Atteintes à la liberté d'accès à la montagne dans les Pyrénées

 

Il faut entendre par liberté d'accès le principe qui consiste à ne rendre de comptes à personne, sans avoir à payer, à respecter un quota d'usagers ou de stationnement ou des horaires pour pratiquer la randonnée, la raquette à neige, le ski de montagne, le canyon, l'escalade, etc… en terrain d'aventure
Le pire est de devoir payer pour traverser une zone en vue de se rendre en montagne ou haute montagne.
Nous donnons volontairement des astuces pour contourner les restrictions

 

Eté
Hiver

Les péages d'itinéraires de raquette dans 8 stations pyrénéennes étaient illégaux au cours de l'hiver 2005-2006


Les stations proposant gratuitement des circuits de raquettes à neige


Informations diverses

 

 

Accueil du Monde des Pyrénées
Accès aux sites de pratiques



Eté
Les Bouillouses (Pyrénées-Orientales)


En juillet et août, le nombre de voiture en stationnement au barrage est limité à 100. Si non il faut stationner beaucoup plus bas (barriere avec vigils) et monter à pied ou en bus dans la matinée.
Problème du bus : si vous arrivez le matin vers 6 ou 7h pour aller fair un sommet comme le Carlit ou le Péric, vous risquez d'être bloqué à la barrière et de devoir monter à pied ou attendre un bus entre 9 et 10 h (horaires purement touristiques).
Si vous arrivez la veille pour aller coucher au refuge, il faut arriver avant le dernier bus vers 19h si non vous devrez monter à pied (environ 1h30)

Cauterets - Pont d'Espagne (Hautes-Pyrénées)


Parking payant obligatoire. Impossible de s'y soustraire sauf en stationnant en contre bas en bordure de route. Attention aux panneaux d'interdiction de stationner.

Pour l'hiver : "En plein coeur du Parc National des Pyrénées. Accès par la route jusqu’au parking du Puntas (accès payant mais remboursé pour les skieurs)." Il se pourrait bien qu'il y ait là une mesure discriminatoire illégale. Par ailleurs, promouvoir un lieu avec parking en plein coeur du Parc National est une remarquable publicité pour la protection de la nature... disons qu'il existe mieux !

Réponse de l'office de tourisme :
"...Vous avez la possibilité de faire de la raquette sur le site du Pont d'Espagne, il y a un circuit de 6km aller-retour sécurisé et balisés. L'accès au circuit est gratuit vous avez juste à payer le parking 4,50 Euros".
A noter que la sécurisation n'est pas un grand problème sur un site et pour une activité sans danger.
La pratique de la raquette est gratuite mais son accès est payant... même chose pour aller en montagne au-delà de la station et monter aux refuges des Oulettes et du Marcadau.

Haut de page

Hiver
Pic du Midi de Bigorre (Hautes-Pyrénées)


En qualité d'inviduel, interdiction de monter avec vos skis par le téléphérique pour faire la descente du Pic. Vous devez obligatoirement être accompagné d'un guide de haute montagne ou un moniteur de ski qu'il faut évidemment payé.

Mesure discriminatoire et atteinte caractérisée à la liberté de pratique de la montagne.
Cette situation est dénoncée par le Syndicat National des Guides de Montagne.

Haut de page

Nistos - Cap-Nesté (Hautes-Pyrénées)


Bâtiment d'accueil à Nistos-Cap-Nesté


Pour aller faire le Cap Nesté ou un autre sommet ou traversée, vous devez obligatoirement traverser le stade de fond. Pour celà, vous devez, en principe, payer uen redevance "raquette".

Astuce : longer la barrière à gauche avant le péage et diluez-vous dans la nature. Quoique sans rien dire vous pouvez passer devant le péage et personne ne vous dira rien. Vous pouvez parfaitement aller au magasin ou au bar... Disons que le contôle n'est pas stricte. Il suffit de le savoir.
Autre possibilité : partir avant l'ouverture de la station et donc l'ouverture du guichet.

Payolle (Hautes-Pyrénées)


Le péage sur le bord de la piste


Au bout du plateau et avant la forêt, à la croisée des chemins en direction de Camoudiet et la Hourquette d'Ancizan, vous avez une guérite avec un panneau (ci-dessous) interdit aux piétons. Qu'en est-il des raquettistes se rendant en montagne par cet itinéraire ??

En fait, la situation est ambigue. La promotion de la station indique "50 km tracés et balisés - 1 piste piétons aménagée". Les raquettistes sont ils des piétons (pourquoi pas les skieurs ?) et pourquoi l'accès vers Camoudiet leur est interdit aux dits piétons ? (voir le panneau). Faut-il à tout prix avoir des raquettes ou des skis de fond (pourquoi pas de randonnées) aux pieds pour accèder au terrain d'aventure par une piste damée sur laquelle, même sans équipement (raquettes ou skis) nous ne nous enfonçons pas ?

Le discours de l'OT de Campan est le suivant : "Sur le site de Payolle il n'y a pas de pistes balisées pour les raquettes.
"La circulation est libre, il faut absolument éviter de marcher sur les pistes tracées. Vous pouvez vous balader sur les sommêts ."

Quant aux randonneurs allant au-delà des espaces damées, la bonne pratique de la montagne recommande de partir avant l'ouverture (9h)

 

Val d'Azun - Espace Fond (Hautes-Pyrénées)


Depuis le Berbeillet, vue sur le Gabizo

 

Espace nordique du Val d'Azun



Situation pour l'hiver 2006 - 2007

Au col de Couraduque vous devez vous acquiter d'une redevance en passant devant le guicher (passage étroit) quelque soit l'objectif de votre balade sauf pour vous rendre au gîte du Hougarou. Des accompagnateurs zélés poussent le vice à faire payer leurs clients. Le passage est obligé pour vous rendre sur plusieurs sommets hors balisage, à un gîte, effectuer des traversée, etc...

Astuces ?? : passer au fond du parking et revenir sur la station ou bien passer le matin avant l'ouverture de la station ou, si vous allez au gîte, en fin de journée vers 16h30 / 17h il y a relachement. Mais est-ce le jeu en vaut la chandelle pour un pratiquant de la montagne digne de ce nom ?
A chacun sa pratique : les touristes qui rechechent le tout sécurité d'un domaine aménagé et les montagnards qui rechechent des espaces libre. A vous de savoir où vous vous situez.

Avis : Il y a assez de lieux de pratique dans la vallée, notamment le Cabaliros et Estaing et pourquoi pas vers le Tech même si la route est fermée, et hors Val d'Azun pour pratiquer gratuitement et en montagne, la randonnée à raquettes à neige.
Si vous tenez à faire le Berbeillet sans payer, réagissez en montagnard en recherchant un itinéraire hors domaine skiable balisé et damé. Observez la carte, vous trouverez et découvrirez des itinéraires sauvages particulièrement adaptés pour les solitaires.

Cauterets - Pont d'Espagne (Hautes-Pyrénées)


Vous ne payez pas l'accès à l'espace de fond et itinéraires de raquettes mais vous payez le parking. Celui-ci est remboursé si vous justifiez d'un forfait journalier. Impossible de s'y soustraire, le parking fonctionne comme celui de toutes villes. On peut toujours démonter la barrière le soir lorsque tout le personnel est parti. Mais cela reste risqué.

Voir également les conditions de la pratique gratuite de la raquette à neige sur ce site


Plateau de Beille (Ariège)


Grand parking. L'accès au stade de fond est payant pour les skieurs de fond comme pour les raquettistes. Pas possible de resquiller. Obligation de suivre les balisage et attention à vous si vous débordez devant un personnel local... c'est interdit.
Le soir, il ne doit plus y avoir de voiture sur le parking... si non cela signifie qu'une personne s'est perdue...

Astuce : arriver tôt le matin (avant 8h) et passer.
Petite évolution en janvier 2006 : vous souhaitez aller hors de la station, dites-le, on vous fera passer gratuitement surtout si vous êtes équipé autrement que comme un touriste. Par ailleurs, il semble qu'une réflexion soit en cours pour laisser libre un accès vers le terrain d'aventure. Toute fois, même si vous restez sur la station aprés réflexion, actuellement, rien ne permet à la station de vous imposer de payer.
Vous voulez vous amuser : faites la traversée vers Ax les Trois Domaines (c'est d'ailleurs gratuit à Ax) et ne venez récupérer votre voiture que le lendemain. Je parie qu'il y en qui vont vous chercher toute la nuit... C'est pour ça que vous payez : la sécurité. Mais pourquoi vous l'imposer ?
Nota : rien ne vous oblige à dire à la station où vous allez

Quelques précisions :
Il y a 6 itinéraires balisés de raquettes à neige :
-2 faciles (6.3km et 8.5 km)
-1 peu difficile (2.5km)
-2 difficile (5km et 7.5km)
-1 très difficile (12km)

Les tarifs 2005-2006 pour accéder à ces itinéraires balisés et sécurisés sont de:
* 3.60 euros / jour/pers ou 2.60 euros la demi-journée (adulte)
* 2.60 euros /jour/pers ou 1.50 euros la demi-journée (enfant)
Sachant que la demi-journée peut être de 9h à 13h ou de 12h à 17h.

Haut de page

La Pierre-Saint-Martin / Le Braca (Pyrénées-Atlantiques)


Sous la station de la Pierre-Saint-Martin il y a l'espace nordique du Braca. Sur cet espace il est possible de pratiquer la raquette à neige sur les mêmes itinéraires, les mêmes pistes que le fond. Mais le tarif est le même pour la raquette que pour le fond.
Cet espace de géne pas l'accès aux sites de pratique en terrain d'aventure.

Haut de page

La Chioula (Ariège)

10 km de pistes raquettes balisées payantes.

Etang de Lhers (Ariège)


5 pistes de raqtettes et 2 pistes de raquettes pour un total 30 km.
Le tarif pour 2005 est de 6.50 la journée adulte.
A ce tarif, non seulement il y a mieux ailleurs mais c'est cher payé au kilomètre.

Haut de page

 

Accueil du Monde des Pyrénées
Accès aux sites de pratiques

 
La raquette rackettée


Le projet de loi autorisant l'instauration d'une taxe pour l'accès aux sites nordiques, c'est la raquette que l'on rackette. Comme l'automobiliste avec les radars automatiques et les péages autoroutiers.

Dans les Hautes-Pyrénées, Nistos, le val d'Azun, Barèges, ont anticipé la loi qui ne viendra que régulariser une situation de fait.

Le ski de fond est en perte de vitesse et la pratique de la raquette en pleine ascension. Pour compenser la perte de fondeurs, les stations - qui peinent à équilibrer leur budget - ont décidé de faire payer les raquetteurs. Les stations de ski de fond, qui s'appellent désormais espaces nordiques, afin d'englober toute activité nordique non motorisée, ouvrent des pistes de raquettes, damées, balisées, sécurisées. Ce service a un coût. Il justifie, pour les stations, l'acquittement d'un forfait raquettes : 3 € à Nistos et 3,20 € au val d'Azun.

« La raquette est une activité qui doit être encadrée. On propose une zone sécurisée. Si les pratiquants veulent aller en hors-piste, cela relève de leur responsabilité », explique Pierre Maupomé, chargé de communication à Nistos.

« Les gens paient la sécurité et l'entretien de la piste. Pour les accompagnateurs en montagne, nous proposons une carte de 20 € », explique l'office de tourisme, chargée de communication au val d'Azun.

« HALTE AU PÉAGE »
« C'est n'importe quoi, cette taxe. Pourquoi ne pas envisager une taxe pour traverser les ponts, comme au Moyen Âge, critique Bernard Josué, accompagnateur à Luz. L'hiver, la raquette, c'est l'activité qui nous assure des revenus. Une redevance, cela nous pénalise. Elle s'ajoute à notre prestation et à la location du matériel. Or, la clientèle raquette n'est pas fortunée. Les séjours à la montagne sont déjà coûteux », explique Bernard Josué.

Serge Dulout, président du Club alpin français (CAF) de Tarbes, « condamne fermement la création d'un péage, d'un accès à la montagne privatisé… Déjà, des pistes damées et balisées, c'est à l'opposé de la pratique de la raquette où l'on évolue sur une neige fraîche, en pleine nature ».

Serge Dulout explique, ensuite, que de nombreux sites hors pistes de raquettes ou de ski de randonnée partent des stations. Le président du CAF trouve abusif de demander aux gens de payer pour juste « transiter sur une piste ».

Serge Dulout estime que cette taxe va porter un sérieux coup à la pratique de la raquette, comme cela a été le cas dès lors que le ski de fond est devenu payant. « Même cause, mêmes effets. On n'a pas retenu la leçon. C'est une mesure contre-productive. »

Par ailleurs, en proposant des pistes sécurisées, en cas de pépin, la responsabilité des élus des domaines concernés peut être mise en cause.

Auteur : Thierry Jouve
Source : La Dépêche du Midi du 8 décembre 2005

On peut passer ailleurs et les accompagnateurs en montagne dispose d'autes espaces que des pistes balisés


NOUVEAUX - Depuis 2005, les règles se sont éclaircies. Pour que des circuits de raquettes à neige soient payant sur des domaines skiables / espaces nordiques, un certain nombres de régles doivent être respectées notamment un minimum de services offerts aux usagers.

Les services d'un espace nordique ne s'adressent pas à des randonneurs mais plus à des promeneurs qui ont besoin d'être sécurisé. Par ailleurs, un randonneur en montagne s'engage avant l'ouverture de la station, en général avant 9h du matin. Il n'utilise pas les circuits balisés à cet effet et ne fait que traverser la station. Il n'en est pas l'usager.

Quelque soit la station, dès lors que vous traversez au moins une bonne heure avant l'ouverture, il n'y a aucune raison d'être inquiété et payer.

Pour ce qui est du Val d'Azun, il existe bien d'autres lieux pour pratiquer la randonnée à raquette mais aussi des itinéraires hors stations pour atteindre les sommets notamment depuis les Artigaux. Il n'y a donc pas lieu de créer un conflit

A noter également qu'il est totalement stupide d'utiliser des raquettes sur des pistes dammées.

Louis Dollo, le 19 janvier 2014

Haut de page

Des péages illégaux


"En tout état de cause, l'amendement en question n'est pas encore applicable (il doit être voté au sénat en 2ème lecture puis validé en commission mixte paritaire). Pour le moment, les redevances qui pourraient être demandées aux pratiquants de raquettes à neige sont donc parfaitement illégales" (Source : FFME)

Tant que la loi n'est pas définitivement votée et qu'elle n'est pas parue au Journal Officiel, elle ne peut pas être applicable.
En effet, la loi montagne précise que :

  • Une redevance de ski de fond peut être instituée. Il n'est pas fait mention d'autres pratiques sur le domaine public.
  • Le domaine nordique sur lequel doit être appliquée la redevance doit être clairement délimité par arrêté municipal (loi montagne) et affiché sur tous les lieux publics en particulier aux caisses. L'arrêté doit mentionné les tarifs de redevance.

Si ces obligations ne sont pas respectées, la redevance devient illégale et vous devez refuser de la payer. Si un arrêté a été pris, il n'a pu l'être qu'en toute illégalité. Dans ces conditions, refusez également de payer.
Si la gendarmerie intervient faites-vous verbaliser et faites mentionner sur le PV de gendarmerie que vous invoquez " l'exception d'illégalité ". Par la même occasion, déposez une plainte contre le maire, le Préfet et l'employé voulant vous imposer le paiement pour abus de pouvoir.

En payant l'accès à un itinéraire de raquette, vous vous rendez complice d'un délit.

Quelques rappels :

  • Denis ASTRUC Cahiers du CSSM n°10/1998 p 80 précise « le prix doit correspondre à la délivrance de prestations réellement différentes de celles qu’il (le client) peut trouver gratuitement en parcourant la nature ».
  • Quelques aspects juridiques de la redevance "raquette"

Observation

Depuis la réalisation de cette page en 2005, la législation a évolué. Les itinéraires aménagés de raquettes dans les stations / espaces nordiques, suivent une législation similaiore au ski de fond. Faire payer l'accès est légaL. Si vous ne voulez pas payer et que vous devez traverser une station, passez avant l'ouverture (en général 9h) comme l'impose une bonne pratique de la montagne où allez dans stations avec circuits gratuits comme Gavarnie ou Barèges.

Le 19 janvier 2014

Haut de page

 

Accueil du Monde des Pyrénées
Accès aux sites de pratiques