Les vautours fauves en Espagne

 

Nous pouvons dire que l'Espagne est le pays des vautours fauves. Ils n'y ont jamais vraiment été en voie de disparition notamment en Navarre, Aragon et Catalogne. Ils y sont néanmoins protégés comme dans toute l'Europe. Mais en Espagne ils y sont nourris grâce à des charniers. Mais par ailleurs ils sont confrontés à la problématique des éoliennes.
Cette présence ibérique a permis le repeuplement naturel du Nord des Pyrénées.


Le Grand Charnier

Accueil du Monde des Pyrénées
Environnement des Pyrénées
Vautour fauve
Vautour fauve dans les Pyrénées

 

Espagne, en Castille et Léon : attaque de vautours fauves


Vers 15 heures, au lieu-dit la Dehesa del Término de Beratón, une cinquantaine de vautours fauves ont attaqué une brebis en train d'agneler et qui se trouvait éloignée du troupeau.
Une patrouille de la Garde Civile de Ólvega a pu observer comment les vautours finissaient de dévorer l'animal; il n'ont pas pu l'éviter, mais ont réussi à sauver l'agneau nouveau-né. Le troupeau appartient à un habitant de Beratón à qui ils ont rapporté l'animal survivant.

Medio centenar de buitres devoran en Beratón a una oveja que acababa de parir


Medio centenar de buitres leonados atacaron a una oveja que acababa de parir y que se encontraba aislada del rebaño en el paraje La Dehesa del Término de Beratón (Soria), en torno a las 15.00 horas.
Una patrulla de la Guardia Civil de Ólvega observó cómo los buitres terminaban de devorar al animal sin poder evitarlo, aunque consiguieron rescatar con vida al cordero recién nacido. El rebaño pertenece a un vecino de la localidad de Beratón, a quien se entregó el animal superviviente.

Source : El Mundo du 3 juillet 2008

Observation : Alors qu'en France les pouvoirs publics mais surtout les associations environnementalistes notamment la LPO en sont encore au stade du doute quant aux attaques de vautours sur des bêtes vivantes, il y a longtemps que les espagnols, confrontés à une population iportantes de vautours fauves sur l'ensemble de leur territoire, ont observé le phénomène et indemnisent leurs éleveurs.
Nous ne pouvons que constater que les associations environnementalistes françaises de défendent pas le milieu naturel en relation avec l'homme notamment ceux qui y vivent, mais exercent un lobbying idéologique avec pour objectif le départ de l'homme pour laisser la place au tout sauvage. FERUS, le WWF et Stéphan Carbonnaux sont des défenseurs de cette idéologie extrémiste qui a vu le jour dans les années 1930 en Allemagne.

Haut de page

Espagne: festin "cinq étoiles" pour vautours affamés en Aragon


Des centaines de vautours guettent José Ramon avant de se jeter frénétiquement sur les cadavres de lapins qu'il répand au sol. Bienvenue à "l'hôtel vautour palace" en Espagne.

Avec sa brouette, José Ramon Moragrega, 57 ans, marin à la retraite passionné par ces charognards, répète le même rituel tous les matins depuis 21 ans, près de Valderrobres dans les montagnes aragonaises (est de l'Espagne).

Mais son "hôtel" --à ciel ouvert, avec abreuvoirs et perchoirs-- n'a pas toujours eu le succès qu'il connaît aujourd'hui, avec 400 ou 500 vautours dans les bons jours.

"Il a fallu trois ans avant que les vautours ne descendent manger", confie ce passionné de nature à l'AFP, depuis l'un des deux observatoires de sa propriété réservés au public, à quelques mètres de l'immense mangeoire.

"Au début, c'était comme un jeu. Je déposais la nourriture le matin et je la ramassais le soir. Quand les premiers sont venus, ça a commencé à vraiment me plaire", ajoute José Ramon, qui s'auto-surnomme "Vautour-man".

"Une initiative bien montée comme la sienne est un réel succès, car ça ne coûte rien à l'administration", assure Esteban La Torre Abella, garde-forestier de la région d'Aragon.

"C'est même un exemple pour les pouvoirs publics. Sa mangeoire, c'est un cinq étoiles" poursuit-il. Avec du lapin au menu tous les jours. Cent à 200 --morts dans le transport et récupérés dans un abattoir-- dévorés en une trentaine de minutes.

Les vautours, dont 80% des spécimens européens résident en Espagne, sont "une espèce très sensible", relève le garde-forestier.

"En un mois une colonie entière peut disparaître. La population des vautours ces dernières années a augmenté, un peu grâce aux apports de nourriture mais ils avaient failli disparaître dans cette région dans les années 70".

Menacés surtout parce qu'ils mangeaient des cadavres d'animaux empoisonnés par des agriculteurs soucieux de se débarrasser des renards.

"L'homme est l'unique prédateur du vautour", explique José Ramon. "C'est une espèce persécutée pour des raisons culturelles depuis la Grèce antique, une espèce qui a tellement peur de nous".

Avec lui, ils semblent en confiance. Ils ont du moins appris à accepter sa présence. "C'est un succès pour moi d'avoir réussi à m'intégrer sans qu'ils ne paniquent même si cela a pris 21 ans".

Mais ses clients sont exigeants et le petit déjeuner doit être servi "au millimètre près".

"N'importe quel geste brusque, mouvement bizarre, ou si une autre personne qui entre à ma place a peur, ils le remarquent tout de suite, ils paniquent et ils s'en vont", souligne José Ramon, qui n'a manqué que très rarement son rendez-vous avec ces oiseaux au long cou et aux ailes de trois mètres d'envergure.

Son épouse Loly le remplace quand il ne peut pas faire autrement. C'est elle aussi qui accompagne les visiteurs --une entrée payante oscille de 4 à 15 euros-- et leur donne les instructions d'usage avant d'assister au festin des charognards: ne pas s'approcher trop près des vitres teintées de l'observatoire, ne pas faire de bruit...

Une loi européenne de 2002, adoptée après la crise de la vache folle --qui interdisait de laisser se décomposer dans la nature des animaux morts de cause naturelle-- vient d'être abrogée pour la survie des charognards.

Pour José Ramon, cela ne suffira pas: "S'ils doivent se nourrir avec ce qui reste dans la nature, le peu d'espace et de faune que nous leur avons laissés, ils ne pourront pas survivre, il faut les aider".

Source : Romandie/AFP du 18 mai 2009

Haut de page


Le Grand Charnier

Accueil du Monde des Pyrénées
Environnement des Pyrénées
Vautour fauve
Vautour fauve dans les Pyrénées