Les ours en Russie

 

Share

La population d'ours en Russie est encore importante. Lorsqu'on parle de cohabitation entre ours et hommes, on ne doit pas perdre de vue les problèmes qui peuvent se poser. L'exemple de ce qui se passe en Russie doit faire réfléchir. Nous n'avons pas le droit de l'ignorer ou de faire comme si rien ne se passait pour aboutir à tout pris aux objectifs des défenseurs de l'ours.


Le Grand Charnier
   

Accueil du Monde des Pyrénées
Ours dans les Pyrénées
Environnement des Pyrénées
L'ours en Europe

 

Des ours affamés attaquent les humains en Russie : un mort, 11 blessés

Un ours a tué un jeune homme mardi matin dans le sud de l'Extrème-orient russe, dernière en date d'une série d'attaques de plantigrades affamés en maraude près des villages, qui a déjà fait onze blessés, selon la police.

Le jeune homme, agé de 20 ans, a été tué dans un village proche de Vladivostok, une région où les attaques d'ours se multiplient en raison d'une pénurie de pommes de pin et de glands qui constituent une part importante de l'alimentation de ces animaux, selon des responsables régionaux du Fonds mondial pour la nature (WWF).

Poussés par la faim, les ours cherchent leur nourriture de plus en plus près des villages, selon les mêmes sources.

Source : AFP 25.10.05 | 07h30 - Le Monde

Des ours affamés attaquent les humains - un mort
Un ours a tué un jeune homme dans un village près de Vladivostok, en Extrême-orient russe. Il s'agit de la dernière en date d'une série d'attaques de plantigrades affamés en maraude près des villages. La police avait comptabilisé jusqu'ici onze blessés.
Le jeune homme, agé de 20 ans, a été tué dans un village proche de Vladivostok, une région où les attaques d'ours se multiplient en raison d'une pénurie de pommes de pin et de glands qui constituent une part importante de l'alimentation de ces animaux, selon des responsables régionaux du Fonds mondial pour la nature (WWF).
Poussés par la faim, les ours cherchent leur nourriture de plus en plus près des villages, selon les mêmes sources.

Source : Edicom du 25-10-2005

Haut de page

Le roi d'Espagne a-t-il tué un ours ivre ?

Il existe des pays où la chasse à l'ours est autorisée. C'est le cas dans pratiquement toute l'Europe centrale (ancienne Europe de l'Est) et en Russie. En général ces pays organisent des chasses payantes le plus souvent pour le seul trophée. .
Le Roi d'Espagne, et il n'est pas le seul, aurait participé à une de ces chasses en Russie comme le rapporte plusieurs agences de presse.

Un ours ivre tué par Juan Carlos en Russie


Lors d'une partie de chasse en Russie, le roi d'Espagne a tué un ours. Problème : selon Sergueï Starostine, vice-directeur du Département de protection des Ressources de chasse, l'animal, un plantigrade «gentil et drôle», avait été retiré d'un camp de vacances où il servait d'attraction.

Nourri avec une mixture de vodka et de miel, l'ours a été lâché sur les lieux de la chasse royale. Un coup de feu de sa majesté a suffi. «C'est un meurtre», dénonce Sergueï Starostine.

(Avec AFP).

Le roi d'Espagne a-t-il tué un ours ivre ?


MOSCOU (Reuters) - Juan Carlos d'Espagne a-t-il tué un ours ivre lors d'une partie de chasse en Russie? C'est ce qu'entend vérifier Viatcheslav Pozgalev, gouverneur de la région de Vologda, dans le nord-ouest de la Russie, qui a demandé une enquête sur cette affaire, a annoncé son porte-parole.
Sergueï Starostine, un garde-chasse de la région en question, a affirmé à Reuters avoir adressé une lettre au gouverneur pour décrire l'incident.

"Une scène horrible s'est produite lors de la partie de chasse du roi", peut-on lire dans la lettre.

"Soucieux de faire plaisir au roi, les organisateurs de cette chasse, qui a eu lieu en août, ont amené dans un champ une cage transportant un ours dompté s'appelant Mitrofan. Il lui ont donné de la vodka mélangée à du miel et l'ont poussé en dehors de la cage".

"Sa Majesté Juan Carlos a tué Mitrofan d'une seule balle", a déclaré Starostine.

"J'ai moi-même été impliqué dans cette affaire", a-t-il répondu quand on lui demandait comment il en était au courant.

Il ne s'agirait pas d'une première.

Dans ses dernières années de vie, Léonid Brejnev avait du mal à viser. Pour lui faciliter la tâche, son entourage avait coutume de saouler ses proies ou de les attacher à un arbre.

Dépêche Reuters reçue le 19/10/06 à 19:09 et parue dans LaTribune.fr et Yahoo.fr

Ce matin 20 octobre, RTL en faisait ses choux gras avec une histoire légérement améliorée pour attirer les auditeurs.

Cette histoire serait sûrement restée dans les oubliettes s'il n'existait pas en France cette phobie autour de l'ours entretenue par une petite poignée d'activistes écologistes qui tente de culpabiliser toutes personnes qui auraient un comportement ou des propos contraires à une certaine morale sectaire.

Mais revenons à notre histoire d'ours ivre.
L'affaire remonte à deux mois. Ca ressemble à du réchauffé…
Et puis, a-t-on fait passer un test d'alcoolémie à Sergueï Starostine ? Quand on a vu à l'œuvre certains responsables russes, depuis la France, nous sommes en droit de nous poser des questions. .

Par ailleurs, que se passe-t-il dans les autres pays d'Europe qui autorisent la chasse ? La même chose ! Y compris en Slovénie d'où viennent les ours importés dans les Pyrénées. Les gardes " appâtent " l'ours pour être sûr que leur client puisse faire un trophée. Et puis c'est aussi un moyen de régulation de l'espèce qui a une fâcheuse tendance à se développer.

Le Canada n'échappe pas à la règle, même pour satisfaire les touristes…

En guise de conclusion, cette affaire du Roi d'Espagne paraît bien tordue pour ne pas croire à un début de manipulation pour tenter de culpabiliser, une fois encore, tout ceux qui ne partageraient pas le point de vue de ce qu'on appelle pudiquement les " amis des bêtes ".

Louis Dollo, le 20 octobre 2006

Haut de page

Une ourse tuée dans un jardin d'enfants en Extrême-Orient russe


Des gardes-chasses ont tué une ourse qui errait avec son ourson sur le territoire d'un jardin d'enfants à Petropavlovsk-Kamtchatski (Extrême-Orient russe), a appris RIA Novosti mercredi auprès de la police locale.

Les habitants du quartier ont averti la police de la présence des prédateurs dans le jardin d'enfants. La police et des spécialistes de la chasse arrivés sur les lieux ont dû abattre l'ourse. L'ourson s'est enfui.

Les ours bruns habitant au Kamtchatka sont des plus grands au monde. Le mâle de cette variété pèse jusqu'à 600 kilogrammes et mesure jusqu'à 2,5 mètres. La presqu'île compte plus de 10.000 individus de cette espèce.

Selon les spécialistes, ce sont les femelles avec des petits qui présentent le plus grand danger pour les hommes, car, obéissant à l'instinct maternel, elles deviennent extrêmement agressives.

Source : Ria Novosti du 18 juillet 2007

Haut de page

Kamtchatka: deuxième victime d'une attaque d'ours en quelques jours


Deux personnes sont décédées en quelques jours au Kamtchatka à la suite d'attaques d'ours, a indiqué mardi à RIA Novosti un porte-parole de la police locale.

Le corps d'un homme de 48 ans, lacéré par l'animal, a été découvert lundi soir au bord de la mer d'Okhotsk, à 15 kilomètres au sud du village de Kroutogorovo, a-t-il précisé. Une enquête a été ouverte afin d'établir les circonstances de sa mort.

Ces derniers jours, le corps d'un homme (dont l'identité n'a pas encore été établie) lacéré par un ours avait déjà été retrouvé non loin de la localité de Sobolevo.

L'ours brun du Kamtchatka est un des plus grands du monde. Le mâle adulte peut atteindre 700 kilogrammes et trois mètres debout. Plus de 16.000 individus vivent actuellement sur la presqu'île du Kamtchatka, selon le dernier recensement.

Deux à trois attaques d'ours sont enregistrées annuellement dans la région.

Source : Novosti du 28 août 2007

Haut de page

Un ours a lacéré deux personnes dans le territoire de Krasnoïarsk


Un ours a lacéré deux personnes dans le territoire de Krasnoïarsk (Sibérie), a indiqué à RIA Novosti mardi un porte-parole de la police locale.

Le chef de l'administration du village de Novonazimovo a tué un ours ayant pénétré dans une maison privée à la lisière du village et lacéré deux personnes, a-t-il raconté.

Des policiers ont été dépêchés sur les lieux pour éclaircir la situation. Le village, presque totalement isolé, se trouve dans la taïga, à 180 kilomètres du chef-lieu.

Source : RIA Novosti du 18 septembre 2007

Haut de page

Accident de la route en Russie : deux ours tués


Un minibus a percuté une ourse et ses deux petits mercredi sur la route Moscou - Saint-Pétersbourg, a indiqué à RIA Novosti un représentant de la police routière.

"Nous avons été informés de cet accident à Krestsy mercredi matin", a-t-il déclaré.

Pour une raison encore indéterminée, le conducteur du véhicule, un Moscovite, a percuté une ourse et ses petits qui traversaient la route. La mère et l'un des oursons sont morts, l'autre ourson s'est enfui dans la forêt.

Aucun passager n'a été blessé.

Selon les organes de sécurité de Novgorod, plus de 20 personnes ont été blessées et une tuée dans la région en 2006-2007 lors de collisions avec des animaux de grande taille, notamment des élans.

Source : RIA Novosti du 3 octobre 2007

Haut de page

Cinq oursons orphelins relâchés dans la forêt russe suivis par satellite


Cinq oursons orphelins relâchés dans la forêt russe suivis par satellite. Les vétérinaires du Zoo de Moscou et Ifaw ont remis en liberté cinq oursons orphelins. Ils sont équipés d'un collier qui permet aux chercheurs de les suivre à distance et de télécharger des informations sur leurs mouvements et leur position par des relevés sur internet trois fois par semaine.

Il y a peu, dans la forêt de la région de Tver, en Russie, les chercheurs d’IFAW (le Fonds international pour la protection des animaux) et les vétérinaires du Zoo de Moscou ont remis en liberté cinq oursons orphelins.

Avant cette remise en liberté, l’équipe a effectué des contrôles vétérinaires et a bagué les oursons. L’un de ces ours sera surveillé à l'aide d’un collier à liaison satellite. Cela constitue une avancée pour l’évaluation du comportement des ours et pour leur survie.

Le collier posé sur l’ours transmet des signaux réguliers qui sont suivis par satellite, ce qui permet aux chercheurs de les suivre à distance et de télécharger des informations sur leurs mouvements et leur position par des relevés sur internet trois fois par semaine. Le collier est programmé pour enregistrer des informations sur la localisation de l’animal toutes les 90 minutes et pour s’enlever automatiquement après une période de 18 mois.

"Les ours sont en bonne santé, après avoir hiberné dans la tanière qu’ils s’étaient confectionnée. Ils ont été relâchés au printemps, car ils pourront se nourrir correctement dans la nature. Il est primordial de surveiller leur capacité de survie, afin de démontrer que les pratiques de réhabilitation utilisées sont adaptées pour élever et relâcher des oursons orphelins," commente Anand Ramanathan, Responsable de l'équipe d'intervention d'urgence d'IFAW.

Les oursons, âgés de 15 mois environ, sont réhabilités dans le Centre de réhabilitation des oursons orphelins (OBRC). Ce centre d’IFAW, qui abrite depuis 2007 ces oursons orphelins dans la région russe de Tver, est dirigé par Valentin, Svetlana et Sergei Pazhetnov, spécialistes renommés de la réhabilitation des ours bruns. Deux des ours seront relâchés dans la réserve naturelle de Palistovsky, à deux cents kilomètres environ de l’OBRC.

Les trois autres ours, notamment le jeune mâle portant le collier émetteur, ont été relâchés près du centre. Les chercheurs ont prélevé des échantillons de sang et de poils, ont recueilli d’autres informations physiologiques, et les oursons ont été bagués avant d’être relâchés.

Six autres oursons orphelins ont été amenés à l’OBRC cette année, dont quatre étaient victimes de la chasse cruelle qui traque les ours dans les tanières en hiver. Ces oursons, aujourd’hui âgés de trois mois environ, seront réhabilités et préparés pour une remise en liberté à l’automne prochain.

Le centre OBRC d’IFAW, situé dans la région de Tver, en Russie, a remis en liberté avec succès plus de 130 oursons au cours des 12 dernières années. L’OBRC a déjà surveillé dans le passé la survie des ours relâchés dans la nature par liaison radio, grâce la technologie par télémesure satellitaire la surveillance à distance peut être effectuée partout dans le monde.

"L’utilisation de cette technologie nous permet d’évaluer la réussite de la réhabilitation des oursons orphelins à l’OBRC. L’arrêt de la chasse aux ours en hibernation en Russie, pendant laquelle 3000 à 4000 oursons deviennent orphelins chaque année, demeure le moyen déterminant pour assurer la survie et sécuriser l’avenir des ours bruns en Russie.

Notre prochain objectif est d’éviter l’adoption de nouvelles réglementations concernant la chasse, qui sont actuellement examinées au niveau législatif. Si elles sont adoptées, ces nouvelles règles permettront aux chasseurs de tuer ou capturer légalement les oursons comme trophées, et ainsi d’augmenter dramatiquement le taux de mortalité des ours bruns et de leurs petits dans ce pays," a déclaré Masha Vorontsova, Directrice IFAW Russie, qui exprimait ainsi sa profonde préoccupation.

Auteur : Pierre MELQUIOT
Source : Actualité News Environnement du 11 avril 2008

Haut de page

Un homme dévoré et enterré par un ours en Russie


S. Azarov était porté disparu depuis le 17 juin. Son corps n'a été retrouvé que huit jours plus tard à 200 mètres de l'endroit où on l'avait vu pour la dernière fois. Apparemment dans l'incapacité de se mouvoir au moment des faits, il a été à moitié dévoré par l'ours. Il s'agit du troisième mort sous les griffes d'un plantigrade depuis le début de l'année.


On décompte plus de 3.000 ours en Sakhaline.
Un homme dévoré et enterré par un ours a été découvert la semaine dernière à Sakhaline, une île de l'Extrême-Orient russe, a annoncé lundi 30 juin l'agence Interfax. Il s'agit du troisième tué par un plantigrade depuis le début de l'année sur l'île.
L'homme était porté disparu depuis le 17 juin dernier. Lui et un ami sont partis se baigner dans une source d'eau chaude, située non loin du village de Krasnogorsk. Suite à leur baignade, S. Azarov s'est plaint d'un problème aux jambes, et s'est vu dans l'incapacité de se déplacer, laissant le deuxième homme chercher de l'aide.
Mais au retour de celui-ci, Azarov avait disparu. Son cadavre atrocement mutilé n'a été découvert que huit jours plus tard, le 25 juin, à 200 mètres de là. L'ours avait enterré sa victime après l'avoir à moitié dévorée.

"Il a tenté de ramper"
De toute évidence, Azarov "a tenté de ramper vers le village. C'est alors que l'animal l'a attaqué. L'ours a ensuite enterré le corps mis en pièces, c'est pourquoi on n'a pas réussi tout de suite à le retrouver", a expliqué un responsable de la police cité par Interfax.
Des chasseurs aidés par des policiers traquent depuis le plantigrade en vue de l'abattre, en vain pour le moment.
D'après la police, c'est dans la même région qu'un homme avait péri suite à l'attaque d'un ours en 2007. Il avait réussi à sauver la femme qui l'accompagnait en la faisant grimper sur un arbre, avant de se faire attaquer sauvagement.
Depuis le début de l'année, trois personnes ont été tuées par des ours à Sakhaline, où vivraient au total 3.000 de ces plantigrades.

Source : Nouvel Obs du 30 juin 2008

Un homme dévoré par un ours


Le corps d'un homme à moitié dévoré par un ours a été retrouvé la semaine dernière à Sakhaline, portant à trois le nombre des personnes tuées par ces plantigrades depuis le début de l'année sur cette île de l'Extrême-Orient russe, a annoncé lundi l'agence Interfax.

Les faits remontent au 17 juin, quand deux amis sont partis se baigner dans une source d'eau chaude, située non loin du village de Krasnogorsk. Après leur baignade, l'un d'eux, S.Azarov, s'est soudain plaint d'un problème aux jambes, d'origine indéterminée, et s'est aussitôt vu dans l'incapacité de se mouvoir plus avant.

Le deuxième homme est alors parti chercher de l'aide, mais quand il est revenu à l'endroit où il avait laissé l'infortuné, celui-ci avait disparu.

Ce n'est que huit jours plus tard, le 25 juin, que son cadavre atrocement mutilé a été découvert, à 200 m de là. De toute évidence, «il a tenté de ramper vers le village. C'est alors que l'animal l'a attaqué. L'ours a ensuite enterré le corps mis en pièces, c'est pourquoi on n'a pas réussi tout de suite à le retrouver», a expliqué un responsable de la police cité par Interfax.

Des chasseurs aidés par des policiers traquent depuis le plantigrade en vue de l'abattre, en vain pour le moment. D'après la police, c'est dans la même région qu'en 2007 un couple avait également eu affaire à un ours : l'homme avait alors réussi à sauver la femme qui l'accompagnait en la faisant grimper sur un arbre, avant de périr sous les griffes de l'animal.

Depuis le début de l'année, trois personnes ont été tuées par des ours à Sakhaline, où vivraient au total 3.000 de ces plantigrades.

Source : Le Parisien du 30 juin 2008

Haut de page

Russie : Des géologues tués par des ours


Au moins deux géologues russes ont été tués par des ours affamés dans le Kamschatka, à l'extrême-est du pays. Les autre membres de l'équipe, qui travaillait dans la région, refusent de quitter leur camp par crainte d'une nouvelle attaque. Malheureusement pour eux, le mauvais temps empêche les secours d'intervenir par la voie des airs.

Source : JDD du 22 juillet 2008

Haut de page

Des géologues russes pris au piège par des ours affamés


Une trentaine d'ours affamés ont pris au piège un groupe de géologues dans l'extrême-orient russe. Vendredi passé, deux de leurs collègues avait déjà été tués sur leur lieu de travail.

Les géologues, qui travaillent sur la péninsule du Kamschatka, refusent de quitter leur camp. "Ils ne sont pas sortis pour aller travailler. Ils sont effrayés par l'invasion des ours", a dit un porte-parole du ministère des Services d'urgence de la région.

Le mauvais temps empêche l'intervention des secours par hélicoptère mais une équipe de chasseurs est en route à bord d'un véhicule tout terrain. Une fois au camp des géologues, elle attendra l'autorisation des autorités pour abattre les ours.

Le grand nombre d'ours recensés cette année, conjugué à la rareté en poissons, rendent les plantigrades particulièrement affamés, expliquent les autorités. On estime à 16 000 le nombre d'ours bruns au Kamschatka, un territoire grand comme deux fois la Grande-Bretagne. A l'âge adulte, un mâle peut mesurer jusqu'à trois mètres et peser 700 kg.

Source : Edicom du 23 juillet 2008

Haut de page

Sibérie : un ours mutile 4 villageois


Un ours a pénétré dans un village du sud de la Sibérie où il a mutilé un couple et une de leur connaissances devant l'entrée de leur maison, puis un passant à qui il a "arraché la moitié du nez", a rapporté aujourd'hui le quotidien russe Novye Izvestia.

"Le couple était debout devant sa maison en train de parler avec une voisine", raconte au quotidien une employée de la mairie du village Podtessovo de la région de Krasnoïarsk, situé à quelque 4.000 kilomètres à l'est de Moscou.

La bête s'est approchée furtivement de l'une des femmes et l'a "scalpée", avant de mordre le mari de la victime qui tentait de le tirer en arrière, puis la voisine, selon cette source.

Le lendemain matin, après avoir passé la nuit dans le square du village, la bête a attaqué un passant en face de l'école maternelle. Ce n'est qu'alors que des policiers assistés d'employés du ministère pour les Situations d'urgence ont abattu l'ours.

Source : Le Figaro / AFO du 28 août 2008

Haut de page

Sibérie : campagne d'abattage d'ours


Une vingtaine d'ours bruns affamés, à la recherche de nourriture dans les zones habitées, ont été abattus depuis fin août dans la région sibérienne de Krasnoïarsk où des humains ont été attaqués parfois mortellement, a rapporté l'agence de presse Ria Novosti.

"Pour éviter les accidents dus aux attaques de personnes par des ours, les services de police de la région ont reçu l'ordre de réagir très rapidement", a déclaré un responsable de la police locale à Ria Novosti.

"En conséquence, 21 ours ont été tués", le dernier dans la nuit du 11 au 12 septembre, a précisé cette source. La police a ajouté qu'il avait été fait appel pour cela à des chasseurs professionnels.

Au cours des trois dernières semaines, des ours se sont approchés de zones habitées une vingtaine de fois dans la vaste région de Krasnoïarsk et une femme a été tuée début septembre par un plantigrade, a précisé Ria Novosti.

Source : Le Figaro/AFP du 17/09/2008

Haut de page

Des ours terrorisent des villages dans l'Altaï


Les habitants de deux villages situés dans la réserve d'Etat de l'Altaï vivent déjà depuis un mois dans la crainte des raids des ours forcés de chercher leur nourriture auprès des hommes en raison du manque de ressources dans la forêt, a annoncé mardi à RIA Novosti un représentant de la réserve.

Les ours font incursion la nuit dans des villages, tuant les poules et le bétail et détruisant des palissades.

"Les ours sont les vrais maîtres des villages. A la nuit tombée, ils s'aventurent dans les rues", a fait savoir un interlocuteur de l'agence, ajoutant que la situation était devenue critique.

Ainsi, les habitants d'un village ont calculé qu'ils étaient encerclés par quelque 20 carnassiers.

Les ours, avant d'hiberner, doivent accumuler de la graisse au cours de l'automne. D'après les experts, les bêtes minées par la famine dans la taïga se sont précipitées dans des villages, les cris et les coups de fusil ne peuvent les en chasser. Néanmoins, aucune attaque contre des humains n'a été enregistrée.

La réserve d'Etat a été fermée, toutes les entrées et les sorties des villages sont contrôlées par des gardes armés.

Source : RIA Novosti du 30 septembre 2008

Haut de page

En Sibérie, un couvre-feu pour cause d'ours affamés


Deux villages de Sibérie ont dû instaurer un couvre-feu après qu'une vingtaine d'ours bruns affamés se soient mis à roder aux alentours. Les habitants n'ont pas non plus le droit de sortir de jour sans être accompagné d'un garde.

Des dizaines d'ours bruns affamés à la recherche de nourriture ont forcé deux villages montagneux du sud de la Sibérie à imposer un couvre feu, ont rapporté lundi les agences de presse russes.

Les habitants de Iaïliou et Bélé ne peuvent plus quitter leur village sans une escorte armée pendant la journée et doivent rester chez eux la nuit, ont précisé les agences en citant des responsables locaux.

Les ours quittent les forêts en raison d'une pénurie de baies et de noix cette année et terrorisent les villageois depuis plus de deux semaines, tuant du bétail, détruisant des palissades et attaquant des gens, a précisé Ria Novosti.

Les deux villages sont situés dans un parc national des montagnes de l'Altaï et la décision d'imposer ce couvre-feu "a été prise par le conseil scientifique du parc", a déclaré Sergueï Varganov, le gardien en chef de la forêt, cité par Ria Novosti.

Une vingtaine d'ours rôdent dans les deux villages la nuit, ont précisé les agences.

Source : France 24 / AFP du lundi 13 octobre 2008

Observation : les ours bruns de Sibérie sont de la même espèce que les ours bruns du centre de l'Europe, des Cantabrique en Espagne ou ceux présents, importés ou autochtones, dans les Pyrénées.

Haut de page


Le Grand Charnier
   

Accueil du Monde des Pyrénées
Ours dans les Pyrénées
Environnement des Pyrénées
L'ours en Europe