tué un homme et blessé deux autres personnes


Un ours brun a été abattu samedi dans le sud de la Roumanie après avoir tué un homme et blessé deux autres personnes dans la matinée, a indiqué la police.
L'ours a été abattu par un chasseur à proximité du village de Pietrosita (sud), a indique le chef de la police locale, Daniil Zepis, cité par l'agence de presse Mediafax.

Le plantigrade, pesant plus de 300 kilos selon des témoins, avait attaqué et tué un homme âgé de 71 ans dans un verger situé près d'une zone boisée du département de Dambovita.

Quelques heures plus tard, il avait grièvement blessé une femme, puis attaqué une troisième personne, un homme qui vendait des fruits sur le bord de la route. Les jours des deux blessés ne sont pas en danger.

La ministre de l'Environnement Rovana Plumb, qui s'est rendue sur place, avait demandé que l'ours soit capturé vivant.
Une quarantaine de policiers et de gendarmes ont été mobilisés pour cette opération, alors que les habitants de la région ont été priés de rester chez eux.
La Roumanie compte environ 6.000 ours bruns, soit environ 60% de la population de ces plantigrades en Europe.

Edité par Sophie Lapy
Source : belga.be du 16 septembre 2012

Autres sources :

Haut de page


Le Grand Charnier

Accueil du Monde des Pyrénées
Ours dans les Pyrénées
Environnement des Pyrénées
L'ours en Europe
Ours en Roumanie

 

Un ours tue un braconie après avoir été torturé - Communiqué de Férus


L’ours n’est pas une espèce agressive par essence et encore moins une espèce prédatrice de l’homme. Il peut toutefois devenir menaçant lors de circonstances particulières : une ourse défendant ses oursons, un ours acculé etc. Mais c’est le cas de très nombreuses autres espèces, qu’elles soient domestiques ou sauvages (chiens, taureaux, cerfs, sangliers…).

Mercredi dernier, à Moroieni, dans le département de Dambovita au sud de la Roumanie, au nord-ouest de Bucarest, un ours a tué un homme d’une soixantaine d’années. La police a auditionné et arrêté deux hommes qui ont avoué être des braconniers et les complices de l’homme tué par l’ours. Le braconnage est puni beaucoup plus sévèrement en Roumanie qu’en France et les deux hommes resteront en prison pendant encore au moins quelques semaines.

Le dimanche précédent, l’ours en question était tombé dans le piège des braconniers. Pendant 3 jours, les hommes se sont rendus sur les lieux et ont torturé l’animal avec une lance. Le mercredi, pensant que l’ours était mort, ils se sont approchés, ont libéré l’ours du piège mais l’animal s’est relevé dans un dernier sursaut et a tué l’un d’entre eux avant de prendre la fuite dans la forêt. L’homme tué par l’ours a payé de sa vie parce qu’il voulait tuer l’animal, a indiqué la police. Avant l’affaire, les 3 hommes ont capturé et tué plusieurs ours illégalement.

Les autorités ont aussitôt essayé de retrouver l’ours blessé. De « braves » chasseurs ont proposé leurs services pour traquer et tuer l’animal, notamment l’ancien joueur de tennis Ion Tiriac qui a monté sa société de tourisme de chasse réservée aux riches chasseurs d’Europe de l’Ouest et d’Amérique du Nord… Plusieurs associations de protection de la nature ont par contre plaidé en faveur de l’ours ; ainsi notre contact Cristina Lapis qui a créé un sanctuaire pour ours blessés et maltraités en Roumanie, près de Zarnesti, et qui a proposé au ministère de l’environnement de placer l’ours dans son refuge.

Cette histoire tragique prouve par ailleurs une fois de plus l’ampleur du braconnage en Roumanie. La population d’ours en Roumanie est estimée à 6000 individus, peut-être plus. Si la loi roumaine limite la chasse à l’ours à un peu moins de 350 animaux par an, le braconnage semble être quant à lui florissant. Sur la marché noir, une peau d’ours peut se vendre jusqu’à 20 000 euros. Beaucoup d’annonces circulent sur internet. La viande termine dans des restaurants du pays ou même à l’étranger. Il y a quelques mois, la police a arrêté trois braconniers qui voulaient vendre un ourson à un restaurant… La patte d’ours est une friandise appréciée : en Roumanie, un plateau pour 4 personnes est d’environ 50 euros ; comptez 100 euros à l’étranger. Des parties de chasse illégales seraient également organisées.

Le week-end dernier, un autre ours de la même région a tué une personne et blessé plusieurs autres avant d’être abattu. L’autopsie a révélé que l’ours était atteint de la rage.

Source : Ferus du 21 septembre 2012

Haut de page

Romania police track bear after latest deadly attack


Police and hunters were tracking a brown bear which attacked and killed a man in the south of Romania on Wednesday, just days after a bear infected with rabies was shot dead after it killed a man and injured two others in the same area.

Romania boasts roughly half of Europe's brown bears living in its largely unspoilt Carpathian mountains, with an estimated 4,000-7,000 animals, according to environmentalists.

The bear which killed the 64-year-old man on Wednesday in Dambovita county, northwest of Bucharest, had escaped from a poacher's trap before it attacked. It then disappeared into a forested area nearby.

"The bear was tangled in a trap and hurt. We do not know if the man who was attacked was just passing by or whether he had laid the trap himself,"
Dragos Rusu, prefect of Dambovita county, told local television station Realitatea TV.

The area around the scene of Saturday's bear attack, which killed a 71-year-old man in his orchard, has been placed under quarantine after preliminary autopsy results showed the animal had rabies. Two other people were also injured.

Romania's mountains have been home to brown bears for centuries, and their numbers surged in the 1970s and 80s when former communist dictator Nicolae Ceausescu banned hunting for all but himself and his lavish hunting parties.

Now the law limits bear-hunting to a little under 350 animals a year, which officials said is needed to maintain their population, but poaching may lift the figure higher.

Bears are often seen foraging through trash cans in Romanian mountain towns, and there have been cases of bears breaking into apartment buildings, backyards or pubs.

Several people, including foreign tourists, have been killed or injured by hungry or scared bears and environmentalists have warned the animals' natural habitat is being destroyed by construction and food resources are becoming scarce.

"The fact that we have had so few cases of bear-man accidents is due more to bears than humans,"
said Magor Csibi, Romanian country manager at environmental group WWF.

"Given that Romania has Europe's largest bear population which it is managing negligently, the risk of serious accidents is high."

Reporting by Luiza Ilie and Ioana Patran; Editing by Sophie Hares
Source : Reuter du 19 septembre 2012

La police roumaine traque un ours après la dernière attaque meurtrière


La police et les chasseurs ont traqué un ours brun qui a attaqué et tué un homme dans le sud de la Roumanie, mercredi, quelques jours après qu’un ours infectés par la rage ait été abattu après avoir tué un homme et blessé deux autres dans la même zone.

La Roumanie possède près de la moitié des ours bruns d'Europe qui vivent dans les montagnes des Carpates en grande partie intacte, avec une estimation 4,000-7,000 animaux, selon les écologistes.

L'ours qui a tué l'homme de 64 ans, mercredi, dans le secteur de Dambovita, au nord-ouest de Bucarest, avait échappé au piège d'un braconnier avant de l’attaquer. Il a ensuite disparu dans une zone boisée à proximité.

"L'ours a été empêtré dans un piège et souffrait. Nous ne savons pas si l'homme qui a été attaqué était juste de passage ou s'il avait posé le piège lui-même,"
selon ce que Dragos Rusu, préfet de comté de Dambovita, a déclaré à la station locale de télévision Realitatea TV.

La zone autour de la scène d’attaque de l'ours de samedi, qui a tué un homme de 71 ans dans son verger, a été mis en quarantaine après que les résultats d'autopsie préliminaires ont montré que l'animal avait la rage. Deux autres personnes ont également été blessées.

Les montagnes roumaines ont été le berceau d'ours bruns pendant des siècles, et leur nombre a bondi dans les années 1970 et 80, lorsque l'ancien dictateur communiste Nicolae Ceausescu a interdit la chasse pour tous, sauf pour lui-même et ses parties de chasse somptueuses.

Or, la loi limite chasse à l'ours à un peu moins de 350 animaux par an, ce qui selon les autorités est nécessaire pour maintenir leur population, mais le braconnage pourrait faire augmenter le chiffre des prélèvements réels.

Les ours sont souvent vus à se nourrir dans les poubelles des villes de montagne roumaines, et il y a eu des cas d'ours qui pénètrent dans les immeubles d'appartements, les jardins ou les pubs.

Plusieurs personnes, dont des touristes étrangers, ont été tuées ou blessées par des ours affamés ou de peur et les écologistes ont averti dans le où l'habitat naturel des animaux est détruit par la construction et les ressources alimentaires se font rares.

«Le fait que nous ayons eu si peu de cas d’accidents ours-homme est dû davantage à l'ours qu’aux humains"
, a déclaré Magor Csibi, directeur national roumain du groupe environnemental WWF.

«Étant donné que la Roumanie a la population d’ours la plus importante d'Europe qu’ elle gère par négligence, les risques d'accidents graves sont élevés."


Déclaration par Luiza Ilie et Ioana Patran, édité par Sophie Hares
Source: Reuter du 19 septembre 2012

 

Haut de page

Cautarile ursului care a ucis un om, reluate. Complicii victimei au recunoscut ca faceau braconaj




Alerta se mentine in Dambovita, unde vanatorii n-au prins deocamadata ursul care a ucis un braconier. Doi barbati banuiti de complicitate cu victima si-au recunoscut faptele.

Tragedia dovedeste inca o data ceea ce se stia de mult: ca in Romania braconajul, mai ales la ursi, este o afacere infloritoare, neingradita de lege.
In vreme ce padurarii si vanatorii cutreierau dealurile in cautarea ursului, anchetatorii i-au audiat pe cei doi barbati suspectati ca l-au ajutat pe braconierul ucis. Au recunoscut ca stiau de existenta ursului prins in lat si ca urmau sa ajute la transport.

Desi in Moroieni lumea stie ca barbatul ucis era braconier cu experienta, putini indraznesc s-o spuna.

"Are si piele de urs, are si de caprioara, are de toate alea. Asta era arvunit deja"
, a declarat cineva sub anonimat.
Odata prins in capcana, ursul este vandut pe piata neagra. Pentru blana braconierii primesc pana la 20.000 de euro, in functie de marime.

Pe internet se gasesc numeroase anunturi.

Carnea ajunge la restaurante din tara si din strainatate. Acum cateva luni, politistii au prins trei braconieri din Bucuresti care prinsesera un pui de urs pe care voiau sa-l duca la un restaurant.

O delicatesa este laba de urs. Un platou pentru patru persoane este in jur de 50 de euro, insa in strainatate depaseste 100 de euro.
Pe langa braconajul rudimentar, asociatiile de protectie a ursilor vorbesc si despre partide ilegale de vanatoare.

In Romania, normele europene interzic impuscarea ursilor, singura exceptie este atunci cand devin pericol public.

Source : Mediafax du 20 septembre 2012

Un complice de la victime a admis qu’ils braconnaient.


Un ours pris dans un piège a tué un braconnier tandis que ses complices se sont enfuis. Il apparait par ailleurs que le braconnage est une entreprise florissante en Roumanie.

Alors que les gardes et les chasseurs parcouraient les collines à la recherche de l'ours, les enquêteurs ont interrogé deux hommes soupçonnés de braconner. Ils ont admis avoir aidé à tuer l’ours et reconnaissent qu’il était pris dans un piège. Ils devaient aider à le transporter.  
Dans la région,  bien que tout le monde sache que l'homme tué par l’ours était un braconnier expérimenté, peu osent le dire. Une fois pris au piège, l'ours est vendu sur le marché noir. La peau peut se négocier jusqu’à 20.000 euros, selon la taille. On peut même trouver des annonces sur Internet. La viande est vendue à des restaurants roumains et étrangers.

Il y a quelques mois, la police a arrêté trois braconniers à Bucarest avec un ourson qu’ils voulaient vendre à un restaurant. Le meilleur morceau est une patte d'ours. Un plateau pour quatre personnes est vendu, en Roumanie, environ 50 euros, tandis qu’à l'étranger il faut compter environ 100 euros.

Outre le braconnage les associations de protection de la nature parlent de parties de chasse illégales. En Roumanie, la réglementation européenne interdit de tuer les ours sauf dans le cas de  danger pour le public.

 

[Ndr : Il ne s'agit pas d'une traduction mais de la transcription de la compréhension du texte en roumain. Il faut noter qu'il existe bien une chasse légale avec un nombre d’ours à prélever chaque année de l’ordre de 350. Si les ONG environnementalistes parlent d’une population d’ours de 4 à 6000 individus, les autorités roumaines l’estime entre 6 et 8000]

 

Haut de page

Doi barbati acuzati de braconaj au fost arestati in cazul ursului de la Moroieni


Ursul care a ucis miercuri un barbat a incercat doar sa se apere. Este ipoteza socanta care a iesit la iveala aseara. Dupa cateva ore de audieri, politistii au ajuns la concluzia ca victima si ceilalti doi barbati care au reusit sa fuga din calea animalului erau de fapt braconieri.

Ursul a cazut in capcana lor in urma cu trei zile si de atunci barbatii au mers de mai multe ori in livada si l-au impuns cu o sulita. Miercuri, au crezut ca fiara a murit si s-au apropiat de ea ca sa o transeze. Atunci ursul s-a ridicat in doua picioare si i-a atacat.
A platit cu viata pentru ca a vrut sa ucida animalul, spun politistii. Iar cei doi barbati care il ajutau vor plati cu libertatea. Amandoi au fost incatusati aseara dupa ce au dat cu subsemnatul in fata anchetatorilor.

Se pare ca ursul a cazut intr-una dintre capcanele intinse de ei duminica si a fost torturat zilnic. Braconierii au mers de mai multe ori in livada si l-au impuns cu o sulita. Voiau sa-l ucida pentru ca mai apoi sa-l vanda.

In acel moment, ursul ranit s-a ridicat, a rupt copacii de care era legat latul care il tinea prizonier si s-a napustit asupra batranului de 63 de ani. Omul tinea in mana un cutit de vanatoare, dar nu a avut nicio sansa in fata animalului. Complicii sai au scapat cu viata pentru ca au fugit, iar ursul in loc sa-i urmareasca a disparut in padure. Trasi la raspundere vor fi si cei care administreaza fondul de vanatoare.

Pe timpul noptii, autoritatile au sistat operatiunea de cautare a ursului ranit, dar joi dimineata se vor intoarce in padure. Desi mai multi politisti si jandarmi patruleaza in zona localnicii se tem pentru vietile lor.

Incidentul de miercuri a avut loc in satul Muscel din localitatea Moroieni. Braconierul a fost ucis pe un deal, la aproape doi kilometri de case, pe acelasi fond de vanatoare pe suprafata caruia traia ursul care a ucis un om sambata.

Source : Mereu Aproape du 20 septembre 2012

Deux hommes accusés de braconnage d’ours ont été arrêtés à Moroieni

 

L’ours qui a tué mercredi un homme a tenté de se défendre. Après plusieurs heures d'auditions, la police a conclu que la victime et les deux autres hommes qui ont réussi à fuir l'animal étaient en fait des braconniers.

Ours est tombé dans leur piège au bout de trois jours, puis ils sont allés plusieurs fois dans le verger et le transperça de sa lance. Mercredi, ils ont cru que la bête été morte. En s’approchant de lui l'ours se leva sur ses deux jambes et a attaqué.
Il a payé de sa vie parce qu'il voulait tuer l'animal, a indiqué la police. Et les deux hommes qui ont aidé le paieront de leur liberté. Tous deux ont été menottés la nuit dernière après avoir avoué devant les enquêteurs.

Il semble que l’ours soit tombé dans le piège dimanche et qu’il ait été torturé quotidiennement. Les braconniers sont allés plusieurs fois dans le verger et le transpercèrent avec une lance pour le tuer et le vendre. L’ours blessé aurait brisé des arbres auxquels il était lié, tenu prisonnier. Il se précipita sur l’homme de 63 ans qui tenait un couteau de chsse. Il n’avait aucune chance contre l’ours. Ses complices ont eu la vie sauve en se sauvant. L’ours a disparu dans la forêt. Ils seront tenus pour responsables.

A la nuit, les autorités ont suspendu la recherche de l’ours blessé qui reprendront jeudi matin dans la forêt. Bien que plusieurs policiers et des gendarmes patrouillent, les habitants de la région craignent pour leur vie.

L'incident de mercredi s'est produit dans le village de village de Moroieni Muscel. Le braconnier a été tué sur une colline, à environ deux kilomètres de la maison, sur le territoire de chasse même où a vécu l'ours qui a tué un homme, le samedi.

[Nota : il ne s’agit pas d’une traduction du texte en roumain mais de l’interprétation de l’esprit du texte à partir d’une traduction approximative. Nous pouvons noter qu’il y a bien eu deux accidents mortels différents sur un territoire proche.]

 

Haut de page


Le Grand Charnier

Accueil du Monde des Pyrénées
Ours dans les Pyrénées
Environnement des Pyrénées
L'ours en Europe
Ours en Roumanie