Le vautour fauve

 

Espèce protégée, le vautour fauve est présent dans les Pyrénées depuis l'antiquité sans réintroduction contrairement aux Alpes. Cette présence et l'accroissement des populations de vautours n'est pas sans poser de problèmes au pastoralisme et à l'élevage dans les Pyrénées aussi bien en France qu'en Espagne. Problèmes qui commencent également à se manifester dans les Alpes françaises mais aussi en Suisse. Conséquence d'une trop grande protection ? Du nourrissage et du comportement humain ? de l'élevage de vautours en vu de leur introduction ? Une évolution comportementale du vautour semble bien être en cours....

Les vautours Fauves en Europe et Alpes

Dans les Pyrénées



Fontaine de la place St Louis de Gonzague à Pau - Ph. Guillaume R. - Droit réservé

Les associations de défense du patrimoine pyrénéen et l'ADDIP

Voir également l'observatoire des Pyrénées-Atlantiques

Les vautours fauves s’attaquent aux cadavres humains

Le commissaire européen à l'environnement Janez Potočnik répond au député européen, Michel Dantin au sujet de la régulation du loup et du vautour - 14 juillet 2014


Vous avez été témoin d'une prédation ou d'une attaque par un ou des vautours, vous avez entendu parler vos parents, grands parents, des amis chasseurs, bergers, etc... nous avons besoin de vos témoignages oraux et des photos, éventuellement films, vidéos, etc...

Contactez-nous

 


Le Grand Charnier
   

Accueil du Monde des Pyrénées
Environnement des Pyrénées


La carte d'identité du vautour fauve


Vautour à Rougon dans les gorges du Verdon
(Ph. Daniel Taupin)

Quelques estimations de la population de vautour

Espagne :
1978 : 3.240 couples
1989 : 8.000 couples
1999 : 17.089 couples (55 000 individus).

France :
1976 : une soixantaine de couples
1985 : 139 à 159 couples (446-496 individus)
2000 : 593 couples (1.470-1.790 individus)

Difficile de dire qui est espagnol ou français mais égelement difficile de dire qu'ils sont en voie d'extinction ou une espèce menacée
Source : AVES Belgique


Nom commun : Vautour fauve

Nom scientifique : Gyps Fulvus en latin
Nom en anglais : griffon vulture
Nom en espagnol : buitre léonado
Nom en allemand : gänsegeier

Ordre : Accipitriformes
Famille : Accipitridés

Taille : 1 mètre environ
Poids : 8 à 11 kg environ
Envergure : 2,5 à 2,7 mètres
Queue : 28 à 32,5 cm
Bec : 5,2 à 5,5 cm
Poitrine : 11,5 à 12,5 cm
Maturité sexuelle : 5 ans
Oeuf : 1 par an pondu de janvier à mars
Incubation : 55 jours
Longévité : plus de 30 ans.

Crâne : recouvert de duvet blanc
Cou : étroit et long avec une collerette de plumes hérissées blanche et duveteuse.
Bec : puissant de la couleur de la corne capable de déchirer les tissus les plus résistants
Yeux : jaunes.
Poitrine et ventre : couleur fauve
Dos et croupion : chamois-brun
Rémiges et plumes de la queue : courte et carrée, coloration brun-foncé noir avec le dessous recouvert de stries brunes.

Distribution : Espèce présente en France à l'état sauvage notamment sur toutes les Pyrénées nord et sud
Statut : nicheur sédentaire - migrateur rare. Espèce protégée : fait parti des espèces les plus menacées d'Europe

Le lieu et mode de vie

Le vautour fauve est un sédentaire qui vit en colonie. Il fait un nid dans une aire dans une falaise où il pondra et couvera. Le nid est assez rudimentaire. Il est composé de brindilles et un peu d'herbes sèches pour protéger l'unique œuf pondu en janvier.

Ils vivent en colonie et prospectent en grands orbes. Ils quittent la colonie d'ès l'aurore et ils ne reviennent qu'en fin d'après-midi.
Les couples sont formés à vie. Les juvéniles et immatures migrent à partir de l'automne vers le sud de l'Espagne, l'Afrique du nord et parfois jusqu'au sud du Sahara. Ils reviennent adultes en général vers leur région d'origine et sont alors sédentaires.

Le comportement du vautour fauve


Le cri
Il est perceptible à une très grande distance (plusieurs kilomètres). Il leur permet de communiquer entre eux en cas de découverte d'une charogne.

Le vol
Ils sont incapables de battre longtemps des ailes. Ils doivent donc profiter au maximum des courants ascendants pour s'élever. Pour décoller, il leur est plus aisé de disposer d'une pente.

Le changement de comportement des vautours fauves, ses origines, ses conséquences en France et Espagne

Le cycle annuel de reproduction

L'accouplement a lieu en décembre. Le vautour fauve femelle pond un œuf par an et en janvier. Le mâle et la femelle s'alternent pour aller chercher la nourriture et couver l'œuf durant 55 jours entre janvier et février, en plein hiver. La naissance a lieu au mois de mars. Le poussin pèse environ 250 gr. Le petit est nourri par ses parents pendant 4 mois, au nid, en régurgitant la nourriture prédigéré et stockée dans le jabot.
Après s'être entraîné au nid durant 2 mois, le premier vol a lieu en juillet / août.
A 8 mois, en octobre / novembre, le jeune quitte le nid pour rechercher un territoire quelque part en France, Espagne, voir même en Afrique. En principe, ils reviennent un ou deux après pour s'installer près de leur région d'origine. Mais on en a même retrouvé dans le nord de l'Europe. Tout n'est donc pas aussi simple et homogène qu'on l'imagine.

Le régime alimentaire


Le vautour fauve est classé parmi les charognards. C'est, officiellement, un nécrophage strict, c'est à dire qu'il se nourrit exclusivement de cadavres. La littérature scientifique officielle nous dit que " sa morphologie et ses grosses pattes de poule inaptes à la préhension le rendent incapable de s'attaquer à la moindre proie vivante ". La réalité est assez différente (voir ci-dessous)

Pour repérer la charogne, il dispose d'une capacité visuelle correspondant à 8 fois celle des humains. Il est capable de repérer un objet de 30 cm à 3 kilomètres de distance. Son odorat est faible.

Le festin sur une charogne s'appelle la curée. Ils peuvent jusqu'à 150 et plus à se quereller une même charogne. Ils sont capables d'ingurgiter jusqu' à 1 kg de viande en un seul repas. Mais ils peuvent rester plusieurs semaines sans manger s'ils ne dépensent d'énergie. Ils ne dédaignent pas la chair putréfiée mais ils préfèrent la consommer fraîche. Les carcasses sont intégralement nettoyées et ils ne restent que la peau et les os qui seront digérés par les gypaètes barbus.

Polémique
Il semble, selon de nombreuses observations et témoignages, que des vautours fauves s'attaquent à des bêtes vivantes. Ce fait, qui semble ne pas être nouveau, n'est pas reconnu ou accepté par les institutionnels et réfuté par les organisations écologistes, notamment la LPO qui n'ont d'ailleurs jamais été sur place pour apprécier ou interroger des observateurs. Un fait est avéré : les vautours s'attaquent au placenta des bêtes mettant bas et par voie de conséquence aux petits naissants.

Le changement de comportement des vautours fauves, ses origines, ses conséquences en France et Espagne
L'équarrissage naturel par les rapaces

Les vautours fauves s’attaquent aux cadavres humains

 


Vautour fauve à Iparla au Pays Basque
(Ph. Benat Auriol)

 

 
Extrait d'une attaque de vatours fauves sur un troupeau à Estaing


Vautour moine dans la Drôme. Il devait avoir faim.... Même plus sauvage !

Le vautour fauve en Europe

 


Le Grand Charnier
   

Accueil du Monde des Pyrénées
Environnement des Pyrénées