Le WWF provocateur ?

 

Alors que tout est calme dans les vallées en ce début d'automne 2006, le WWF cherche à mettre de l'huile sur le feu en envoyant des dépliants dans les foyers des villages du Pays Toy expliquant qu'on ne leur a pas dit la vérité sur l'ours. Provocation ?

 


Les troupeaux sont redescendus d'estive. Certains sont parti plus tôt que prévu, d'autres ont joué les prolongations… un peu comme chaque année. Il fait beau, les fêtes et les foires se terminent, le dialogue est engagé avec les pouvoirs publics… au moins dans les Hautes-Pyrénées.

Chacun fait ses comptes… mais c'est tout juste si nous n'avions pas déjà oublié l'ours… pas tout à fait quand même. La " bête velue " est toujours présente dans les esprits et dans les chansons de Daniel. La bonne humeur est là. Les repas se succèdent. Les réunions aussi… mais tout est calme dans les vallées.

Mieux encore, l'UMINATE 65 (fédération départementale des associations de protection de l'environnement des Hautes-Pyrénées) constatait au cours de son assemblée générale que " cela a été fait n'importe comment. Ce programme aurait dû être préparé en concertation avec les éleveurs, les gens d'ici. Il faut que le gouvernement ouvre un dialogue et adopte de réelles mesures pour aider les éleveurs. "

Mais ce matin 10 octobre 2006, le Pays Toy se trouve inondé par le facteur d'une publicité du WWF. Un véritable provocation propagandiste ou l'omission fait officie de mensonge. Les interprétations à sens unique viennent " casser " tous les efforts de dialogue.
Manifestement, il y en a qui font des conflits leur fond de commerce et les désaccords semblent à la hauteur du milieu écologiste (Cf. les dialogues interminables des Verts)

Ne nous y trompons pas. Derrière le WWF, organisme aux origines controversées, eut égard au passé de ses co-fondateurs, il y a la FNE (France Nature Environnement), le FIEP, FERUS, L'ADET-Pays de l'ours, l'ACP et toutes la consistance de la nébuleuse " Cap-Ours ". A en croire le peu de monde qu'ils réunissent dans leurs manifestations, ce n'est qu'un petit noyau d'agitateurs professionnels qui représentent peu de choses surtout dans les vallées pyrénéennes. Mais ils sont là et, de manière régulière, essaient de montrer leur existence à défaut de leur présence.


Cliquez pour avoir le dépliant complet
Cette publicité pourrait être assez anodine si elle ne venait pas provoquer les éleveurs des vallées, en particulier ceux du Pays Toy, par des affirmations et accusations qui ne les concernent pas.

L'homme ne doit pas redouter l'ours ? Evidemment, les anciens qui ont perdu la vie ou la main ne sont plus là pour raconter. Mais la tradition orale des villages entretien encore la réalité de la chose que des bureaucrates et écolos de salon ne peuvent pas connaître. Au fait, y a-t-il eu une étude sociologique avant l'introduction ? Réponse : Non ! La DIREN et les associations avaient la connaissance infuse.

L'ours est bon pour le tourisme ? Fabuleux comme affirmation. Quelle étude de marché a été faite ? A priori, aucune ! Par contre si c'était si bon, les vallées du Béarn (qui ont toujours eu des ours) et du Couserans (qui en ont depuis 1996) devraient, dans ce domaine, être plus riche qu'elles ne le sont. Le Pays Toy n'a pas attendu l'ours pour connaître le développement touristique actuel... pas plus que la vallée d'Aure, Luchon ou la vallée de Campan. Encore un mensonge ou une manipulation.

L'ours n'est pas responsable de la crise du pastoralisme… bien sûr que non ! La problématique n'est pas que pastorale ou que pyrénéenne elle est pour toute l'agriculture et celle de montagne en particulier. Mais l'ours ne fait que rajouter au malaise en particulier aux conditions de travail des éleveurs et bergers. L'intelligence des initiateurs de l'importation aurait commandé que l'on règle avant les problèmes du pastoralisme pour rendre plus acceptable l'ours. Mais comme la décision a été prise avant toute réflexion… Absence de préparation ? Et oui, c'est ce que disent les pro-ours d'Uminate 65. C'est donc dur à avaler par les sectaires de ce milieu.

Les ours slovène sont végétarien somme ceux des Pyrénées… Il faudra faire le compte précisément (à la réunion de Salles-Argelès en septembre, la DIREN était incapable de donner un chiffre précis) mais à voir les photos, cela ne représente pas les conséquences d'un végétarien. Curieux non ?

Les dégâts sont modestes… facile à dire pour celui qui ne les subit pas. Les statistiques avancées ? Que du bluff puisqu'il n'existe aucun chiffre officiel des prédations. Mensonge ou propagande ?

L'ours a sa place dans les Pyrénées… affirmation gratuite et unilatérale décidée par qui ? Si l'ours a progressivement disparu, c'est qu'il doit y avoir une raison. Peut-être bien parce qu'il n'y a plus sa place ? Mais aucune étude n'a été faite dan s ce domaine. C'est à qui va convaincre l'autre. Et là, les éleveurs ne sont pas convaincu en le vivant au quotidien… les anciens non plus n'étaient pas convaincus… curieux, non ?

Pêcheurs, chasseurs et randonneurs ont de la chance ??? Qui le décide ? On leur a demandé leur avis ? Facile à dire puis après d'aller se plaindre qu'il existe la chasse sur les territoires à ours… quant aux randonneurs, quel intérêt pour eux puisque par ailleurs on nous dit qu'on ne peut pas voir l'ours… Peut-être bien qu'ils préfèrent rencontrer des brebis et des vaches… Mais là encore, on ne leur a pas demandé leur avis. Le WWF décide qu'ils ont de la chance comme les gosses qu'on emmène au zoo : ils ont de la chance !
Au fait, le randonneur a de la chance de rencontrer un Patou et devoir attendre sa bonne disposition pour poursuivre son chemin en traversant le troupeau ?

Natura 2000 dans les Hautes-Pyrénées est particulièrement développé avec de nombreux site. Pourquoi y a-t-il autant de site d'uintérêt communautaire alors qu'il n'y a plus d'ours depuis longtemps. Nous avons la certitude et fait la démonstration que l'ours n'y est pour rien. Lorsque l'ont voit que la réserve naturelle du Pibeste dépose une plainte contre ces introduction mettant en péril sa diversité biologique, il y a de quoi s'interroger… Mais le WWF, comme les autres associations de sa nébuleuse détiennent LA vérité… un peu comme un " gourou " dans une secte. Il suffit d'affirmer sans démontrer et sans discuter pour être convaincu.
Malheureusement pour eux, ce n,'est pas ainsi que cela fonctionne dans les vallées pyrénéennes : il faut montrer et prouver.


Mairie de Bielle en Ossau - Ph. M. Mouret


Tags "pro-ours" sur le mur de la gendarmerie de
Bagnères de Bigorre - Ph. René Lacaze

Violence et mensonge… une honte pour les Pyrénées ??
Qui sont-ils pour parler pour les Pyrénées ? Quelle légitimité ? Légitimés par qui ?

Les violences, elles existent en effet : tag sur les bâtiments publics, insultes et menaces de morts contre des opposants à l'introduction, création de sites Internet insultant (des plaintes sont déposés), coups et blessures contres des opposants à l'introduction (des plaintes sont déposés), accusations de vol d'un collier à ours, etc… mais en attendant deux grosses manifestations sans incidents malgré les provocations des pro-ours (tags, insultes en bordure de cortèges, tee-shirts ostensiblement montrés au cours des discours, verre pilé au passage des troupeaux (Haut de la Côte de Bagnères le 13 mais 2006)…. Assez similaire au verre pilé avec le miel au Chiroulet dont il semblerai que tout le monde connaisse le nom de l'initiateur… pro-ours !

Et la liste est longue, mais il faut se taire pour éviter toutes provocations.

Dans tout ce dépliant, rien de bien nouveau.
Toujours le même discours mainte fois rabaché comme un gourou à ses adeptes. Propos toujours refusés par éleveurs, bergers et une majorité de la population de sterritoires de montagne. Mais les écologistes s'accrochent... Et pourtant... les récentes réunions d'Argelès-Gazost (avec les chasseurs), Salles-Argelès et d'Arrens (avec les éleveurs) en septembre 2006 ont quelque peu bousculé la "bible" de la DIREN. Les "pleurnichages" d'une fonctionnaire manifestement incompétente n'ont rien fait. Quand on est incapable d'aporter des explications... on démissionne ou au mieux, on reconnait ses erreurs. Mais là, rien... et comme elle, le WWF persiste dans l'ereur. Pourtant l'UMINATE 65... Assez édifiant !

Et le financement ?
Comment toute cette opération, et les autres, sont-elles finacées ? Des associations avec directeur et personnels, des locaux, des moyens.. c'est du moins le cas pour le FIEP, l'ADET, l'ACP, FERUS et bien sûr le WWF. Avec quel argent ? Des subventions ? De qui ? Il serait temps qu'une clarification sur l'emploi des fonds publics soit faite. La Ministre Nelly Olin a "cassé" l'IPHB en lui demandant des comptes qu'elle a fournit. Pourquoi ne pas faire la même chose avec l'ADET, l'ACP et le FIEP ? Pourquoi la DIREN ne fournit-elle aucune information ? Beaucoup de questions et d'opacité depuis une bonne dizaine d'années. Sujet qui préoccupe plusieurs parlementaires de tous bords. Il faudra bien un jour répondre à toutes les questions.

L'opération du WWF


L'opacité des finacements du WWF est complète. Nous partirons donc de l'hypothèse qu'il s'agit de fonds propres provenant de cotisations de membres. Néanmoins, il a fallu faire imprimer des dépliants, les faire distribuer par La Poste, et payer l'Ecopli "T". Il faut quand même des moyens que n'ont pas les éleveurs pour assurer propagande et lobbying.

Provocation ?
Il est bien connu des pro-ours que la provocation ne peut venir que des opposants à l'introduction. Pourtant… ce lundi 10 octobre, qui a fait distribuer des dépliants dans les villages du Pays Toy ? Qui est allé titillé des gens restés calme chez eux ?
Tout simplement le WWF.
Aurait-il les mêmes idées que leurs co-fondateurs ?
A chacun d'apprécier.

Informations diverses


Le Grand Charnier

Accueil du Monde des Pyrénées
Ours dans les Pyrénées