Ânesse Nelly

 

Lorsque Nelly Olin, Ministre de l'Ecologie et du Développement Durable, qualifia les éleveurs et bergers pyrénéens " d'ânes et d'imbéciles " elle ne s'attendait sans doute pas participer à la promotion des ânes des Pyrénées, espèce en voie de disparition, avant sa découverte des " Pyrénées sauvages ".
Mais si dans une société, tout le monde est le " con " de l'autre, pour le qualificatif d'ânes il en est de même à ce détail prêt que l'âne des Pyrénées est un animal particulièrement intelligent et attachant et à l'opposé de l'imbécile. Nous en conclurons que Madame Olin, comme pour l'ours, parle d'un sujet qu'elle ne connaît pas même pour qualifier ses semblables lorsqu'ils ne partagent pas son point de vue.

"Non à l'ours dans les Pyrénées", nous déclare Nelly Ollin


L'ânesse en cours de maquillage avant de défiler dans les rues de Bagnères de Bigorre le 13 mai 2006 pour dire "Non à l'ours" comme tous les imbéciles des Pyrénées (Ph. Louis Dollo)


Alors que des journaux bien informés rapportent que la Ministre de l'Ecologie a traité d'ânes les opposants à la ré-introduction d'ours d'origines allogènes dans les Pyrénées, les habitants des régions menacées par le redoutable plantigrade ont décidé de désormais rebaptiser "Nelly Ollin" tous leurs ânes et baudets.
"C'est moins pratique pour les reconnaître", nous confesse Alain Etchebonchoix, créateur de cette belle initiative, "mais c'est un hommage mérité à notre ministre de l'écologie". Depuis que tous les ânes ont été baptisés Nelly Ollin, il semblerait même que la parole leur soit venue. "C'est extraordinaire, encore quelques jours de progrès et ils s'exprimeront aussi intelligemment que l'original", s'émerveille Alain Etchebonchoix.

Source : Desinformation.com du 14 mai 2006


Ânesse Nelly est prête pour le défiler. Elle saura tenir
son rang durant toute la journée du 13 mai 2006
(Ph. Louis Dollo)

Haut de page

L'âne, défenseur des brebis.


Il a été remarqué depuis des décennies que l'âne contribuait activement à la protection des troupeaux contre les attaques de loups. Nous reproduisons ci-dessous ce que nous avons trouvé sur un site web suisse.
Il est surprenant que les associations de protection de l'environnement et les services de l'Etat n'y fassent jamais allusion.

Pourquoi la France préfère-t-elle financer uniquement des chiens de protection ? Moins cher qu'un âne ? Pourtant l'âne présente des avantages sur le chien : nourriture, transport, élevage équin, sauvegarde de races souvent en perdition, etc…
Par contre nous n'avons pas de témoignage par lequel il serait efficace contre l'ours.


Sur de nombreuses illustrations anciennes et dans les histoires de berger, un âne est souvent présent au milieu d'un troupeau de moutons. L'âne est un excellent gardien qui donne l'alarme par ses cris énergiques en cas de danger.

A cause de sa forte aversion contre toutes les races de chien, il est utilisé dans de nombreux pays européens pour la protection des troupeaux de moutons, de chèvres et de vaches. Il est surtout efficace contre les chiens errants et les renards.

Les ânes voient, entendent et sentent très bien. Grâce à ces dons, ils peuvent facilement repérer un agresseur. En criant et en découvrant leurs dents, ils poursuivent les intrus et essaient de les mordre ou de les frapper. Les cris d'un âne s'entendent à plusieurs kilomètres.

Source : le loup et le mouton

Haut de page


Le Grand Charnier

Accueil du Monde des Pyrénées
Ours dans les Pyrénées