L'équipe technique ours

 


Le suivi de la population d’ours relève de la responsabilité de l’office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS). Il s’appuie à la fois sur une équipe de permanents (l’équipe technique ours) et sur un réseau d’observateurs locaux répartis sur l’ensemble de la chaîne qui constituent le réseau ours brun- ROB.

Equipe technique ours
Route nationale 117
31800- Villeneuve de Rivère

Tel : 05 62 00 81 08
Fax :05 62 00 81 09
Répondeur localisation : 05 62 00 81 10

Composition
L’équipe technique ours de l’ONCFS est une équipe partenariale composée actuellement d'un biologiste responsable de l'équipe, d'une secrétaire et de 2 pôles :

  • le pôle suivi constitué de deux techniciens équivalents temps-plein des fédérations des chasseurs de l'Ariège, de la Haute-Garonne, des Hautes-Pyrénées, d'un agent à 75% de l'ONF, et de 2 agents de l'ONCFS.
  • le pôle pastoral constitué par 5 gardiens itinérants (2 présents de mai à octobre, 3 de juin à octobre) et 2 animateurs chiens patou employés par l'association pour la cohabitation pastorale.

Missions

  • Pôle suivi
    • Assurer le suivi technique et scientifique des ours en collaboration avec le Réseau Ours Brun et l’équipe espagnole. Il élabore les protocoles de suivi, assure la coordination du réseau ours brun, participe aux collectes de données et aux expertises de dommages d’ours. Il centralise les données et réalise les synthèses. Il assure la diffusion de l’information concernant le suivi de population ursine. Il coordonne les actions techniques ponctuelles liées à la gestion de l’ours (effarouchement, capture, équipement télémétrique…).
    • Assurer le travail de proximité, d’information, de sensibilisation auprès de tous les utilisateurs et gestionnaires du milieu pour améliorer la cohabitation avec l’ours (élus, éleveurs, forestiers, randonneurs, chasseurs, associations de protection de la nature, professionnels du tourisme, grand public, médias, milieu scolaire et universitaire) par des contacts permanents sur le terrain, des interventions en public ou l’envoi de documents d’information.
  • Pôle pastoral

Missions des gardiens itinérants

    • Assurer l'information des éleveurs par rapport : au pastoralisme (intérêt du gardiennage permanent, marche à suivre en cas de prédation...), au programme ours, au comportement et la biologie de l’ours, à la localisation des ours.
    • Aide à la mise en œuvre des mesures de protections. Une aide ponctuelle pourra être assurée pour le déplacement et le montage des parcs de nuit.
    • Assistance des bergers dans leur travail. Le besoin de regrouper le troupeau sur un point choisi, éventuellement clos, peut nécessiter une aide notamment le temps que les brebis s’habituent à ce changement de conduite. La gestion de l’estive pouvant être modifiée en présence d’ours, le technicien pastoral itinérant peut aider à faire face à un éventuel surcroît de travail.
    • Surveillance nocturne des troupeaux : elle est effectuée sur les troupeaux où des mesures de protections sont mises en place. Cette surveillance consiste à appuyer le système de protection mis en place et à vérifier l’efficacité des mesures. Elle pourra néanmoins être effectuée sur des troupeaux ne bénéficiant d'aucune protection pour sensibiliser le gestionnaire d'estive à la mise en place de mesures de protection. Mais cette intervention ne pourra être que limitée dans le temps.
    • Coordination des héliportages et portages par bât.

Mission des l'animateurs chiens patous

  • Recherche des chiots à placer (recherche des éleveurs de chiens patous en France, vérification des origines et des qualités spécifiques à la race, réalisation d’un fichier " chiens patous " permettant d’évaluer les qualités et les défauts de chaque animal afin de suivre son évolution en lien avec la connaissance que l’on a de sa lignée) ;
  • Placement des chiots auprès des éleveurs demandeurs (étude des caractéristiques de l’exploitation, mise en contact du chien avec le troupeau, initiation du propriétaire aux méthodes d’éducation) ;
  • Suivi des chiens placés (éducation de base, perfectionnement) ;
  • Animation spécifique sur les chiens de protection (auprès des propriétaires de chiens patous afin de favoriser les relations entre eux, auprès des éleveurs transhumants afin de les informer aux méthodes de protection des troupeaux contre les prédateurs).

Source : DIREN au 31-10-2005

Haut de page

Bons et mauvais souvenirs d'un technicien de l'équipe technique ours


Au rayon des mauvais souvenirs, Etienne Dubarry se rappelle du jour où son petit Pipper a dû atterir en catastrophe alors qu'il était parti faire de la télémétrie en avion. "Une hélice s'est arrêté, le moteur aussi. On s'est posé dans les champs, en vol plané. On a cassé le train. On a fait les champs, les rigoles, les champs... mais heureusement, on est resté sur le ventre. On a rien eu."

Autre mauvais souvenir, quand il a dû aller faire une expertise dommage après une prédation dans un village. Trente éleveurs en colère l'attendaient. Mais il en connaissait certains. Ils ont pu s'expliquer sans casse.

Au rayon des meilleurs souvenirs, il range inévitablement sa rencontre de nuit avec Xiva. "C'était en 98 ou 99. Au départ, j'étais parti avec Pierre-Yves Quenette. On avait bossé comme des fadas dans la voiture du suivi. J'en ai eu marre. J'ai dit "je prends le sac à dos". Le soir, on a attrapé le signal de Xiva sans la localiser. Il y avait le clair de lune. On marchait sans lampe, à près de 2300 mètres d'altitude. On a changé de versant et on a attrapé le récepteur. Le temps qu'il branche l'antenne, je vois une masse marron et je me bloque. Il a compris de suite. Elle était à 35 pas, dans l'axe de marche, en train de fouiller sous un caillou. Le vent nous était favorable. Elle ne nous avait pas senti approcher. Elle s'est levée, elle a crié, et elle est arrivée plein pot vers nous pour protéger ses oursons. Et, à dix pas, elle a plongé dans la pente. On l'a suivie deux heures dans la nuit. A chaque fois qu'on passait sur des névés, il y avait les traces de la mère et des petits. Quand on a fini par poser le sac à dos, je me suis demandé: "j'ai crié ou pas". Je ne sais pas, mais on a pas eu une peur panique. J'ai juste levé le baton quand elle est arrivée et je lui ai parlé; ça a suffi. C'est un souvenir extraordinaire. On ne l'a pas eue à la télémétrie mais à l'expérience. On a bien joué. On était comme des pinsons."

Source : La Dépêche du Midi du 29 mai 2007

Haut de page

Qui fait quoi dans l'équipe de l'ours ?


Pierre-Yves Quenette, l'ingénieur biologiste, en assume en quelque sorte la responsabilité. C'est un permanent de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), au même titre que Jean-Jacques Camarra, qui exerce la fonction de technicien supérieur, Etienne Dubarry, technicien de l'environnement, et Françoise, la secrétaire. Tous les quatre reçoivent le renfort de trois CDD ONCFS et de trois techniciens de la Fédération des chasseurs, ou plutôt des fédérations départementales. Tous, hormis la secrétaire, se relaient sur le terrain pour suivre l'avancée des ours... sauf mission particulière. La semaine dernière, deux techniciens sont allés dans les Alpes pendant deux jours pour participer à la mise au point des colliers GPS avec l'équipe "loup".

Vous pouvez joindre l'équipe technique ours :
Impasse de la Chapelle
F-31800 - Villeneuve-de-Rivière.
Téléphone: 05 62 00 81 08. - Fax: 05 62 00 81 09.- Mail
Répondeur "localisation ours": 05 62 00 81 10

Source : La Dépêche du Midi du 29 mai 2007

Haut de page


Le Grand Charnier
   

Accueil du Monde des Pyrénées
Ours dans les Pyrénées