La chasse en montagne en Ariège Pyrénées

 

 

Présentation d'informations et faits divers concernant la chasse en montagne en Ariège


Site Web de la fédération Régionale des chasseurs
Midi-Pyrénées
Ours, chasse et chasseurs en Ariège Pyrénées
Ils croient sauver la planète en interdisant la chasse

Appel à manifester à Foix le 3 octobre 2009
Manifestation des chasseurs réussie


Le Grand Charnier

Accueil du Monde des Pyrénées
Environnement de Pyrénées
Faune sauvage des Pyrénées
Chasse dans les Pyrénées

 

Le comité écologique ariégeois justifie son action


Alors que les réactions sur la suspension de la chasse en Ariège se multiplient, le comité écologique ariégeois, à l’origine de l’affaire, ainsi que plusieurs autres associations de protection de l’environnement, viennent de co-signer un texte qui explique leur position.
Justice : vers une meilleure protection de l’Ours, du Grand Tétras et du Lagopède Alpin dans les Pyrénées

Mardi 21 septembre 2009, le tribunal administratif de Toulouse a suspendu, à la demande du Comité Ecologique Ariégeois (CEA), l’arrêté du préfet de l’Ariège fixant la période d’ouverture générale de la chasse.

Un arrêté d’ouverture de la chasse pour la campagne 2009/2010 contestable

Par arrêté en date du 10 juin 2009, le préfet de l’Ariège a fixé la période d’ouverture générale de la chasse à tir et de la chasse au vol sans tenir compte ni des impératifs issus de la directive « Oiseaux »1 pour la protection du grand tétras et du lagopède alpin, ni des impératifs de protection de l’ours brun imposés par la Directive « Habitats »2.

Face à ce constat, le Comité Écologique ariégeois a attaqué en référé cet arrêté.

La disparition du Grand Tétras et du Lagopède Alpin enfin prise au sérieux

Le juge a reconnu les conséquences irréversibles de l’autorisation de la chasse de ces oiseaux dont les effectifs sont en baisse significative sur le massif pyrénéen. Le juge a considéré que « les effectifs tant du grand tétras que du lagopède alpin dans le piémont central et dans la haute chaîne centrale des Pyrénées, dont relève l’Ariège, ont subi une diminution d’au moins 30% entre 1995 et 2009 : la survie de ces espèces est menacée, quelles qu’en soient les causes et quand bien même le taux de reproduction moyen de ces animaux aurait augmenté en 2009… ».

Le CEA apprécie : « Enfin la situation de ces espèces est prise au sérieux. Le juge administratif a pris conscience de l’enjeu au contraire de la préfecture de l’Ariège et de la fédération départementale de la chasse ».

Protéger l’ours des battues
FNE et ses associations se félicitent par ailleurs de la reconnaissance par le juge du caractère perturbant des battues pendant la période de pré-hibernation ou d’hibernation de l’ours, ainsi que du risque de blessure ou de mort accidentelles induit par ces modes de chasse.

Raymond Léost, pilote du réseau juridique de FNE : « J’approuve ce constat. Mais les risques de mort ou de blessures accidentelles se sont déjà tristement concrétisés avec la mort de l’ ourse Cannelle, en novembre 2004, ou des blessures causées à l’ours Balou le 7 septembre 2008, lors d’une battue aux sangliers sur la commune de Prades en Ariège, pour les cas les plus récents. »

1 Directive n° 79/409/CEE du 2 avril 1979 2 Directive n° 92/43 CEE du 21 mai 1992

Depuis des années, les associations de protection réclament à l’Etat français la mise en place de mesures de protection effective de l’ours, notamment par la création de zones sans battues. L’année dernière le tribunal administratif de Pau avait déjà contraint le préfet des Pyrénées-Atlantiques à créer des réserves temporaires sur les sites vitaux de l’ours. Après la demande du CEA, restée lettre morte, il convient d’en faire autant en Ariège. Il est regrettable que ce soit la justice qui doive enjoindre à l’État français de prendre des mesures de protection indispensables. Par cette action en justice, le Comité écologique ariégeois, soutenu par de nombreuses d’associations de protection de la nature et de l’environnement, a parfaitement joué son rôle de prévention des atteintes à l’environnement et pallie ainsi aux carences de l’Etat.

Liste des signataires :

FNE CEA FNE Midi-Pyrénées, Nature Comminges, Uminate 65 Nature Midi Pyrénées FIEP, Sepanso-Béarn, Ferus, CIAPP,

Communiqué du 25 septembre 2009

Haut de page

Ours : La chasse à l’homme a commencé !


Un tribunal vient de prendre une décision liberticide et attentatoire à une liberté fondamentale en interdisant la chasse en Ariège.

Dénonçant ce délire intégral et scandaleux, CPNT apporte tout son soutien aux chasseurs ariégeois, à leur Fédération Départementale et à leur président.

Depuis très longtemps, CPNT, le Mouvement de la ruralité, avait pourtant dénoncé les dangers encourus par la réintroduction d’ours dans les Pyrénées et ses conséquences sur la pérennité des activités agricoles ou cynégétiques. A l’époque, bien peu se souciait des avertissements de CPNT. Pourtant, la dure réalité des faits est là maintenant.

La récente et inadmissible décision du tribunal de suspendre certaines formes de chasse en Ariège est une preuve supplémentaire de la méconnaissance de certains tribunaux en matière de gestion de territoire et du rôle des chasseurs et de la négation doctrinaire de leurs droits.

Les montagnards, qu’ils soient chasseurs ou éleveurs, sont tous sacrifiés pour une poignée d’ours délocalisés de Slovénie au nom d’une abjecte idéologie écologiste niant leur propre existence et vie quotidienne. Ces ultras de l’écologie veulent vitrifier la montagne en remplaçant l’authentique vie pyrénéenne par un no man’s land pour ours slovènes, qui se révèle être un gouffre financier doublé d’un non respect pour la vie des montagnards, est une profonde erreur.

Pour CPNT, la pérennité de la vie et des activités en zone rurales est primordiale : qu’on réimplante dans nos montagnes des emplois plutôt que des ours, des écoles plutôt que des associations écologistes antitout et qu’on permette aux chasseurs ariègeois de chasser car là est leur culture, leur tradition et leur droit !

Communiqué du CPNT du 24 septembre 2009

Haut de page

Fermeture de la chasse, où en sommes-nous ?


Le préfet a réuni la Commission Départementale de la Chasse et la Faune Sauvage le jeudi 5 novembre dernier.

En effet suite à l’injonction du tribunal administratif de Toulouse, le préfêt se propose de prendre un nouvel arrété encadrant la pratique de la chasse en battue aux chiens courants dans les secteurs où la présence de l’ours est avérée.

Le projet d’arrêté soumis à l’avis de la CDCFS a fait l’objet d’un vote en fin de séance. Les représentants des chasseurs se sont opposés à la prise de cet arrêté. Le nouvel arrêté devrait être pris très prochainement. Nous le publierons dans son intégralité,et ne manquerons pas de vous tenir informé des suites réservées à cette affaire.

Lu sur le site de la FRC Midi-Pyrénées - Publié le : 9 novembre 2009

Observation


Nous pouvons noter au sujet de l'arrêté du 10 novembre 2009 que c'est aux chasseurs de prévenir l'équipe de suivi de l'ours mais que l'équipe de suivi n'a aucune obligation d'informer.

Et si les chasseurs ne rencontrairnt aucun indice ? Aucune présence apparente avant l'acte de chasse ?
Peut-être qu'on leur offre les moyens de faire le ménage de manière presque légale ? Mais attention : Silence !

Louis Dollo, le 20 novembre 2009


Haut de page


Le Grand Charnier

Accueil du Monde des Pyrénées
Environnement de Pyrénées
Faune sauvage des Pyrénées
Chasse dans les Pyrénées