Tourisme, randonneurs, bergers et chiens de protection

 

La présence de chiens de protection du type Patou (berger des Pyrénées) n’est pas sans poser de problèmes tant aux bergers qu’aux touristes, usagers de la montagne en promenade et randonnée. Le grimpeur rejoignant un site d’escalade ou l’alpiniste montant vers un refuge ou la base d’un glacier peut-être concerné par cette problématique autant que le vététiste, le parapentiste ou le randonneur à cheval.

L'impossible situation

Randonneurs, ne déposez pas plainte contre les bergers, ça ne sert à rien

La montagne n'est pas à tout le monde. Elle ne vous appartient pas. Elle a un propriétaire public ou privé. Randonneurs, vous êtes accueillis chez les autres.... Une estive, un alpage, c'est l'extension d'une exploitation agricole avant d'être un espace ludique

Rappel extrait l'article L.113-1 du Code Rural : "Par leur contribution à la production, à l'emploi, à l'entretien des sols, à la protection des paysages, à la gestion et au développement de la biodiversité, l'agriculture, le pastoralisme et la forêt de montagne sont reconnus d'intérêt général comme activités de base de la vie montagnarde et comme gestionnaires centraux de l'espace montagnard."

 

Accueil du Monde des Pyrénées
Pastoralismee et agriculture de montagne
Les chiens de protection des troupeaux

 

 

 

Les Patous ne divaguent pas... Un éleveur relaxé dans le Var


Suite à une plainte déposée par une passante mordue par un de ses chiens de protection (Patou ou Montagne des Pyrénées) au travail, Yves Berti, éleveur à La Garde Freinet dans le Var, a été traduit en justice.

Condamné sévèrement à de la prison ferme lors de la première audience, pour laquelle il n'avait pas reçu de convocation puisqu'alors en transhumance, Yves Berti a été relaxé lundi 14 septembre par le tribunal de Draguignan. La partie civile, qui exigeait 1000 € d'indemnisation pour préjudice moral, a été déboutée de ses demandes.

Plusieurs syndicats et associations étaient représentés pour soutenir Yves : Confédération paysanne 83, Fédération Départementale Ovine 83, Association Le grand charnier, Association des éleveurs et bergers du Vercors Drôme-Isère, FDSEA 38.

Cette nouvelle relaxe confirme le fait que les chiens de protection ne peuvent être considérés en divagation lorsqu'ils sont au troupeau. Tous les éleveurs, notamment en zone de présence de prédateurs, sont donc concernés par cette décision du tribunal, qui s'ajoute à d'autres jugements antérieurs identiques et étoffe ainsi la jurisprudence.

La justice reconnaît ainsi le droit des éleveurs à exercer leur métier en protégeant leur troupeau.

Nous demandons également aux collectivités de développer l'information auprès des randonneurs et du public pour signaler la présence des troupeaux et le comportement à adopter face aux chiens pour éviter que ce type d'événement ne se reproduise.

Communiqué de presse du 22 avruk 2009 de la Confédération Paysane du Var

Contacts :
Michel Apostolo : 06 29 05 31 77
Philippe Fabre : 06 21 42 24 78
Christophe Gabert : 06 82 09 20 88

Haut de page

 

Accueil du Monde des Pyrénées
Pastoralismee et agriculture de montagne
Les chiens de protection des troupeaux