L'ours, autochtone béarnais

 

L'ours des Pyrénées a ses habitudes. Ses habitudes de déplacements, ses lieux de nourriture, son gîte hivernal, etc...
Une introduction d'ours non béarnais pourrait perturber ces habitudes aux limites du Parc National des Pyrénées. C'est la crainte de plusieurs bergers. Mais la pérennité de la présence de l'ours en Béarn reste une interrogation.

L'ours, autochtone béarnais

Source : IPHB

La réintroduction de deux ours femelles en Béarn ne garantirait pas la pérennisation de l'espèce sur le territoire. Et aurait diverses répercussions sur les migrations des mâles

Impossible, de mémoire de berger, de dater la présence de l'ours dans nos vallées. Pour une simple raison : il était là le premier.

Un peu d'histoire (1)
Le premier ours est apparu il y a 5 millions d'années. L'ancêtre de l'ours brun a vu le jour en Asie, pour coloniser l'Europe il y a quelque 250 000 ans. La population ursine a connu un accroissement florissant dans les régions tempérées de l'hémisphère nord, avant de refluer à partir du Moyen-Age. En bon maître et possesseur de la nature, l'homme du XIXe siècle a cantonné la présence du plantigrade aux massifs montagneux boisés.
A l'échelle européenne, on trouve aujourd'hui des foyers de population dans un périmètre autour de la Roumanie, de la Russie et au nord : dans les pays baltes et en Scandinavie. Le foyer occidental quant à lui englobe l'Italie, les Balkans, et la chaîne pyrénéo-cantabrique. Ce dernier secteur constitue aujourd'hui l'un des plus menacés. Sur la chaîne pyrénéenne, la population ursine est estimée entre 14 et 19 individus, répartis comme suit: un noyau oriental (Ariège, Aude, Pyrénées-Orientales, Andorre), où il y aurait un à deux ours. Le noyau central (Hautes-Pyrénées, Haute-Garonne, Val d'Arran et le Pallars-Sobirà, côté espagnol) comprendrait entre 9 et 12 individus, dont deux femelles. La troisième zone couvre le Béarn, l'Aragon, la Navarre (vallées d'Aspe, d'Ossau, du Barétous et les vallées de Anso, Echo et Roncal). Y sont identifiés 4 à 5 individus mâles, dont le petit de Cannelle, qui était la dernière femelle de souche pyrénéenne.

Effets de la réintroduction.
La réintroduction de femelles dans le massif viendrait enrayer le déclin de l'ours. Ce n'est toutefois pas une garantie pour la pérennisation de l'espèce à long terme. C'est le cas en Béarn notamment. D'abord parce que le temps de gestation est long, une ourse ne met bas que tous les deux ou trois ans. Ensuite, parce qu'un ourson sur deux ne dépasse pas l'âge de 2 ans. Si, comme le prévoit le plan gouvernemental conditionné par l'accord de l'Institution patrimoniale du Haut-Béarn (IPHB), deux ourses arrivaient en Béarn, cela ne donnerait pas lieu à une « invasion ».
En revanche, un tel scénario pourrait avoir certains effets sur le quotidien de l'animal. Comme le montre la carte reproduite ci-contre, l'ours a ses habitudes en Béarn. Certaines zones étant plus fréquentées que d'autres. Principalement pour des raisons alimentaires. Il est à noter que le plantigrade évolue principalement aux marges de la zone centrale du Parc national des Pyrénées, là où se développe l'agriculture de montagne.
L'incidence pourrait intervenir sur la mobilité de l'animal. Pour se nourrir, ou encore se reproduire, l'ours peut parcourir 15 à 20 kilomètres par nuit. Cet été, la présence de Camille, probablement en errance à la recherche d'une femelle, a été détectée sur les hauteurs de Borce.
Pour Gérard Caussimont du FIEP Groupe ours Pyrénées (Fonds d'intervention éco-pastoral, lire également par ailleurs), la réintroduction permettrait de « fixer le noyau de population. Car s'il n'y a pas de femelles, les ours vont rapidement déserter nos montagnes ».
Un scénario qui conviendrait aux défenseurs de l'ours, pas nécessairement aux bergers. Ces derniers craignent de voir leur activité perturbée par la présence de l'animal. Ou quand les avantages reconnus par les uns représentent les inconvénients des autres, soit la pomme de discorde qui agite actuellement les vallées.

Auteur : Xavier Sota
Source : Sud Ouest du 31 octobre 2005

(1) Source : Jean-Jacques Camarra, spécialiste de l'ours à l'Office national de la chasse et de la faune sauvage, in « l'Ours des Pyrénées, les quatre vérités », éditions Privat, 2005. - Retour

Haut de page


Le Grand Charnier

Accueil du Monde des Pyrénées
Ours dans les Pyrénées