L'ours au Japon

 

Alors que l'animal est accepté depuis toujours au Japon, chasse et braconnage se sont intensifiés ces dernières années. Qu'il s'agisse d'ours brun ou d'ours noir, la présence et la dangerosité de cet animal apparaît évident dans les zones où il se trouve y compris en zone touristique.

L'ours noir au Japon


Le Grand Charnier

Accueil du Monde des Pyrénées
Ours dans les Pyrénées
Environnement des Pyrénées
L'ours en Europe

 

 
Situation de l'ours au Japon


Le Japon, abrite environ 30 000 ours de deux espèces différentes:

  • Le hi-guma, ours brun, qui vit au nord de Honshu et à Hokkaido. Il y aurait environ 12 000 individus.
  • Le tsukinowa-guma, ours noir d’Asie, occupe des aires du Honshu, Shikoku et Kyushu. Cette espèce dite "menacée par le braconnage" compterait 18 000.individus en 2004

La densité de la population d'ours à Shiretoko (plus de 200) est la plus importante du Japon et l'une des plus élevées au monde. Les lieux touristiques, comme les Cinq Lacs, sont protégés de grillages, et on y vend des sprays dont l'odeur est censée les écarter en cas de rencontre. Certains ours se sont habitués à la présence humaine et rôdent aux alentours ou sur les plages pour se repaître des saumons abandonnés par des pêcheurs qui en ont simplement extrait les oeufs. - Source : Extrait du journal Le Monde du 12 janvier 2007 - Auteur : Philippe Pons

Nota : La péninsule de Shiretoko se trouve dans la région nord-est de l'île de Hokkaido et donne sur la mer d'Okhotsk. Le 14 juillet 2005, elle a été enregistrée au Patrimoine mondial (patrimoine naturel) de l'Unesco. La plus grande partie de la péninsule fait partie du parc national de Shiretoko.

Haut de page

Alerte aux ours !


Les ours font depuis quelques années des apparitions qui ne sont guère appréciées dans les zones peuplées du Japon. Ce fut particulièrement le cas en 2004, où beaucoup rôdaient autour des maisons et des écoles, certains attaquant même des passants. Entre janvier et octobre 2004, 103 personnes furent assaillies par des ours en 88 incidents, les plus sérieux s'étant déroulés dans la région du Hokuriku baignée par la Mer du Japon. Là, des personnes furent blessées au cours de 31 incidents. En conséquence de quoi, plus de 1600 ours furent, soit tués, soit capturés et renvoyés dans leurs montagnes. Bref, l'ours défraya beaucoup les médias.

Le Japon héberge deux expèces d'ours sauvage. L'une est le hi-guma (ours brun). Mais c'est l'autre, le tsukinowa-guma (ours noir d'Asie), qui cause les problèmes. Il occupe des aires du Honshu, Shikoku et Kyushu. Une publication du Ministère de l'environnement, Japon - Vies Sauvages Menacées (Red Data Book), donne l'ours noir d'Asie comme une espèce menacée. Il n'en resterait plus que dix à douze milliers dans tout le Japon (1).

Les ours sont timides, toujours sur leurs gardes pour un danger éventuel. Leur habitat naturel est au cœur des montagnes les plus profondes (oku-yama), dans les forêts d'essences aux feuilles caduques, hêtres et chênes. Les noix et les glands constituent une part importante de leur ordinaire. Les bois s'étendant entre les zones habitées et les hautes montagnes - couramment appelées sato-yama - n'offrant pratiquement aucune nourriture correcte pour les ours, ils ne descendaient jamais de leurs montagnes pour inquiéter les humains. Mais depuis les années soixante-dix, combien de pentes de montagnes n'ont-elles pas été rasées de leurs arbres caducs pour y planter des conifères, comme le cèdre du Japon et le cyprès? Tout ceci a privé les ours de leur principale source de ravitaillement en faînes et en glands.

Voici comment Maita Kazuhiko, directeur de l'Institut de Recherches et Préservation de l'Ours noir d'Asie, voit le problème : " La détérioration des végétations naturelles de montagnes est signalée depuis au moins vingt ans. Les ours en souffrent donc depuis pas mal de temps. Cependant, nous estimons que les attaques et maraudages récents sont principalement dûs à la succession des terribles typhons essuyés récemment. "

Dix typhons (2) ont balayé le Japon en 2004, beaucoup plus donc que le record précédent de six sur une année civile (1990 et 1993 en eurent chacun six). La région du Hokuriku, où se sont produites de nombreuses occurences d'ursidés, a connu deux périodes de précipitations diluviennes au cours de la saison des pluies du début de l'été dernier. " Les ours ont l'habitude de grimper aux arbres pour leur festin de noix et de glands. Or, ces grosses tempêtes ont abattus leurs repas au sol, où des centaines d'autres animaux non grimpeurs ont eu beau jeu de s'en gaver, argumente Maita. Ce qui ne laissa aux pauvres ours que des rations de famine. En outre, facilement effrayés par le grand bruit, les ours ont dû vivre ces déluges et ces tempêtes sur le mode du stress le plus absolu. C'est cette combinaison de circonstances qui a dû les affoler et les faire sortir de leur réserve habituelle. "

Le tumulte indigné des humains sur les apparitions d'ours s'est apaisé une fois que les ours furent entrés en hibernation. Mais que va-t-il se passer lorsqu'ils se réveilleront au printemps? Les ours du Japon pourraient connaître l'extinction, il faut donc que l'homme traite ce problème avec la plus grande sagesse. Responsables à la fois de la sécurité des habitants et de celle des ours, les gouvernements locaux et les spécialistes de la faune sont confrontés à un grave dilemme. On en est donc à essayer d'imaginer des méthodes qui soient profitables à la fois pour les gens et pour la faune menacée.

(1) La notion d'espèce menacée ne semble pas être la même dans le monde entier. Tenir un tel propos alors qu'il resterait environ 12 000 individus d'ours noir au Japon, nous pourions donc parler d'espèce disparue ou résiduelle dans les Pyrénées et les Cantabrique (Espagne).
(2) Un typhon se définit comme un système météorologique de basse pression tropicale avec des vitesses de vent maximales près de son centre d'au moins 17,2 mètres par seconde

Auteur : Sakagami Yasuko
Source : Nipponia n°32 du 15 mars 2005

Haut de page

Un ours attaque et tue un cueilleur au Japon


Un Japonais de 50 ans a été attaqué et tué par un ours dans l'île de Hokkaido (nord) alors qu'il cueillait des plantes dans la nature, a annoncé la police.

La victime cueillait des plantes sauvages avec un ami lorsqu'il a été attaqué dimanche après-midi.

Des chasseurs ont ensuite tué un ours brun considéré comme l'auteur de l'attaque, à la demande des autorités locales, selon les médias.

Des cueilleurs de plantes et baies sauvages ont déjà été attaqués par des ours dans des zones reculées de Hokkaido, mais aucun drame mortel de ce genre n'avait encore eu lieu cette année

Haut de page


Le Grand Charnier

Accueil du Monde des Pyrénées
Ours dans les Pyrénées
Environnement des Pyrénées
L'ours en Europe