Louis DOLLO

Guide conférencier / Guide de pays en retraite....

Louis DOLLO

Guide conférencier / Guide de pays
Correspondant de presse : Tarbes-Infos et Kairn.com

17, Rue Gaston Dreyt
65000 TARBES

Tel : 06 26 81 29 53
E-mail : louis.dollo(at)gmail.com


Né en 1948 à Onzain, dans le Val de Loire, la vallée des Rois, dans un milieu rural Je suis très vite initié par mon grand-père aux travaux des champs et de la vigne. Habitant Blois, à  km d’Onzain, La présence des châteaux de la Loire tout comme leur visite est une chose banale.

En 1952 et 1953, je suis en classe de maternelle à proximité de l’abbatiale Saint Laumer (Eglise Saint Nicolas), au pied du château et à proximité des ruines conséquences de la dernière guerre. Par la suite j’intègre l’école Saint Charles dans un quartier chargé d’histoire. Je fréquente assidument la bibliothèque municipale installée dans le château de Blois à l’intérieur duquel nous entrons gratuitement et librement à cette époque. J’y resterai jusqu’à la fin de la classe de 3ème après avoir passé mon BEPC.
Tous les week-ends, voire même les jeudis, je suis à Onzain, à la campagne. La nature, aux côtés de mon grand-père, m’inspire plus que la ville. Il m’initie naturellement à l’observation de la nature au fur et à mesure que passent les saisons et par tous temps. En fait, pas vraiment la nature car le milieu tel qu’il est c’est l’homme qui l’a forgé. Disons le milieu préservé et non la nature : ses bois, ses forêts, ses champs labouré ou de céréales selon les saisons, les près et ses bêtes, les vignes, etc… mais aussi la Cisse,  le Cissereau et la Loire et leurs caprices : inondations, sécheresse, gel et glace l’hiver….

Les débuts de la montagne et l’escalade

Tous les étés depuis l’âge de 6 ans, c’est le départ pour Planès dans les Pyrénées-Orientales, pour des raisons de santé. Des sorties en montagne tous les jours. A 10 ans je fais mon premier sommet sérieux : le Carlit. Puis j’enchaîne tous les sommets du Haut Conflent et du Capcir : Cambre d’Aze, Malaza, Tour et Pic d’Eyne, Puigmale, Finestrel, Péric… Carança, Canigou ….l’Andorre
1963, à 15 ans, c’est le départ pour Poitiers pour suivre notre père à la SNCF. Plus possible d’être à Onzain à chaque temps libre. Outre les vacances d’été à Planès, une autre activité  outdoor s’impose : l’escalade. Et c’est la découverte, avec le CAF de Touraine, du rocher de Beauvoir à quelques kilomètres de notre appartement. Avec mon frère Pierre nous allions à vélo. C’est aussi l’occasion de connaitre Serge Goussault mort aux Jorasses aux côtés de René Desmaisons. C’est Serge qui m’a appris à faire mon premier nœud et monter dans une cheminée.
Après 3 ans à Poitiers et un BSEC (Brevet Supérieur d’Etudes commerciales) en poche c’est le retour à Onzain et un emploi aux Dock de Blois. Mais c’est aussi la préparation d’un BTS de comptabilité. Et puis, les week-ends, c’est l’escalade : Angles sur Anglin, Thouars, Clécy, Bleau… et les vacances à Lourdes où notre père vient d’être nommé. Ce sera le « premier 3000 » avec le Petit Vignemale, puis l’enchaînement….

Découverte de la haute montagne

Deux années de travail, un BTS, j’ai assez d’argent pour reprendre des études à Bordeaux avec une bourse (Sciences Eco et Administration des Entreprises). 1968, je termine mes vacances au refuge de la Brèche avec José Pérez. Puis Bordeaux en octobre et le retour chaque WE pour des sorties avec le CAF de Lourdes. L’hiver le ski, essentiellement de randonnée, l’escalade, l’alpinisme… et els sommets et les voies s’enchaînent notamment à l’occasion des camps du CAF jusqu’en Espagne. 1969, me voilà à passer mes étés au refuge de La Glère avec la famille Pérez comme « porteur » à une époque où il n’y avait pas encore de piste. Ce sera mon port d’attache estival pendant de nombreuses années avec des ouvertures de voies sur le Néouvielle, toujours les camps du CAF mais aussi l’acquisition d’un troupeau de moutons en 1974 en copropriété avec José Pérez. Une centaine de mères de race tarasconnaise, basées à Tarbes à la ferme Fould avec pacage sur l'aéroport de Laloubère... Ce sera le dernier troupeau dans Tarbes avant la construction d'immeubles.
1972, c’est le service national à la Gendarmerie. Quatre mois d’école de gendarme auxiliaire à Saint-Astier en Dordogne et c’est le retour dans les Pyrénées au PGHM de Pierrefitte-Nestalas. Un hiver détaché à la Brigade de Barèges. Presque 12 mois de vacances. Il y a pire comme service national. D’autant que je n’ai pas coupé avec les copains et le refuge de la Glère. Une journée d’entrainement par semaine au refuge pour… assurer le ravitaillement…

Presque stabilisé…. Pour aller plus loin

Du travail à Tarbes dès la sortie du PGHM en 1973  et le mariage en 1974 m’ont presque stabilisé. Mais comme j’ai eu la chance d’avoir une femme, Elisabeth, qui partage les mêmes passions que moi, nous n’arrêtons pas : les Alpes, la Suisse et toutes les Pyrénées nord et Sud. 1982, une opportunité de partir au Mac Kinley (Mt Denali) en Alaska et ce sera ma première expédition. 1984, le Pérou en Cordillère Blanche, 1986, en Bolivie dans la Cordillère Royale et le Pérou en Cordillère Blanche, 1987, le Makalu II au Népal, 1988, retour au Népal dans la vallée de l’Everest. Je participe au Comité de l'Himalaya de la FFM de 1985 à 1988, ce qui me permettra de faire la connaissance de nombreux alpinistes qui étaient pour moi des idoles inaccessibles : Lucien Bérardini, Robert Paragot, Pierre Béghin, Maurice et Liliane Barrard, etc…. . Début des années 1990 j’abandonne mon emploi de comptable pour avoir plus de liberté et moins de stress. Je représente plusieurs agences de voyage réceptives étrangères spécialisées en « aventure ». Et c’est une suite de voyages, en Inde, Népal, Maroc, La Réunion, Afrique du Sud, Pérou… toujours en montagne. Avec Elisabeth, nous avons également  été de nombreuses années à encadrer et organiser des stages de formation pour la FFME. Durant l’hiver 2000 je tente la traversée des Pyrénées à raquette. L’affaire se terminera dans une avalanche à Peyragudes d’où je sortirais vivant mais légèrement douloureux…. Fin de l’expérience.

La culture locale

Je n’ai jamais beaucoup apprécié voyager en hôtel. Je préfère être au plus proche des gens. Me fondre dans le milieu, découvrir leur culture, leur savoir-faire, parfois leur langue. Jeune, à Planès, c’était chez des amis du village. La journée faucher, faner, au cul des vaches, monter le sel aux vaches à l’étang de Planès et revenir… par les sommets comme le Malaza là où d’autres s’encordent (j’en prendrai conscience bien plus tard). Même chose à l’étranger et une fois arrivé dans les Hautes-Pyrénées. J’ai toujours été intéressé par l’histoire locale. Les bouquins s’accumulent avec les visites. Chaque sortie en montagne est une occasion de visites.
C’est par hasard, en aidant un ami accompagnateur en montagne, que je débute le guide de pays en 1995. Je n’ai pas arrêté près de 30 ans après et j’apprends tous les jours.
Ma spécialité : le pastoralisme et tout ce qui concerne l’élevage de montagne, la lecture des paysages, l’histoire des vallées, les uses et coutumes, la langue, en fait, tout ce qui touche à la montagne et les hommes et les femmes qui y vivent.

Et les médias en ligne

Dans la même ligne de spécialité, je suis le correspondant de deux journaux en ligne : Tarbes-Infos et tout ce qui en découle (Argelès, Bagnères, Lannemezan…) et Kairn.com spécialisé dans la montagne et l’escalade y compris tous les éléments du développement durable. Une activité complémentaire à celle de « guide de pays » et une excellente opportunité pour se tenir informé de ce qui se passe dans les vallées afin de coller à la réalité.

Louis DOLLO
17, rue Gaston Dreyt
F- 65000 TARBES.(France)

Tel : 06 26 81 29 53

En retraite........


En savoir plus
  • Les sorties de découverte l'hiver
  • Références

Accueil du Monde des Pyrénées
Professionnels de la montagne et du tourisme