L'ours aux Etats-Unis

 

Share

Même si l'ours est bien installé aux Etats-Unis, il lui arrive de faire débat. Les solutions employées sont souvent radicales.... Les surprises peuvent parfois être dramatiques. Mais, selon les organisations environnementalistes tout se passe bien. Les quelques articles de presse que nous proposons montrent bien le contraire.

Faussetés véhiculées sur l'ours noir

 


 
   

Accueil du Monde des Pyrénées
La faune sauvage des Pyrénées
Ours dans les Pyrénées

Chasse à l'ours dans le Tennessee, après la mort d'une fillette de 6 ans


Des gardes forestiers traquaient vendredi un ours qui a attaqué un groupe de campeurs dans le Tennessee (sud), tuant une fillette de 6 ans et blessant gravement son petit frère et sa mère.

Jeudi après-midi, dans la forêt nationale de Cherokee, l'ours noir a surgi des broussailles alors qu'une mère jouait avec ses deux enfants à côté d'une cascade et a pris la tête du garçonnet de 2 ans dans sa gueule.

La mère de famille a immédiatement attaqué l'ours, qui s'est alors retourné vers elle et l'a transportée sur environ 15 mètres, avant qu'un groupe de campeurs voisins ne le chasse avec des bâtons et des pierres, a rapporté à l'AFP Dan Hicks, porte-parole de l'Agence de la vie sauvage du Tennessee.

"Tout le monde était concentré sur le petit garçon et personne n'a réalisé que la petite fille avait disparu", a-t-il déclaré.

Quand sa disparition a été signalée, un équipe improvisée de secours est entrée dans les bois avec seulement une arme de poing.

"Ils ont trouvé la fillette à environ 45 mètres du sentier et l'ours se trouvait encore sur son corps", a poursuivi M. Hicks.

L'animal a pris la fuite quand un des hommes a tiré sur lui mais il n'est pas certain que l'ours ait été touché.

Les garde-forestiers ont évacué le secteur et devaient fermer la forêt nationale de Cherokee au public. Un groupe de chasseurs d'ours, aidés de chiens, a dû abandonner sa traque vers 03H00 du matin en raison du vent et de l'humidité qui avaient effacé sa piste.

Des pièges avec des beignets et des pains au miel ont placés dans le secteur de l'attaque. Mais M. Hicks a souligné que retrouver l'ours -- et s'assurer qu'il était bien l'aggresseur -- serait extrêmement difficile. Il y a entre 300 et 500 ours noirs dans le parc.

Les attaques d'ours sont extrêmement rares, a-t-il ajouté.

Source : Métro du 14 avril 2006

Haut de page

Le chat qui chassait l'ours


Jack le chat n'aime pas que l'on empiète sur son territoire. Aussi lorsqu'un ours brun s'est introduit dans le jardin de ses maîtres, à West Milford (New Jersey), le félin de 7kg est passé à l'action. Effrayé, le plantigrade n'a eu d'autre choix que de trouver refuge en haut d'un arbre, à deux reprises.

Le chat roux tigré a toujours chassé les intrus de son domaine mais il ne s'était jusqu'alors mesuré qu'à des animaux de petite taille. Son dernier exploit a étonné ses propriétaires et leurs voisins.

"Avant, on en plaisantait en disant: 'Jack est de garde', mais on n'aurait jamais imaginé qu'il pourchasserait un ours", a confié sa maîtresse Donna Dickey au journal "The Star-Ledger" de Newark.

Sa voisine Suzanne Giovanetti a été témoin de la surprenante scène après que son mari eut vu un ours escalader un arbre près de leur propriété dimanche. Elle a d'abord pensé que Jack regardait simplement le plantigrade avant de se rendre compte que ce dernier avait en fait peur du chat qui miaulait.

Un quart d'heure plus tard, l'ours est descendu et a tenté de s'enfuir mais le félin intraitable l'a poursuivi, le contraignant à grimper à un autre arbre.

Craignant tout de même pour son chat, Donna Dickey l'a appelé pour qu'il rentre à la maison. Et l'ours trouillard a détalé, regagnant les bois d'où il était venu.

Donna Dickey explique la témérité de son effroyable matou ainsi: "Il ne veut personne sur son territoire".

La région de West Milford compte l'une des plus importantes populations d'ours du New Jersey.

Source : AP / Tranche de vie du 10 juin 2006

Haut de page

Il a réglé le problème : les éleveurs de l'Idaho crient au loup
 
Observation préalable

Bien sûr, il ne s'agit pas d'ours. Mais on peut facilement faire le parallèle et imaginer que si un ours gène des éleveurs il subirait le même sort. Alors que certains nous disent que la cohabitation entre les grands prédateurs et l'homme se passe bien aux USA grâce à l'utilisation de chiens de protection type "Berger Pyrénées " (Patous), nous pouvons constater que la situation n'est pas aussi idyllique que l'on veut bien nous faire croire.
Bien obligé de constater que des associations dogmatiques sont prêtes à nous faire croire n'importe quoi dès lors que cela sert leurs intérêts sectaires.

Lorsque neuf têtes de bétail ont disparu au printemps dernier de son ranch dans les montagnes sauvages de l'Idaho (nord-ouest des Etats-Unis), Lonell Wilson a saisi son fusil et est parti à la recherche des coupables.

Il a découvert deux loups gris en train de prendre le soleil dans une clairière et les a tués. "J'ai réglé le problème", explique-t-il. Comme lui, une dizaine d'éleveurs excédés ont ouvert le feu depuis le début de l'année sur ces animaux protégés. Comme lui, des milliers de personnes ne veulent pas entendre parler de loups dans l'Idaho.

"Ils n'ont pas leur place dans cet Etat et je ne connais personne dans ce pays qui dise le contraire", affirme M. Wilson.

Comme dans les Alpes françaises, une controverse entoure la présence des loups dans le nord des Rocheuses, depuis que le gouvernement a relâché 66 individus dans l'Idaho et le Parc national du Yellowstone voisin, espérant que l'espèce, au bord de l'extinction au début du XXe siècle, allait croître et se multiplier.

Cela a été le cas. Aujourd'hui, quelque 1.200 loups déambulent en Idaho, au Montana et au Wyoming, pour le plus grand bonheur des touristes visitant le parc du Yellowstone, qui s'étale sur 8.900 km2, dans l'espoir d'apercevoir ces créatures.

Mais les agriculteurs, très influents dans la région, restent opposés à leur présence et les autorités devraient autoriser la chasse saisonnière aux loups, qui selon eux font décliner les populations d'élans ou de cerfs.

Certains écologistes font valoir que retirer le statut d'espèce protégée aux loups risque de transformer cette chasse en curée, mais leurs contradicteurs, comme Tim Sundles, affirment que les meutes deviennent incontrôlables et dangereuses.

Installé à Salmon, village du nord de l'Idaho, M. Sundles est connu pour avoir monté un site internet expliquant comment se débarrasser des loups en les empoisonnant, activisme qui lui a valu une convocation en décembre devant un tribunal fédéral.

Depuis début 2006, l'Etat fédéral a laissé à l'Idaho et au Montana davantage de latitude pour gérer leurs populations de loups et les autorités locales ont déjà tué 71 individus depuis.

"Le débat ici n'est pas sur la sauvegarde des loups, mais sur le contrôle des loups", déplore Suzanne Stone, militante d'une association écologiste.

Pour compliquer encore le problème, les sentiments antiloup ont tendance à se mêler à la méfiance traditionnelle dans cet Etat conservateur envers les autorités fédérales.

"Il est intéressant voir à quel point les loups polarisent le débat", remarque Brad Compton, du département de la pêche et de la chasse d'Idaho. "Aucun animal sauvage ne provoque de telles réactions extrêmes, des deux côtés", affirme-t-il.

M. Compton estime que le conflit sur le loup risque de subsister jusqu'à ce que l'Etat soit autorisé à décréter une saison de chasse pour le loup, comme c'est déjà le cas pour les ours et les autres prédateurs.

"Les sentiments des gens envers les loups sont plus de nature symbolique que rationnelle", juge Ed Bangs, coordinateur pour l'agence fédérale de la pêche et de la chasse au Montana.

"Les gens qui ont peur des loups les décrivent tels qu'un rejeton de Satan: ils sont voraces, dangereux et cruels", affirme-t-il. "Les personnes qui les voient comme un moyen de conserver l'équilibre naturel pensent qu'ils sont formidables et ne font aucun mal. La vérité, c'est qu'il s'agit d'animaux comme les autres", conclut M. Bangs.

Auteur : Laura ZUCKERMAN
Source : AFP / Cyberpress du 1 novembre 2006

Haut de page

Un petit ours brun s'invite dans une clinique américaine sans faire de blessé


Un jeune patient distrait s'est vu administrer un traitement de choc, vendredi matin, après avoir pénétré par erreur dans une clinique américaine.

Ce patient avait une particularité: c'est un jeune ours brun probablement affamé après un hiver d'hibernation que le personnel hospitalier a vu arriver.

Le jeune mâle de 57 kilogrammes, qui doit avoir entre 2 et 3 ans, est entré dans le laboratoire de gastro-entérologie de cette clinique du nord d'Albuquerque vers 7h15 locales.

Comme le service n'était pas encore ouvert, il n'y avait qu'une poignée de personnes quand l'animal est arrivé. Apparemment, l'ourson était très calme et s'est réfugié dans une pièce attenante, puis dans une salle de bain.

On lui a administré un tranquillisant et il s'est endormi en un peu plus d'une minute.

L'ourson a ensuite été relâché dans les montagnes de Manzano, à environ 32 kilomètres au sud-est de la clinique, non sans avoir été au préalable tatoué à l'oreille.

Source : Matinternet du 18 mai 2007

Haut de page

Probablement affamé, un ours brun a fait sensation en entrant dans une clinique d'Albuquerque, aux USA


Un jeune ours brun s'est égaré vendredi, pénétrant dans une clinique du Nouveau Mexique. Probablement affamé après un hiver d'hibernation, le plantigrade, un mâle de 56 kg, a fait irruption dans un laboratoire de gastro-entérologie d'Albuquerque. Il n'a blessé personne. Après avoir reçu un tranquillisant, il a été relâché dans les montagnes de Manzano, au sud-est de la clinique.

Source : Tsr-Info du 19 mai 2007

Haut de page

Un petit ours brun s'invite dans une clinique américaine sans faire de blessé


Un jeune patient distrait s'est vu administrer un traitement de choc, vendredi matin, après avoir pénétré par erreur dans une clinique américaine.

Ce patient avait une particularité: c'est un jeune ours brun probablement affamé après un hiver d'hibernation que le personnel hospitalier a vu arriver.

Le jeune mâle de 57 kilogrammes, qui doit avoir entre 2 et 3 ans, est entré dans le laboratoire de gastro-entérologie de cette clinique du nord d'Albuquerque vers 7h15 locales.

Comme le service n'était pas encore ouvert, il n'y avait qu'une poignée de personnes quand l'animal est arrivé. Apparemment, l'ourson était très calme et s'est réfugié dans une pièce attenante, puis dans une salle de bain.

On lui a administré un tranquillisant et il s'est endormi en un peu plus d'une minute.

L'ourson a ensuite été relâché dans les montagnes de Manzano, à environ 32 kilomètres au sud-est de la clinique, non sans avoir été au préalable tatoué à l'oreille.

Source : Matinternet du 18 mai 2007

Haut de page

Un enfant tué par un ours dans un parc aux États-Unis


Un garçon de 11 ans a été tué dimanche par un ours, qui l'a arraché à sa tente avant de le traîner sur plusieurs centaines de mètres, sur un terrain de camping d'un parc naturel de l'Utah (ouest), a indiqué lundi la police.

Le garçon, dont le nom n'a pas été révélé, campait dans le parc naturel d'American Fork Canyon, qui se trouve à quelques dizaines de kilomètres seulement de la principale ville de l'Utah, Salt Lake City.

Les policiers ont d'abord crû à un enlèvement avant de découvrir les traces laissées par l'ours et le corps du garçon que l'animal avait traîné à environ 400 mètres de l'endroit où il campait.

«Nous pensons que l'ours s'est introduit dans la tente et a entraîné le garçon », a déclaré Dennis Harris, un responsable du bureau du shérif, à des médias locaux.

Les autorités ont lancé une battue pour essayer de retrouver l'ours.

Source : AFP / Cyberpresse du 18 juin 2007

Haut de page

Les ours dans le Colorado se rapprochent des habitations pour trouver de la nourriture


Des officiers de la vie sauvage dans le Colorado aux Etats-Unis ont tué des douzaines d’ours bruns cet été après les avoir surpris en train de fouiner dans des campings, de fouiller dans des poubelles et de s’introduire dans des maisons pour trouver de la nourriture.

Les conditions climatiques ont décimé les réserves naturelles de nourriture cette année des 10000 ours bruns qui vivent dans le Colorado.

« Ca a été un mauvais été pour la cohabitation entre les humains et les ours » a déclaré Tyler Baskfield, porte-parole du Département de la Vie sauvage du Colorado.

Des petits hôtels de montagne jusqu’au grand couloir urbain très peuplé de l’est du Colorado, 35 ours ont été tués d'après la politique en deux temps de l’état jusqu’à présent cette année.

Une fois qu'un ours a été surpris en train de manger près des humains, l’animal est mis sous tranquillisant, marqué, et remis dans son milieu de vie naturel. Si un animal déjà marqué est surpris une deuxième fois en train de manger près des humains, alors il est tué.

« Le problème ce ne sont pas les ours –ce sont juste de gros mangeurs opportunistes- mais c'est la façon dont les humains se comportent » a déclaré le porte-parole du Département de la Vie Sauvage du Colorado. Il a ajouté que des poubelles non fermées, des niches pour oiseaux et la nourriture pour les animaux domestiques laissés dehors et même l’odeur d’un barbecue attireront les ours.

Une fois que l’ours n’a plus peur des humains et associe les individus à de la nourriture, les animaux devront être tués a indiqué le porte-parole.

D’autres états de l’ouest des Etats-Unis affrontant des conditions climatiques très sèches ont aussi fait état d’un certain nombre de problèmes liés aux ours.

Au Nouveau-Mexique, deux campeurs ont été mordus alors qu’ils étaient à l’intérieur de leur tente, et les responsables du Lac Tahoe en Californie et du Lac Reno au Nevada ont fait état d’un nombre d’ours plus important qu’habituellement qui se sont introduits dans des maisons et des cabanes.

Un certain nombre de facteurs a contribué au problème de la nuisance des ours dans les zones peuplées. Le gel lors du printemps dernier a tué les baies de montagne dont les ours se nourrissent habituellement.

De plus, un mois de juillet chaud et aride a asséché toutes les autres végétations, poussant les ours à chercher d’autres sources de nourriture dans des zones moins élevées en altitude.

Aucune attaque d’ours sur des humains n'a été enregistrée au Colorado, mais les autorités veulent éviter qu’une tragédie ne se produise. Ca avait été le cas en Juin quand un petit garçon de 11 ans avait été tué dans l’état de l’Utah.

La population d’ours du Colorado est restée à peu près stable depuis trente ans.

A la fin de l’été et au début de l’automne, les ours bruns doivent manger 20000 calories par jour avant l’hibernation.

Avant qu’une étude ne soit faite, le porte-parole du Département de la Vie Sauvage du Colorado a déclaré qu’il ne voulait pas accuser le réchauffement climatique d'être le responsable de la situation.

L’ouest des Etats-Unis a été victime d’une sécheresse longue de dix ans, mais en 2006, seuls neuf ours ont été tué au Colorado.

Sharon Baruch-Mordo, étudiant en écologie à l’Université du Colorado, étudie les effets possibles du réchauffement climatique sur les ours et a découvert que plusieurs ours faisaient des voyages inattendus au printemps, plus tôt dans l’année que ce que les scientifiques pensaient.

Avant que des études de grande échelle ne soient réalisées, les gestionnaires de la vie sauvage doivent éduquer les individus pour minimiser les activités qui attirent les ours plus près de la civilisation.

Auteur : Sandra BESSON
Source : News Environnement du 3 septembre 2007

Haut de page

En pleine sécheresse, les ours s'enhardissent dans les banlieues américaines


Des milliers d'ours en quête de nourriture avant leur hibernation sont en train de provoquer de grosses frayeurs aux habitants de l'ouest des Etats-Unis, la sécheresse contraignant ces plantigrades à chercher leurs ressources en zones urbaines.

Ils éventrent les poubelles, enfoncent les portes des maisons et dévastent tout sur leur passage, malgré les mesures prises par les autorités, comme l'installation de conteneurs à ordures blindés.

A Boulder (Colorado, ouest), un ours est ainsi resté récemment perché de longues heures dans un arbre d'un quartier tranquille, avant de décamper. Il a eu de la chance: il portait déjà une étiquette à l'oreille, témoin d'une précédente capture lors d'une incursion en zone d'habitation.

Or, les autorités ont édicté une règle: tout ours attrapé deux fois dans ces circonstances doit être abattu, rappelle Tyler Baskfield, porte-parole du département des ressources naturelles de cet Etat situé dans les montagnes Rocheuses.

Etant donné la tendance actuelle, il est vraisemblable que plus de 404 ours seront ainsi capturés et tués, battant un record datant de 2002. Entre 8.000 et 12.000 ours vivent au Colorado, une population en pleine expansion alors que les ressources se font rares.

"Il y a eu des gelées tardives en juin, qui ont tué" les plantes dont se nourrissent les ours, selon M. Baskfield. "L'été a été très sec et l'herbe en haute montagne a séché. Les ours ont dû descendre dans les vallées", souvent grignotées par les banlieues américaines tentaculaires.

Partout dans l'ouest des Etats-Unis, les mêmes histoires se répètent. "Tout le monde est en train de voir des ours partout (...) dans des endroits où ils n'avaient pas été vus auparavant", constate Bret Stansberry, biologiste au département de la pêche et de la chasse de l'Idaho.

"La sécheresse est sévère et c'est bien le problème. (Les ours) disposent de très peu de nourriture dans la nature. Ils descendent dans les vergers, s'en prennent aux pommes", dit-il. Les incendies de forêt de l'été ont encore réduit leurs sources de nourriture.

Un ours brun, omnivore qui se contente de 3.500 à 5.000 calories par jour en été, en engloutit 25.000 quotidiennement lorsqu'il se prépare à hiberner dans les semaines précédant novembre.

"Il y en a un qui est resté dans un arbre aujourd'hui près de l'université", raconte Chris Healy, porte-parole des pompiers du Nevada, où la population d'ours est surtout concentrée dans l'ouest, proche du lac Tahoe à la frontière de la Californie.

"A Tahoe, les gens ne font pas attention à leurs ordures. Une fois que les ours commencent à entrer dans les maisons, cela devient dangereux pour les humains", selon M. Healy. Un ours peut peser jusqu'à 150 kg. Il n'est pas normalement agressif envers les humains, mais peut attaquer s'il se sent menacé.

"Les ours arrivent à arracher les gonds d'une porte", remarque Jason Holley, homologue de M. Stansberry en Californie. "En cette période de l'année, on dénombre au moins trois effractions par nuit dans la région du lac Tahoe", dit-il.

Motif d'inquiétude supplémentaire, les ours se nourrissant de restes de fast-food deviennent plus gras et 10% renoncent même à hiberner, leur nourriture étant assurée en toutes saisons. Là aussi, leur population explose: en 12 ans, les ours bruns sont passés de 12.500 à 30.000 en Californie, selon M. Holley.

Source : AFP Google du 15 septembre 2007

Les ours mangent dans les banlieues américaines...

Des milliers d'ours bruns, en quête de nourriture avant leur hibernation, provoquent de grosses frayeurs aux habitants de l'ouest des États-Unis. La sécheresse contraint les plantigrades à chercher des ressources en zone urbaine. Au Colorado, par exemple, les autorités ont édicté une règle : tout ours attrapé deux fois doit être abattu.
Il est probable que plus de 400 ours renonceraient à hiberner, leur nourriture étant assurée en toute saison.

Source : Ouest-France - Toutes édition du 17 septembre 2007

Haut de page

Les ours bruns à la recherche de nourriture dans les lieux habités dans l’ouest des Etats-Unis


Les ours bruns à la recherche de nourriture provoquent des dégâts considérables dans l’ouest des Etats-Unis. Les gestionnaires de la faune et la flore font état d'un nombre record de conflits entre les ours et les individus, ainsi qu’une augmentation du nombre d’ours tués pour protéger les êtres humains.

« C’est la folie là-bas » a déclaré Kevin Hurley, coordinateur de la gestion de la faune et la flore avec Wyoming Game and Fish.

Les ours bruns américains, qui sont présents exclusivement en Amérique du nord, résident dans les forêts allant du Mexique au Canada. Les ours bruns adultes, qui peuvent peser entre 68 et 227 kilos, peuvent couvrir un territoire d'une superficie de 400 km².

Les ours bruns commencent à chasser pour trouver des nourritures très caloriques immédiatement après être sortis de l’hibernation au printemps, et font leurs provisions de nourriture près de 20 heures par jour jusqu’à ce qu’ils retournent dans leur tanière en automne.

Les gelées tardives, la sécheresse, et l’infestation des arbres dans l’ouest des Rocheuses ont engendré la diminution des sources naturelles de nourriture des ours, qui vont des insectes aux baies.

Désormais, ils chassent pour trouver de la nourriture dans des endroits inhabituels, allant des campings en campagne aux cuisines de banlieue.

Ces derniers jours, le nombre d’ours aperçu a provoqué la panique dans l’Idaho, le Montana et le Wyoming, où les écoles ont été fermées et les voisinages vidés, alors que les autorités essayaient de capturer ou de tuer les ours.

Au Colorado, les ours se sont introduits dans les maisons par la porte principale, ont déambulé dans les magasins et se sont jetés sur des voitures. Les autorités ont déclaré que le nombre d’ours tués par les responsables d’état de la faune et de la flore cette année avait dépassé le record de 43 ours tués entre Janvier et Août 2002.

« C’est une journée difficile ici quand on décide de tuer un ours, c’est la dernière chose que l’on a envie de faire » a déclaré le responsable de la Division de la Faune et de la Flore du Colorado, Tyler Baskfield.

Les responsables de la faune et de la flore dans le nord-ouest du Wyoming, où les maisons luxueuses se construisent dans les habitats naturels des ours, ont enregistré 100 appels par semaine concernant des ours festoyant dans des arbres fruitiers ou se baladant dans les jardins.

Les responsables ont du tué près de deux fois plus d’ours cette saison qu’ils ne le font en moyenne chaque année.

Dans le Montana, des ours affamés ont fouillé dans des poubelles ou des décharges devant les garages, d’après le Capitaine des Parcs, de la Faune et de la Flore et des Poissons du Montana, Sam Sheppard. C’est selon lui inhabituel compte tenu de l’intensité et de la fréquence de ces violations.

Les responsables de la faune et de la flore dans les états de l’ouest des Etats-Unis ont renouvelé les campagnes pour limiter les conflits entre les ours et les humains.

A Jackson Hole, dans le Wyoming, où un ours a été récemment abattu devant la porte d’une garderie, les responsables ont couvert le voisinage d’affiches demandant aux habitants de cueillir les fruits de leurs arbres, d’enlever les niches à oiseaux de leur jardin et de rendre hermétique aux ours leurs poubelles.

Source : Actualité News Environnement du 25septembre 2007
Auteur : Sandra BESSON

Reportage sur TF 1 : Journal télévisé du 23 septembre 2007 à 20 heures - Mettre le curseur à 23 mn 20 secondes.

Haut de page

Dans l'ouest des Etats-Unis, les ours frappent aux portes


Des milliers d'ours en quête de nourriture avant leur hibernation sont en train de provoquer de grosses frayeurs aux habitants de l'ouest des Etats-Unis, la sécheresse contraignant ces plantigrades à chercher leurs ressources en zones urbaines. Ils éventrent les poubelles, enfoncent les portes des maisons et dévastent tout sur leur passage, malgré les mesures prises par les autorités, comme l'installation de conteneurs à ordures blindés.

A Boulder (Colorado), un ours est ainsi resté récemment perché de longues heures dans un arbre d'un quartier tranquille, avant de décamper. Il a eu de la chance: il portait déjà une étiquette à l'oreille, témoin d'une précédente capture lors d'une incursion en zone d'habitation. Or, les autorités ont édicté une règle: tout ours attrapé deux fois dans ces circonstances doit être abattu. Etant donné la tendance actuelle, il est vraisemblable que plus de 404 ours seront ainsi capturés et tués, battant un record datant de 2002. Entre 8 000 et 12 000 ours vivent au Colorado, une population en pleine expansion alors que les ressources se font rares. Il y a eu des gelées tardives en juin, qui ont tué les plantes dont se nourrissent les ours, explique un spécialiste. L'été a été très sec et l'herbe en haute montagne a séché. Les ours ont dû descendre dans les vallées, souvent grignotées par les banlieues américaines tentaculaires.

Partout dans l'ouest des Etats-Unis, les mêmes histoires se répètent. Tout le monde est en train de voir des ours partout (...) dans des endroits où ils n'avaient pas été vus auparavant, constate Bret Stansberry, biologiste au département de la pêche et de la chasse de l'Idaho.

Un ours brun, omnivore qui se contente de 3 500 à 5 000 calories par jour en été, en engloutit 25 000 quotidiennement lorsqu'il se prépare à hiberner dans les semaines précédant novembre.

Motif d'inquiétude supplémentaire, les ours se nourrissant de restes de fast-food deviennent plus gras et 10% renoncent même à hiberner, leur nourriture étant assurée en toutes saisons. Là aussi, leur population explose: en douze ans, les ours bruns sont passés de 12 500 à 30 000 en Californie.
.
Source : Charente Libre 18 septembre 2007

Haut de page

Les ours et les lynx cherchent pitance dans les villes du Nevada


Certaines villes du Nevada, parmi lesquelles Las Vegas, ont reçu ces derniers temps des visiteurs inhabituels: des animaux sauvages, lynx et ours, qui ont été aperçus sur des parkings de casino et aux abords de centres commerciaux.

Selon Doug Nielsen, porte-parole du Département de la faune et de la flore du Nevada, la sécheresse et le manque de nourriture poussent certains prédateurs à aller chercher leur subsistance dans des endroits qu'ils évitent en temps ordinaires: terrains de golf, parcs, jardins et autres lieux fréquentés par les humains.

"Là-bas, dans le désert, ils n'ont plus de quoi faire leur shopping", remarque-t-il.

Le Dr Gary Weddle, chargé de surveiller la population animale à Henderson, a rapporté quant à lui que son équipe avait enregistré vingt fois plus d'appels concernant des lynx cette année. "Ces lynx ne font rien d'autre que ce qu'ils font d'habitude pour survivre: ils chassent pour se nourrir, mais en ville".

Quant aux ours, ils n'avaient jamais constitué un problème dans la vallée de Las Vegas.

Pourtant, à Goldfield, une petite ville de 400 habitants située dans le désert à 300km au nord de la capitale des plaisirs, un ours brun amaigri a fait son apparition chez les humains fin novembre, la mine affamée et les pattes meurtries.

Selon des spécialistes, l'animal a dû descendre des Montagnes blanches proches de la frontière avec la Californie, pour se rendre Goldfield, à une centaine de kilomètres de là, en quête de nourriture.

L'une des habitantes de Goldfield, Juanita Colvin, 31 ans, a admis que c'était la première fois qu'elle voyait un ours. Elle et son mari ont fini par donner à l'animal des restes de leur dinde de Thanksgiving. "C'était juste après", a-t-elle plaisanté.

L'ours brun a également rendu visite à John Singleton, un officier de police du comté d'Esmeralda. Celui-ci a raconté comment l'animal, visiblement affamé, tentait, avec ses pattes, de faire tomber des petits fruits d'un arbre de son jardin.

"Il était si petit que j'ai cru que c'était un ourson", a-t-il avoué. L'ourson s'est en fait révélé être une jeune ourse adulte. Elle ne pesait qu'une trentaine de kilos, soit très en dessous du poids normal des plantigrades femelles de son âge qui oscille entre 45 et 65 kilos.

Les services de protection des animaux ont endormi l'animal et l'ont amené à Reno, où il a été nourri quelques jours, pour s'assurer qu'il repartirait "le ventre plein", a indiqué le biologiste Carl Lackey, biologiste au département de surveillance de la faune et de la flore du Nevada.

Le 2 décembre, l'ourse a été relâchée, dotée d'un collier-balise, dans les montagnes de la chaîne Carson où elle devait trouver de quoi boire et se nourrir à volonté. Hélas, l'ourse était tuée dans un collision avec une voiture. Pour Carl Lackey, "de toute façon, elle n'aurait probablement pas passé l'hiver. Elle était si maigre".

Source : AP / Nouvel Obs du 18 janvier 2008

Haut de page

Alaska: un ours noir fait irruption dans le centre d'Anchorage


Six voitures de police ont été mobilisées pour tenter de capturer un ours noir d'environ 100 kg qui avait fait irruption dans le centre d'Anchorage, la ville la plus peuplée d'Alaska (Etats-Unis), annonce lundi le quotidien local Anchorage Daily News.

L'incident s'est produit dans un quartier d'affaires de la ville, peuplé d'environ 360.000 habitants. Une douzaine de policiers, des badauds et plusieurs équipes de télévision se sont lancés aux trousses de la bête, avant de parvenir à la cerner dans la cour d'une maison particulière, où deux biologistes l'ont assoupi à l'aide d'un tranquillisant. Par la suite, l'ours noir a été chargé dans la benne d'une voiture tout-terrain avant d'être transporté hors de la ville d'Anchorage.

"Les ours noirs et bruns sont des hôtes fréquents de notre ville", souligne le journal.

La semaine dernière des ours avaient déjà été remarqués dans la banlieue d'Anchorage ainsi qu'à l'intérieur de la ville, annonce Anchorage Daily News se référant aux autorités locales.

Source : RIA Novosti du 9 juin 2008

Observation

Des ours noirs ou des grizzlis dans le centre d'Anchorage n'a rien d'extraordinaire sans pour autant que ce soit tous les jours. En 1982 lors d'un séjour au camping Rusian Park je m'interrogeais des raisons pour lesquelles un Alaskan faisait son jardin avec un colt à la ceinture. Il m'avait répondu " si un ours vient je peux me défendre." Il est vrai qu'aux USA l'autodéfense est pratiquement inscrite dans la Constitution. Nous sommes loin, en Europe, d'avoir une telle culture.

La même année nous avions fait une randonnée dans la péninsule de Kénay. A notre retour, et pas très loin des maisons du village de Hope, un homme se baladait avec un fusil. Comme il nous regardait d'un air curieux nous lui demandions ce qu'il chassait. Là, il nous traite de fous parce que dans ce secteur il faut toujours se promener avec une arme pour se défendre d'un animal.

Si nous disions cela à nos écolos des Pyrénées…. Quel scandale ! Mais ce ne sont pas les mêmes ours.

Louis Dollo, le 9 juin 2008

Haut de page

Alaska: un grizzly attaque et blesse grièvement une adolescente lors d'une course cycliste


Une adolescente de 14 ans qui participait à une course cycliste en montagne a été attaquée dimanche en pleine nuit par un ours qui l'a grièvement blessée, mais elle a malgré tout eu la force de passer un bref appel d'urgence depuis son téléphone ce qui a permis aux secours de finalement la prendre en charge.

La jeune fille souffre de blessures à la tête, au cou, au torse et à la jambe. Elle a subi une opération chirurgicale au centre médical Providence Alaska, mais son état restait critique dimanche après-midi, selon la police.

"Le spécialiste local des ours a estimé qu'il s'agissait probablement d'une femelle grizzly", a déclaré Cleo Hill, un porte-parole des pompiers d'Anchorage. "On en a aperçu une dans la zone récemment", a-t-il ajouté.

L'attaque est survenue sur le parcours de cette course prévue pour durer 24 heures. Les secouristes ont dû parcourir à pied plus de trois kilomètres pour parvenir jusqu'à la victime.

Une soixantaine de cyclistes participaient à cette course dans une zone fréquentée par des animaux sauvages -grizzlys, ours noirs et loups.

La course, qui a débuté samedi midi et devait s'achever dimanche midi, a été annulée après l'accident survenu vers 1h30 du matin, en pleine nuit.

La fillette a appelé les services d'urgence et à l'autre bout du fil, les routeurs ont entendu quelqu'un qui avait du mal à respirer. L'adolescence a seulement pu souffler "ours" puis la communication a été interrompue, a rapporté Hill.

Les routeurs ont alors rappelé au numéro indiqué, conformément à la procédure. Un autre cycliste a alors entendu la sonnerie du téléphone de la victime, s'est arrêté pour voir de quoi il s'agissait et est tombé sur la jeune fille sur le bord de la piste.

"Cette personne a récupéré le téléphone et appelé la police", a précisé Hill.

Des officiers de police armés d'armes à feu ont escorté les médecins pour retrouver la jeune fille blessée.

"Elle lutte pour sa vie", a déclaré le lieutenant de police Paul Honeman.

Source : Nouvel Obs du 30 juin 2008

Haut de page

Une femme attaquée par un ours en Californie


Une femme a été attaquée par un ours en Californie.

L’attaque est survenue à Piute, une région récemment touchée par d’importants incendies de forêt, au moment où la dame faisait une promenade avec ses chiens.

La victime a dû être transportée par hélicoptère dans un centre hospitalier de la région de Los Angeles.

Selon les autorités, elle aurait subi des coupures importantes au visage et à la tête.

Une des bêtes de la victime a été tuée par le plantigrade.

Source : Lcn Canoë du 23 juillet 2008

Haut de page

Un ours qui s'était coincé la tête dans un bocal abattu par les gardes-chasse


Lake George, Minnesota, États-Unis - Un ours qui s'était coincé la tête dans un bocal a dû être abattu par les gardes-chasse après qu'il se soit aventuré en ville.

L'animal, repéré aux alentours de la ville de Lake George, a été poursuivi pendant 6 jours par les rangers qui essayaient de le capturer pour lui retirer le bocal dans lequel sa tête était coincée. Ils espéraient ainsi pouvoir le relâcher dans son habitat naturel, loin des habitations.

Leur traque étant resté vaine, ils n'ont retrouvé la trace de l'animal que lorsque celui-ci a pénétré en ville. Pour des raisons de sécurité publique, les officiers ont finalement été contraints d'abattre l'animal.

Source : Zigonet du 1er août 2008

Haut de page


Le Grand Charnier
   

Accueil du Monde des Pyrénées
La faune sauvage des Pyrénées
Ours dans les Pyrénées