Le Ministère de l'écologie recherche des responsables

 

Il fallait s'y attendre. Le Ministère de l'Ecologie recherche des responsables pour satisfaire les associations ultra environnementalistes dites " écolos ". C'est une habitude depuis 25 ans de jouer le rôle de la vierge outragée plutôt que de regarder la réalité en face et d 'en tirer les conséquences. Dans un communiqué de presse il demandé de " s'intéresser à l'ensemble de ces circonstances " ayant conduit à la mort de Franska. Il va être intéressant de voir si l'affaire est instruite à charge et à décharge ou bien en sens unique…. Car il faudra bien aussi s'intéresser à ce qui s'est passé dans la nuit précédent l'accident.

 

La secrétaire d’Etat chargée de l’Ecologie demande un complément d’enquête


Le cabinet de Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d’Etat chargée de l’Ecologie, vient de nous adresser le communiqué suivant il y a quelques instants :

Les premiers éléments de l’autopsie pratiquée sur l‘ourse Fançka à l’Ecole vétérinaire de Toulouse accréditent l’hypothèse de la mort accidentelle de cet animal à la suite d’une collision avec deux véhicules. Toutefois, les plombs de chasse retouvés dans son cadavre attestent des actions hostiles dont cette ourse a été victime depuis son introduction sur le territoire national.

A cet égard, les « battues » organisées sur la commune de Generest (65) et les communes voisines durant la période du 8 au 10 juillet 2007 ont été largement relayées par les médias locaux et nationaux. Compte tenu de ces éléments et afin de faire toute la lumière sur l’ensemble des perturbations subies récemment par l’animal, Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET, secrétaire d’Etat chargée de l’Ecologie, a demandé ce jour un complément d’enquête au procureur de la République.

« Il m’apparaît important que l’enquête que vous conduisez suite à la mort de l’ourse Françka puisse s’intéresser à l’ensemble de ces circonstances et que les responsabilités pénales en découlant, qu’elles relèvent de l’application des textes sur les espèces protégées ou de la police de la chasse, puissent être recherchées par vos soins. » précise la secrétaire d’Etat dans son courrier au procureur de la République.

Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET a également tenu à rappeler que le renforcement de la population d’ours brun dans les Pyrénées répond aux obligations communautaires de la France en matière de préservation de la biodiversité. A ce propos, la Commission européenne porte une attention particulière aux espèces protégées par la directive habitats.

Communiqué du 29 août 2007 - Version *.pdf

Haut de page

Commentaires


Ce communiqué est pour le moins surprenant pour plusieurs raisons.

  • En écrivant au Procureur de la République, la secrétaire d'Etat donne-t-elle des instructions ou directives aux magistrats ? Ou fait elle pression ? Où est l'indépendance de la justice ? L'enquête est-elle menée sereinement ?
  • Pourquoi ne citer que la période du 8 au 10 juillet pour un accident qui a eu lieu le 9 août ? Pourquoi ne pas s'intéresser également à la nuit précédant l'accident ?
  • Pourquoi attendre un accident pour engager des poursuites et donner des orientations partisanes au Procureur ?
  • Alors que tous les services, Préfet en tête, connaissaient l'exaspération des habitants et des éleveurs des villages, que faisait la gendarmerie pour assurer la protection de l'ours et éviter un accident ? Pourquoi n'ont-ils pas procédé à des arrestations s'il y avait infraction ? Mais aussi, pourquoi les Préfets n'ont-ils pas pris de mesures conservatoires comme il leur était demandé depuis plusieurs mois par les associations de sauvegarde du patrimoine et les syndicats agricoles ?

Nous avons interrogé plusieurs habitants du Nistos ayant participés à des manifestations. Tous sont formels : " il n'y a jamais eu de battues. " Par contre, face au laxisme de l'administration " il y a bien eu des effarouchement lorsque l'ours était dans ou à proximité des villages. " Et ils précisent " c'était pour notre sécurité et les gendarmes étaient souvent présents. "... "il n'y a jamais eu de débordement". Mieux encore, des observateurs présents sur le terrain nous disent " qu'il n'y avait pratiquement pas d'éleveurs mais surtout des habitants et des vacanciers. " Ou encore : " je n'ai pas vu ni entendu de fusil. " Un autre nous dit " on a fait une mise en scène pour la TV mais on n'était pas à côté de l'ours. De toute manière l'ETO ne savait pas où elle était. Nous l'avons vu à plusieurs reprises mais il n'y a jamais eu de personnes de l'ONCFS "

Si avec ce genre de témoignage nous arrivons à trouver la vérité….
Au fait, s'il n'y avait pas eu d'accident, personne n'aurait su qu'elle avait reçu quelques plombs et il n'y aurait aucune enquête aujourd'hui. A défaut de trouver un responsable en la personne du militaire auteur / victime de l'accident mortel, il va falloir remonter un mois en arrière. Mais pourquoi donc ne pas s'intéresser à cette nuit précédente ?

Lorsque Papillon est mort, qui est allé rechercher l'origine des plombs qu'il avait reçu ? Il est mort de quoi exactement ? A-t-on fait une enquête après la mort d'un certain ours au-dessus d'Aydius ? Pourquoi ne pas dire la vérité ?

Peut-être que le Gendarmerie mènera une " enquête molle " comme c'est le cas depuis longtemps dans certains secteurs des Alpes lorsqu'il est question du loup. Qui sait ?
Mais déjà dans le Nistos et la Barousse on s'attend à recevoir de la visite et à vivre des perquisitions " pour rien " nous précise-t-on.

Voilà une affaire et une démarche de la part de la secrétaire d'Etat qui n'est pas faite pour apaiser les esprits. Bien au contraire. A croire que dans ce Ministère, tout est fait pour créer les conflits et le désordre public. Dans le fond, c'était bien l'objectif déjà en 1990 lorsqu'un certain président d'association environnementaliste était à la tête d'un service dans le dit Ministère.

Pour Marie-Lise Broueilh, Présidente de l'ASPP 65 " il faut que cesse cette proximité anormale entre le Ministère et les associations ultra environnementalistes comme le préconise le rapport d'enquête parlementaire présidé par Christian Estrosi. Une fois de plus nous avons la preuve de l'existence de cette proximité et les milieux écologistes. " Quoi de plus normal lorsque tout le monde sort de la même école….

Quant aux obligations européennes, parions qu'il en sera question aujourd'hui à Paris à l'APCA. Il semble bien que tout le monde n'a pas la même lecture de ces obligations.

Haut de page

Autres informations


Le Grand Charnier

Accueil du Monde des Pyrénées
Ours dans les Pyrénée