Et les chiens errants...

 

L'ADET entretien en permanence un discours mensonger, sectaire et propagandiste. En effet, absolument rien, aucune étude sérieuse, aucune statistique n'existe pour prétendre que les prédations de l'ours sont marginales comparées à celles des chiens. L'ADET et d'une manière générale toutes les associations environnementalistes sont incapables de fournir la moindre précision ou référence sur ce sujet. Mais le mensonge et la manipulation fonctionne encore....

Ours : les attaques sont marginales, selon l'Adet


Après l'attaque de l'ours ayant provoqué la mort de 160 brebis dans l'Ariège, l'Adet-Pays de l'Ours précise que «ce type d'accident regrettable, le plus souvent causé par des chiens, n'est malheureusement pas exceptionnel dans les Pyrénées, mais c'est la première fois depuis 10 ans qu'un ours en serait responsable.

L'ours reste une cause marginale de dégâts au bétail, de l'ordre de 1% des pertes globales. Les chiens divagants, les maladies, les accidents, les vols, les phénomènes climatiques et les autres prédateurs (renards, corbeaux, sangliers ...) étant responsables des 99% restants, soit environ 20 000 bêtes par été. Les mesures de protection du programme « Ours » permettent chaque année de sauver plus de brebis que n'en tuent les ours.»

Article paru dans la Dépêche du Midi le 29/06/2005

Observations : Le discours de l'ADET est une pure propagande mensongère pour satisfaire son lobbying en faveur de l'ours. L'association écologiste se base sur des estimations auto décidées puisqu’il n’existe aucune étude justifiant la perte de 1%. Par ailleurs il n'existe aucune statistique sur les accidents, vols, maladies.... justifiant les 20 000 bêtes mortes par été. Je chiffre est totalement fantaisiste. Et puis, même si les chiffres étaient exacts (ce que l’ADET sera incapable de justifier) est-il normal et moral d’ajouter à ces pertes des prédations d’ours ? Est-il normal d’accepter la souffrance des brebis au motif que l’ours doit manger ? L’éleveur travaille-t-il pour nourrir l’ours ? A-t-il me même rôle qu’un soigneur de parc animalier ? La montagne est-elle un grand parc animalier où les troupeaux sont les garde-manger des ours ?

Il est étonnant que ce qui était des lâchers expérimentaux en 1996 et 1997 deviennent des renforcements à poursuivre. Tout aussi étonnant qu’on ne tienne pas compte de cette expérience montrant que la garde des troupeaux est un fiasco et que l’acceptation sociale n’existe pas. Manifestement la raison n’existe pas. Nous sommes face à l’application d’une idéologie dont les éleveurs-bergers des Pyrénées font les frais en accusant des chiens errants à l’existence totalement fantaisiste en montagne.

Louis Dollo, le 30 juin 2005

Haut de page


Le Grand Charnier

Accueil du Monde des Pyrénées
Ours dans les Pyrénées
Ours actualité
Pastoralisme dans les Pyrénées