Randonneurs / Touristes : le danger des animaux d'élevage notamment les bovins

 

 

Si la montagne peut paraître paisible aux randonneurs et touristes, elle peut présenter quelques dangers, parfois insoupçonnés pour celui qui n’y prête pas attention ou refuse de croire aux informations affichées. C’est notamment le cas avec les animaux d’élevage se trouvant dans des enclos ou en liberté en estive. Tous les ans, des accidents, parfois mortels, sont à déplorer du fait d’imprudence et/ou d’irresponsabilité.

Les animaux d’élevage ne sont pas de gentil toutou ou minou qui se laisse dorloter par n’importe qui. Qu’il s’agisse de moutons (brebis, béliers, agneaux…), de chèvres et boucs, de chevaux (juments, étalons, poulains…), ânes, bovins (vaches, taureaux, veaux…) et même lama, ce ne sont pas des bêtes de cirque à la disposition des usagers de la montagne.


Le col d'Aspin

Des incidents courants…

Contrairement à ce qui peut être dit, ces incidents sont courants et sont pratiquement toujours le fait de comportements irresponsables de la part de touristes à proximité des routes. Toutes les routes des cols des Pyrénées, y compris ceux du Tour de France, sont situées en zone pastorale. Dans ces zones, par définition appartenant aux bergers et leurs troupeaux, les animaux sont prioritaires. L’automobiliste, même s’il est bienvenu, est l’intrus. Les troupeaux sont libres et en liberté. Il appartient donc aux touristes de prendre quelques précautions très simples : laisser les bêtes tranquilles, vivre leur vie. Malheureusement, beaucoup de ces touristes veulent caresser une vache un veau, souvent assimilé à des humains comme la maman et son bébé. Arrêtons les délires, nous ne sommes pas à la TV. Une vache peut avoir une réaction de défense de sa progéniture, le veau. Et le veau n’est pas un cheval sur lequel on photographie ses enfants comme on le voit régulièrement au col d’Aspin ou à Payolle.

La seule solution pour ne pas avoir de problème est de regarder ces vaches à 3 ou 4 mètres sans chercher à les toucher.

Les moutons, un autre danger….

Si les moutons se laissent beaucoup moins facilement approcher, ceci ne signifie pas l’absence de danger qui, dans ce cas, ne serait pas une charge mais un chien de protection. Comme son nom l’indique, les gros Patous blancs sont des chiens ayant pour mission la protection du troupeau contre toute intrusion d’intrus. Toutes personnes étrangères au troupeau est un intrus. Dans ce cas, il attaque pour protéger. S’il ne le fait c’est que c’est un mauvais chien et qu’il laissera passer loups et ours.

Que vous soyez touristes sur le bord d’une route ou randonneur en montagne, la règle est la même.

Haut de page

 
 

Accueil du Monde des Pyrénées
Les activités de loisirs et sports de nature des Pyrénées
Pastoralisme dans les Pyrénées
Randonneurs-Touristes et animaux d'élevage