Signaux internationaux d'alerte en montagne

 

Bien souvent, des pratiquants de la montagne se trouvent démunis pour donner une alerte visuelle ou sonore, se manifester ou se faire comprendre face à un hélicoptère, se faire entendre ou encore, comprendre ce que veut dire un signal. Il existe des signaux internationaux qui devraient être connus de tous afin de se faire entendre ou voir, se faire comprendre et comprendre les autres.

 

 

Les signaux visuels   Les signaux sonores
 

Signaux d'alerte avec les bras

Pour se faire comprendre visuellement il suffit de dire : "je demande de l'aide" ou "je n'ai pas besoin d'aide". Depuis un hélicoptère, les gestes doivent être parfaitement identifiables et compréhensifs. Même chose dans une paroi vis-à-vis d'une personne qui est à la base lorsque le signal sonore n'est pas possible ou peut être mal interprété. Il existe donc deux signaux très simples à retenir.

Pour faire ces signaux, se tenir debout

NON - NO
Nous n'avons besoin de rien

OUI - YES
Nous avons besoin d'aide

Pour dialoguer avec un hélicoptère, faire le signe dos au vent. L'hélicoptère arrivera face à vous. Ne pas bouger

Signal d'alerte à l'aide d'une "fusée"

Il existe dans le commerce des stylo "lance fusée" très pratiques et d'un poids pratiquement négligeable. Une fusée lancée de jour est parfaitement visible et repérable d'un hélicoptère. Une condition, ne pas la lancer face au pilote. Lorsque vous êtes vu, inutile d'envoyer une fusée. L'usage des bras est suffisant.

  • Une fusée verte : nous n'avons besoin de rien
  • Une fusée rouge : nous avons besoin d'aide

Signal d'alerte à l'aide d'une lampe

La nuit, il peut être important de se signaler en cas de recherche. Le seul moyen de se faire repérer est la lampe électrique (d'où le caractère indispensable de toujours disposer d'une lampe en fond de sac). Le signal conventionnel est d'envoyer 6 éclats à la minute (1 toutes les 10 secondes) pour signifier un besoin d'aide.
En retour, pour monter que vous avez reçu le message, le message sera de 3 éclats à la minute.

Signal d'alerte à l'aide d'un miroir

Le miroir peut permettre de se faire repérer en plein jour en cas de soleil. Un petit moiroir dans une trousse de secours ne prend pas de place et de pèse pas. Le principe de l'appel est le même qu'avec une lampe en émettant des éclats.

Signal d'alerte à l'aide d'un moyen sonore

Le moyen sonore d'appel le plus efficace reste le sifflet. Mais tout autre moyen peut également être efficace. L'appel vocal peut être utilisé s'il est parfaitement compris. Appeler "ouou !" ou "hoé !" risque de se limiter à une réponse sur le même ton en guise de salut amical. Mieux vaut être clair en criant "au secours !" selon le même rythme que pour les écalts ci-dessus : 6 appels à la minute pour la demande d'aide et 3 appels pour répondre.

Signal d'alerte à l'aide d'une radio

L'appel par radio a été, à une époque, une bonne solution dans la mesure où il était possible d'avoir un interlocuteur. Le système restait néanmoins aléatoire et son intérêt a été vite remplacé par le téléphone portable (GSM ou modulaire)

Signal d'alerte à l'aide d'un téléphone

Le téléphone portable (GSM) semble être de plus en plus utilisé même s'il ne passe pas partout en montagne. Il est toujours facile d'essayer l'usage du 112 quelque soit le pays où on se trouve en Europe et plus particulièrement sur la chaîne des Pyrénées.

Voir également


Le Grand Charnier

Accueil du Monde des Pyrénées
Secours et responsabilité