L'écobuage ou feu pastoral

 

La pratique de l’écobuage dans les Pyrénées est une pratique ancestrale toujours d’actualité dans les milieux agricoles pyrénéens, le plus souvent dans des zones d’accès difficile tel que des pentes où les engins mécaniques ne peuvent intervenir.

L'écobuage a, de tout temps, accompagné l'élevage pyrénéen. Le rôle des agriculteurs en matière de gestion de l’espace et de protection de l’environnement est de plus en plus reconnu malgré des affirmations fantaisistes contraires.


L’écobuage (ou brûlis dans certaines régions) est motivé par des contextes et des objectifs différents selon les lieux, les régions et les motivations. Avant de critiquer, de condamner ou de justifier l’écobuage, essayons de comprendre pourquoi il est pratiqué.

A travers le monde, et c’est malheureusement le cas en Amazonie ou à Madagascar, on brûle la forêt pour dégager des terres et les cultiver avec plus ou moins de bonheur (disparition de la couche végétale, érosion, etc…). Dans les Pyrénées, nous sommes assez loin de la recherche de cet objectif. La « désertification » des campagnes et des montagnes fait qu’il est assez rare que l’on cherche à brûler la forêt pour cultiver le terrain. Même par le passé avec le d épart des cadets, la méthode était plus orientée vers le déboisement manuel (abattage et arrachage) plus que vers un brûlis du milieu à conquérir.

La définition exacte du mot «écobuage» est : «défrichement avec brûlis de la végétation, en vue d'une mise en culture temporaire.»

Cette pratique n’est pas spécifique aux Pyrénées. On la retrouve en Vendée, dans les Cévennes, en Ardèche, etc…

Il existe néanmoins une autre définition trouvée sur les "trucs de jardinier" qui est Opération qui consiste à bruler les mottes, c’est à dire selon son auteur un désherbage thermique qui consiste en un "traitement à la lance thermique ou à la vapeur bouillante peuvent s'avérer efficaces mais ne sont pas des techniques appartenant à la culture naturelle. Elles détruiraient la microflore de la couche active et altéreraient les caractéristiques chimiques et physiques du sol, ainsi que son PH."


 


Le Grand Charnier
   

Accueil du Monde des Pyrénées
Pastoralisme dans les Pyrénées