Informations et rumeurs diverses sur les ours et les prédations

à partir d'octobre 2007

 

En 2006, date de lâcher des derniers ours en provenance de Slovénie, nous nous étions fixés pour objectif de ne pas diffuser les lieux de présence des ours lâchés pour ne pas attirer les curieux et ainsi les perturber. Le Plan Ours prévoit que les maires des communes et les éleveurs peuvent être tenus informés. C'était pour moi l'essentiel. La réalité s’est avérée très différente.

En effet, un accord que nous qualifierons pudiquement de « discret » a été passé entre la DIREN Midi-Pyrénées (aujourd’hui la DREAL), l’ONCFS (Equipe de suivi de l’ours – ETO) et l’ADET-Pays de l’ours pour ne pas diffuser l’état sanitaire des ours importés et la localisation exacte en temps réel. De ce fait, ni les maires, ni les Préfets concernés ne sont tenus informés de la localisation précise voir même de la simple présence d’ours sur leur territoire. Situation pour le moins surprenante que nous avons voulu corriger en fournissant tout ce que nous pouvons savoir sans avoir la prétention de tout connaître.

Tous les témoignages de présence potentielle d’ours sur toutes les Pyrénées en France, Espagne et Andorre, seront donc, dorénavant, pris à priori, en considération même s’ils s’avèrent par la suite inexacts. Il s’agit d’un simple principe de précaution autant pour les bergers et les chasseurs que pour les randonneurs et autres usagers de la montagne pyrénéenne.

Share/Bookmark  

Rumeurs des estives et vallées des Pyrénées
Voir aussi les prédations

Pour vous tenir informé des déplacements des ours, le répondeur de l'Equipe Technique ours (mise à jour aléatoire et tardive)

05 62 00 81 10

Le suivi de l'ours et le répondeur de l'ASPAP - Ariège

05 61 01 13 80
L'usage de ce numéro est suspendu afin de mener des actions plus discrétes et efficaces


Localisations mensuelles des "autres" ours

Localisations hebdomadaires des derniers ours lâchés

L'ours et les randonneurs et les autres usagers de la montagne

Informations et rumeurs diverses de 2006-2007


Le Grand Charnier

Accueil du Monde des Pyrénées
Rumeurs des estives et des vallées des Pyrénées
Ours dans les Pyrénées
Ours actualité

 

 

 

Pourquoi diffuser des informations et rumeurs diverses


Je m'étais fixé pour principe de ne pas diffuser les lieux de présence des ours lâchés au printemps 2006 pour ne pas attirer les curieux et ainsi les perturber. Le Plan Ours prévoit que les maires des communes et les éleveurs peuvent être tenus informés. C'était pour moi l'essentiel.

Mensonge !
Il apparaît qu'aucun engagement du plan ours n'est respecté surtout celui de prévenir. Les ours sont équipés d'instruments radio paraît-il sophistiqués pour pouvoir les suivre. En définitive ce matériel ne sert qu'à quelques scientifiques pour servir leur curiosité et n'apport strictement rien aux éleveurs et bergers. Ces derniers sont tenus à l'écart de telle sorte que les acteurs de la montagne ne peuvent prendre aucune précaution de sécurité pour eux et leurs troupeaux.
Imbécillité, mensonge, irresponsabilité, ce sont les termes qui qualifient les représentants de l'Etat (Préfets et sous-Préfets), la DIREN Midi-Pyrénées et ses valets (ADET, FERUS, ACP…). Par l'absence d'information, tous les éleveurs sont sur les qui vivent 24h /24 et 7 jours / 7 alors qu'une simple information permettrai de ne mettre en alerte que ceux qui sont concerné et ainsi organiser des roulements entre éleveurs.

Les témoins peuvent me contacter directement par mail. Les éleveurs de la chaîne, par leurs associations et organisations professionnelles qui transmettent par téléphone.

Haut de page

France / Francia
Pyrénées-Atlantiques : Pays Basque et Béarn

Haut de page

Hautes-Pyrénées
  • Palouma : Morte en Août 2006
  • Franska : Morte le 9 août 2007 - Tuée par accident de la circulation sur la voie rapide Lourdes - Argelès-Gazost
  • 18 octobre 2007 : Selon nos sources des traces d'ours ont été constatées hier près du Col de Riou, versant Cauterets et sur le plateau du Lisey, dans le bois.
  • Estaing : vers 23h30 un troupeau de vaches a été effarouché dans l'enclos qu'elles ont démoli pour descendre au village. Impossible des remonter dans la nuit. Qu'est ce qui leur a fait peur ? Probablement pas un chien. Peut-ête un ours ? Celà reste une interrogation face à ce comportement inhabutuel.
  • 24 octobre 2007 : Prédations sur le Bergons, Estibette, Ferrières : au total en 15 jours, 16 mortes, 12 disparues et 3 blessées (non compte tenu des 41 brebis du transhumant de l'Hérault). Toutes attaquées sur la tête du museau vers le haut de la tête. Est-ce un ou des chiens ? Personne n'a rien vu. Un ours de passage ? Des loups ?? On ne peut rien affirmer et on ne peut guère compter sur l'ONCFS, la grande absente de cette affaire sauf vendredi matin dans un secteur sans brebis. Néanmoins elle prétend que ce sont des chiens…. que personne n'a vu. Plus de prédations depuis quelques jours.
  • 24 octobre 2007 - Pays Toy : Nous en sommes à 130 / 150 brebis mortes ou disparues. Jacques Béhague fait des démarches pour obtenir un hélicoptère le plus rapidement possible pour faire un survol de la zone assez vaste, concernant 3 troupeaux, pour essayer de trouver quelque chose. A suivre…. Un nouvel ours en Hautes-Pyrénées
  • 26 octobre 2007 - Pays Toy : ce matin un hélicoptère a survolé la zone et inspecté tous les ravins susceptibles d'un dérochement. Aucune trace des brebis n'a été observé. Un rapport doit être fait à la préfecture. Les responsables du pastoralisme et associations doivent se concerter dans la soirée pour envisager la suite à donner à cette curieuse situation.
  • 28 octobre 2007 : cette nuit à Sarp en Barousse (Hautes-Pyrénées) 11 brebis ont été attaquées dans un enclos à proximité du village. 6 brebis tuées 5 blessées. Toutes attaquées à la gorge. Vétérinaire et gendarmes sont sur place. Une attaque d'ours est assez peu probable. Les recherches se penchent plutôt sur un canidé. Il faut néanmoins attendre d'autres investigations pour se prononcer. 29 octobre : confirmation de l'attaque d'un chien sur les 11 brebis de Sarp.
  • Février 2008 : Présence d'une meute de 7 loups au-dessus de Argelès-Gazost selon des indiscrétions de services de l'Etat du milieu de la chasse.
  • Bilan sur les estives de l'Ouzoum : depuis 2000, 76% du cheptel ovin ne remonte plus en estive soit que l'éleveur est abandonné l'activité, conséquence de prédations à répétition de Néré et Franska, soit prise de retraite prématurée sans reprise de l'exploitation soit un choix différent d'exploitation en utilisant des prairies de basse altitude.
  • Octobre / novembre / décembre 2008 : Il y aurait un ours dans le secteur du Viscos. En octobre, des traces et des prédations reconnues ont été observées en octobre puis en novembre au col de Lisey et secteur de l'Ardiden. L'animal hibernerait dans ce secteur du Viscos.
  • Octobre / novembre / décembre 2008 : la rumeur dit qu'un ours serait ou aurait été vu dans le secteur de Cautertets. Ce serait le même que ci-dessus.
  • Décembre 2008 : Deux ours de plus dans les Hautes-Pyrénées ?
  • Mars 2009 : un loup aurait été vu par des skieurs alpinistes dans le massif de l'Ardiden au-dessus de la Croix d'Agnouède.
  • Mars 2009 : un ou deux ours seraient toujours en tute du côté du Viscos.S'agit-il de Cannelito (ou Cannelita) ?
  • 13 avril 2009: un ours a été vu sur Cauterets
  • 25 avril 2009 : un ours aurait été vu sur le Pibeste sous le Pic d'Aulian
  • 1 mai 2009 : un ours aurait été vu sur le Cabaliros sans autre précision
  • 29 mai 2009 : Trace d'ours photographiée à Saugué au-dessus de Gèdre
  • 12 juillet 2009 : L’ours à Saint-Lary
  • 22 juillet 2009 : Prédation à Cauterets
  • 7 aout 2009 : 75 brebis mortes au Moudang (Vallée d'Aure) - 145 brebis manquantes
  • 7 Aout 2009 : L'ours vu au col de Pourtet au-desus de Saint-Lary
  • 14 septembre 2009 : Attaque d’ours sur Cauterets
  • 29 septembre 2009 : Un ours à Estaing ?
  • 4 octobre 2009 : Une attaque d’ours en Barousse ?
  • 5 octobre 2009 : Le retour de l'ours en Barousse !
  • 1 novembre 2009 : Sost en Barousse : Mystère autour de l'attaque de brebis
  • Mai 2010 : un ours aurait été vu sous le Bazès se dirigeant vers le col d'Espandelle
  • Mai 2010 : selon certaines affirmations l'ours serait sur le Granquet et l'Estibette. Un éleveur a retiré son troupeau de brebis.

Haut de page

Haute-Garonne
  • 2 novembre 2007 : Un randonneur toulousain face à l'ours
  • 16 décembre 2007 : 3 chèvres tuées par Hvala secteur Boutx sous les fenêtres de la maison d'habitation de l'éleveur. Traumatisé, l'éleveur ayant des enfants en bas âge a vendu son troupeau de 70 chèvres et a déménagé pour protéger sa famille. Malgrè les preuves évidentes (emprintes d'ours dans la neige), le dossier sera soumis à la commission d'indemnisation. On croit rêver ! Enfin, non ! Tout est fait pour minimiser les pertes.
  • 3 février 2008 : une chèvre tuée dans le même secteur. Petit troupeau de 15 bêtes non déclarée, pas de boucle d'identification, pas de constat officiel. Le cadavre a été déplacé et "camouflé" par l'ETO.
  • 5 décembre 2008 : un ours se situe depuis plusieurs semaines dans le secteur de Melles au-dessus de l'ancien poste frontière. Pour parvenir à sa tute, prendre le chemin du Mémoriale de l'ours (poste frontière) puis une piste à droite. Après 20 à 30 mn de marche vous êtes à proximité de sa tute. Il passe régulièrement la crête pour se nourrir de gland. L'information est évidemment officieuse puisque les services officiels refusent de croire cette réalité.

Haut de page

Ariège
  • Des ours dans le Couserans, mais personne ne veut le dire....
  • Au 18 octobre à la descente des ovins sur les estives de Ourdouas, Bentaillou, Izard, Trappech dans le Couserans (Ariège) on compte plus de 30 brebis disparues.
  • Tout l'automne, de nombreuses prédations occaionnées probablement par Hvala
  • Septembre 2007 : un ourson de Hvala repéré blessé. La mère l'aurait abandonné
  • Novembre à décembre 2007 : Hvala a été vu plusieurs fois avec un seul ourson. La mort de l'un d'entre eux semble se confirmer.
  • Janvier 2008 : des témoignages se recoupant confirment la présence de loups en Haut Ariège.
  • Un rapport de l'ANA confirme la présence d'indices de chats sauvages en Ariège.
  • Le point des prédations sur les estives de Saint-Lary (Couserans)
  • Hiver 2008- 2009 : Balou serait en tute dans la vallée d'Orlu. Il a été vu début avril 2009.

Haut de page

Aude

Haut de page

Pyrénées-Orientales
  • Janvier 2008 : activité fébrile de l'ONCFS au-dessus de Targasonne. Des loups ? Personne ne veut le dire bien entendu. Mais il semble bien que plusieurs loups rodent dans ce secteur. La culture du secret est un qualité dans cette administration.

Haut de page

Espagne / Espana / Espanya
Navarra
  • 14 novembre 2007en vallée de Roncal à Belagua, Camille a tué trois brebis. Depuis le début de l'année, 2 ours ont fait environ 100 victimes sur la partie Roncal / Navarra
  • 17 avril 2009 : Prédations possibles de Camille et Néré
  • Mai 2009 : Plusieurs prédations signalées par les éleveurs. Un réseau d'informations est en cours de mise en place puisque les pouvoirs publics font de l'obsetruction à la diffusion de cette information
  • Des ours en Béarn ou en Navarre ? La confusion totale

Haut de page

Aragon
  • 17 août 2006 : Un éleveur aperçoit deux ours à Montanuy (Aragon) en sortant son bétail / Un ganadero avista dos osos en Montanuy cuando sacaba a pastar a su ganado. Que sont devenus ces ours ? Nota : Montanuy est situé à 25 km au sud de Vielha (sud du tunnel), à proximité de Pont de Suert sur la rive droite du Vall de Barravès donc en Aragon, alors que la rive gauche est en Catalogne.
  • 14 novembre 2007 en vallée de Roncal à Belagua, Camille a tué trois brebis. Depuis le début de l'année, 2 ours ont fait environ 100 victimes sur la partie Roncal / Navarra

Haut de page

Val d'Aran

Haut de page

Catalunya

 

Haut de page

Monts Cantabrique - Picos de Europa

Haut de page

Andorre / Andorra

 

Haut de page


Le Grand Charnier

Accueil du Monde des Pyrénées
Rumeurs des estives et des vallées des Pyrénées
Ours dans les Pyrénées
Ours actualité

 

 

 

Des ours dans le Couserans, mais personne ne veut le dire....


Nous savons depuis longtemps que les localisations d'ours diffusées par l'équipe de suivi sont fausses, erronées ou établies avec un tel décalage que la publication en devient ridicule et sans intérêt pour ceux, comme les éleveurs, qui sont directement intéressés ou ceux qui ne sont pas sur place pour lesquels cette diffusion n'a qu'un sens intellectuel pour deviser dans les salons ou sur le Web. Le témoignage ci-dessous d'une personne connue mais souhaitant rester anonyme ne fait que renforcer ce que nous écrivons depuis plusieurs mois.

Témoignage de la présence d'ours


Plusieurs ouvriers travaillaient le 1er juin 2007 au dessus de Galey, vallée de la Bellongue, canton de Castillon, Ariège (il se trouve que c'est la commune d'où sont partis les Ariégeois pour aller empêcher, à Arbas, au pied de l'autre versant, le lâcher de Palouma le 25 avril 2006). Ils ont rencontré des gardes de l'ONF qui leur ont dit avoir approché à une trentaine de mètres, dans les bois au dessus du chantier, un ou une ours(e) apparemment malade car elle toussait énormément. Les gardes avaient alors appelé l'équipe de suivi avant de redescendre. Les ouvriers ont effectivement vu passer ensuite cette équipe qui leur a dit bonjour mais rien sur ce qu'elle allait faire là-haut.
Une fois de plus, c'est par pur hasard que cette information sur la présence d'un ours est connu: il n'y aurait pas eu ces ouvriers sur ce chantier, rien n'aurait filtré de cette présence du fauve. Phénomène d'autant plus inquiétant que si la bête est effectivement malade, de quelle infection s'agit-il ?
Quels risques de contagion pour la faune sauvage comme pour les troupeaux qui fréquentent ces lieux, voire pour les humains (on sait que les zoonoses, maladies transmissibles des animaux aux êtres humains, sont une préoccupation sanitaire redevenue importante depuis plusieurs années au niveau mondial comme en France) ?

Exemple supplémentaire de l'opacité totale qui accompagne ce programme de "réintroduction des grands carnivores" (intitulé du programme Life-Europe qui organisa les premières importations d'ours slovènes) au delà des proclamations, purement verbales, sur l'information et la concertation.

A noter que cette observation n'est notée sur aucun document officiel. Pourquoi ?

Haut de page

Un nouvel ours en Hautes-Pyrénées


Un peu plus de deux mois après la mort accidentelle de la Slovène Franska (NDLR : écrasée par une voiture à Lugagnan), un autre ours vient de pointer son nez dans le département, dans la forêt du Lisey, au-dessus de Cauterets. Celui-là, c'est une certitude, n'est pas issu du dernier programme d'introduction mené en 2006 par le gouvernement. Ce qui permet de l'affirmer, « c'est qu'il n'est pas doté d'un émetteur », indique Frédéric Decaluwe, spécialiste en charge du suivi du plantigrade à l'Office national de la chasse et de la faune sauvage. Ce sont d'ailleurs des agents de ce service de l'État qui ont confirmé que les empreintes relevées mercredi, à Cauterets, par les gardes du Parc national des Pyrénées, « sont bel et bien celles d'un ours adulte ». Comme aucun « matériel ADN » (poil ou aucune crotte) n'a été trouvé, l'identification de l'animal s'avère bien difficile.

« Il peut aussi bien s'agir de Camille (23 ans), d'Aspe-Ouest (13 ans) ou de Néré (10 ans) », considère Frédéric Decaluwe. Il semble, en effet, peu probable, compte tenu de leur grandeur, que ces traces soient celles du petit de Canelle, cette ourse tuée par un chasseur à Urdos, en vallée d'Ossau.

Pour l'heure, cet ours, qui pourrait encore se trouver dans le secteur, n'a commis aucune attaque de troupeaux. Par mesure de précaution, les agents de l'ONCFS ont alerté un éleveur qui a des bêtes dans la zone.

En cette période de l'année, les plantigrades commencent à se gaver, à se constituer des réserves pour leur hibernation qui peut survenir dès la fin du mois de novembre. S'il a trouvé un garde-manger bien garni (glands, châtaignes), cela peut le conduire à séjourner ici. Il n'est pas exclu, non plus, qu'il choisisse de se trouver une tanière ici. « Tout est possible mais c'est trop tôt pour le dire », assure Frédéric Decaluwe. En tout cas, selon l'ONCFS, « les ours que nous avons pu suivre avec précision (NDLR : ceux qui ont un émetteur) ne réutilisent jamais deux fois la même tanière ». Même si, le plus souvent, les ours préfèrent les Pyrénées-Atlantiques pour passer l'hiver, Néré, avant Franska l'an dernier, avait, en 2000-2001, élu domicile dans le massif du Pibeste, aux portes de Lourdes.

La nouvelle de l'arrivée de ce plantigrade, qui s'est répandue comme une traînée de poudre dans le pays des Gaves, ne manque pas de réveiller la colère du monde pastoral… à quelques jours de la tenue du Grenelle de l'environnement.

Auteur : Guillaume Atchouel.
Source : La Dépêche du Midi du 23 octobre 2007

Nota : Le petit de Canelle, n'est plus petit. Il a maintenant 3 ans, est pratiquement adulte et peut reproduire.

Haut de page

Sarp :11brebis attaquées par des chiens


Dimanche, aux environs de 8 heures, Jean Fortassin, agriculteur à Sarp, a fait une bien triste découverte. Deux de ses brebis gisaient mortes, égorgées, dans le pré situé en face de sa ferme et neuf autres déambulaient, victimes elles aussi de morsures au niveau de la gorge. Jean Fortassin, une fois dépassé sa stupeur, s'interrogeait sur l'origine de cette attaque. À quel prédateur faut-il l'attribuer ?

À la demande du propriétaire, Philippe Bois, médecin vétérinaire à la clinique de Montréjeau, s'est déplacé sur les lieux. « Il s'agit d'une attaque de gros chiens, des tueurs. Les empreintes de crocs sont si profondes que l'on peut y mettre le doigt. L'une des brebis a les ligaments de la gorge sectionnés », explique-t-il. Après avoir examiné les bêtes, il a dû procéder à l'euthanasie de quatre sur les neuf esquintées. Josiane et David Valentin, des voisins directs de Jean Fortassin, signalent avoir entendu des aboiements de chiens vers 2 heures du matin. Pour le propriétaire, ce devait être ses chiens qui donnaient très certainement l'alerte. Il a aussitôt déposé plainte auprès des services de la gendarmerie de Loures-Barousse qui va diligenter une enquête. « Y'en a marre, après les attaques incessantes de l'ours, nous voilà confrontés à des chiens errants ou je ne sais quoi jusque dans nos fermes ! », lance amèrement cet éleveur.

Auteur : Christine Tellier.
Source : La Dépêche du Midi du 29 octobre 2007

Haut de page

Deux ours de plus dans les Hautes-Pyrénées ?


Depuis quelque temps déjà, nous savions qu’un ours sévissait dans le massif d’Ardiden. A l’automne des prédations sur brebis avaient été constatées et les indemnisations acceptées. Des empreintes avaient également été repérées du côté du Lisey. Selon certaines informations, l’ours serait actuellement du côté du Viscos. Des traces auraient été vues avant les premières chutes de neige. Depuis quelque temps également, nous savions que deux ours seraient du côté d’Estaing. Selon Jean-Jacques Camara qui s’est « lâché » hier à Oloron à l’issue de la commission d’indemnisation, il s’agirait « d’un slovène et d’un pyrénéen».

Dont acte !
Mais alors ces ours seraient-ils figés sur place au point d’estimer qu’il n’est pas possible qu’ils aient été du côté de Castet ou de Bruges dans les Pyrénées-Atlantiques ? Autre interrogation : où se trouvent les tests génétiques de la progéniture de Cannelle ? Pourquoi ne sont-ils pas rendus publics ? Pourquoi restent-ils un secret d’Etat ? Les diffuser éviterait sans doute que des questions se posent sur la véritable qualité de cet ours aujourd’hui adulte : mâle ou femelle ? Le secret ne fait que faire enfler la rumeur. Quand est-ce que les pouvoirs publics le comprendront ?

Auteur : Louis Dollo
Source : Lourdes et Tarbes-Infos - Mis en ligne samedi 6 décembre 2008-8h35

Haut de page

Un ours à Saugué au-dessus de Gèdre


Photo transmise par GSM par Carlo Crampe
prise le 29-05-2009

A près avoir hiberné sur Viscos puis s'être baladé sur Cauterets (Reine Hortense), le Cabaliros et Estaing, les traces d'un ours viennent d'être repéré à Saugué à proximité d'un troupeau qui vient d'y arriver. Les bergers sont sur place afin d'assurer la protection de leurs bêtes.

Rappelons qu'au terme de l'article L 427-9 du Code de l'Environnement " tout propriétaire ou fermier peut repousser ou détruire, même avec des armes à feu, mais à l'exclusion du collet et de la fosse, les bêtes fauves qui porteraient dommages à ses propriétés ". Ce droit a été clairement rappelé récemment par la Cour d'Appel de Grenoble

Haut de page

Un ours aurait été aperçu en lisière de forêt à Belpech dans l'Aude


Un témoin dit avoir vu l'animal. Selon un expert, il s 'agirait d'une fausse alerte.

Jean-Paul Cabot est formel. Il a même hésité à en parler, et précise d'entrée qu'il ne "boit que de l'eau" depuis une rupture d'anévrisme il y a quelques années. "Je suis sorti de chez moi pour fumer une cigarette, c'était samedi soir, il était 21 h 35, je vois passer ma belle-soeur en voiture, et juste en face dans le champ je vois une "bestiasse" comme ça (il donne une taille avec les mains) . Une bête au pelage marron, je me dis, ça, ce n'est pas un cochon". Le Bellopodien retourne alors rapidement au garage, cherche ses jumelles (il a été longtemps
chasseur), traverse la route qui le sépare du champ où il pense avoir aperçu "autre chose qu'un sanglier ".

A 300 m de la route

La bête qu'il a aperçue était à 300 mètres de la route, donc très proche des premières maisons de Belpech, en bordure du bois du Gasquet, où coule une petite rivière, un endroit où passe le gibier. "Quand il a senti une présence, il s'est levé, il devait bien faire 1,80 m, il est resté comme ça dix secondes, quelque chose comme ça, avant de se remettre sur ses quatre pattes. Je peux vous dire que j'avais le poil hérissé. Puis il s'est levé une deuxième fois, il a attendu un peu et il s'est enfoncé dans le bois". Mercredi, en fin d'après midi un responsable de l'Office national de la Chasse et de la Faune sauvage s'est rendu sur place, sans pour autant trouver la moindre trace confirmant la présence de la bête. Samedi il faisait sec, hier encore, le terrain n'était pas assez boueux pour fixer une trace. Jean-Paul Cabot était retourné sur le terrain dès le lendemain en compagnie de notre correspondant Fernand Ruquet : recherches infructueuses. Si ce n'est ce doute à propos du comportement du chien d'un voisin possédant une petite parcelle de jardin potager tout prêt de l'endroit ou a été aperçu l'ours. "Le chien il bouge jamais, et là il n'a pas arrêté de chercher quelque chose. Pendant quelque temps il n'était plus lui-même nous a raconté son propriétaire, avant même qu'on lui parle de l'ours"... raconte Jean-Paul Cabot. "Je sais qu'on ne va pas me croire, mais moi je sais que je ne faisais pas le fier. Ce n'était pas l'ours que dessinent les petits de l'école".
 
Auteur : J. Y.
Source : L’Indépendant du 10 juin 2010

Haut de page


Le Grand Charnier

Accueil du Monde des Pyrénées
Rumeurs des estives et des vallées des Pyrénées
Ours dans les Pyrénées
Ours actualité