La gestion des zones intermédiaires en montagne dans les Pyrénées

Des enjeux pastoraux, économiques, écologiques et touristiques

 

Prairies de fauche, estives de basse altitude, zones de pacage du bétail au-dessus des villages et sur les bords de routes de montagnes participent à la diversité et à la beauté des paysages pyrénéens.
Ils font partie du fonds de commerce du tourisme des vallées. Depuis des millénaires, ce sont des agriculteurs et éleveurs qui ont façonné et entretenu ces paysages.


Le Grand Charnier

Accueil du Monde des Pyrénées
Pastoralisme dans les Pyrénées

Les zones intermédiaires dans les Pyrénées, des territoires à valoriser


Prairies de fauche, estives de basse altitude, zones pacage du bétail au-dessus des villages et sur les bords de routes de montagnes participent à la diversité et à la beauté des paysages pyrénéens. Ils font partie du fond de commerce du tourisme des vallées. Depuis des millénaires, ce sont des agriculteurs et éleveurs qui ont façonné et entretenu ces paysages.

Avec la déprise agricole, les terrains s'ensauvage, les paysages montagnards se ferment, l'épine gagne et la valeur agricole et touristique se réduit au point, parfois, de disparaître dans certaines vallées comme le bas Aran ou dans le Couserans en Ariège. Les conséquences négatives s'accumulent avec les risques d'incendie, la perte d'attractivité du territoire, les risques d'avalanches, l'inaccessibilité de la montagne, la perte de biodiversité, la banalisation des paysages. Tous ces phénomènes constituent une menace pour l'espace montagnard s'il n'y a pas de réaction face à cette évolution.

Pour essayer de trouver des solutions, l'association des chambres d'agriculture des Pyrénées en partenariat avec le Geie Forespir, la chambre d'agriculture 65, le centre de ressources du pastoralisme (CRPGE) et le Parc National des Pyrénées avec le soutien de la DRRAF Midi-Pyrénées et le commissariat à l'aménagement des Pyrénées organisent un séminaire de travail et d'échange d'expérience avec les collectivités locales de montagne et les professionnels du développement rural.

L'espace montagnard le plus touché est ce qui s'appelle " les zones intermédiaires " situées entre l'estive d'altitude et les prairies fauchées. Les interrogations se posent sur l'avenir et la vocation de ces espaces. Faut-il en faire des forêts ? Faut-il laisser faire la nature pour en faire des espaces sauvages ? Peuvent-ils des terrains à bâtir pour résidence de loisir ou secondaire ? Ou bien, doivent-ils être des zones de reconquête pastorale ou de tourisme de proximité ?

Les éleveurs ne peuvent pas être les seuls impliqués dans la réflexion et l'action. Tous les acteurs du milieu rural sont concernés, notamment les collectivités locales.

Ce séminaire participatif cherche depuis lundi, à mieux comprendre toutes les problématiques complexes afin de dégager des solutions pour la gestion et le développement durable des territoires de montagnes dans les Pyrénées.

Lundi après midi à Arrens-Marsous.
Sur la route du col des Bordères, Jean Paul METAILIE, Directeur de Recherche CNRS et Directeur du laboratoire GEODE a présenté un historique du paysage en revenant quelques milliers d'années en arrière. Depuis près de 7000 ans, l'homme a fait du pastoralisme dans les montagnes. Depuis l'âge de bronze (3 à 4000 ans), il façonne les paysages pour en faire ce qu'ils sont aujourd'hui.
Plusieurs intervenants dont Jean-Pierre Cazaux, ont participé à une lecture du paysage pour comprendre l'évolution en cours des zones intermédiaires, des zones urbanisées, des pratiques pastorales, la problématique de gestion du foncier, etc…

L'après midi s'est poursuivi par la visite de l'exploitation de Jacques Lacoste (bovins et ovins) qui a présenté les problèmes d'entretien et d'exploitation de certaines espaces pentus, peu ou pas accessible aux engins mécanisés.

Marc Léo, Conseiller général et Président de la communauté de communes a présenté la vallée avec ses 10 communes, suivi par Cathy Toureille pour une présentation touristique de l'image d'une " vallée de montagne rurale " avec ses 5000 lits, son offre de loisir, etc…

La partie d'échange a permis d'aborder des sujets tels que l'écobuage et son organisation, les raisons de son évolution dans le temps. Le Parc National a insisté sur les enjeux écologiques des prairies de fauche qui ont entre 40 et 100 espèces différentes. Le principe du parc qui défend l'idée d'entretien des zones intermédiaires est que pour avoir des troupeaux en altitude, il faut en avoir en vallée.

Mardi, une journée bien remplie

La journée de mardi se déroulera à la Chambre de commerce et d'industrie de Tarbes. Au programme, une séance plénière en présence de la Préfète, Françoise Debaisieux. De nombreux sujets doivent être abordés avec des spécialistes du CEMAGREF, de l'INRA… et des universitaires.

L'après-midi doit être consacré à des tables rondes sur les sujets suivants :

  • Atelier n°1 : Une approche pluridisciplinaire : Les diagnostics multi-usages dans les Pyrénées-Atlantiques
  • Atelier N° 2 : Outils d'accompagnement de l'agropastoralisme dans les zones intermédiaires. Retour sur l'application de l'article 19 dans les Hautes-Pyrénées
  • Atelier N° 3 : Reconquêtes pastorales : Les procédures de concertation territoriale en Languedoc-Roussillon
  • Atelier N° 4 : Paniers de biens de l'Aubrac et des Baronnies : facteurs favorables à l'émergence et à la pérennité d'un panier de biens et services

Louis Dollo, le 20 novembre 2009 - Le Petit Journal et Tarbes-Infos.com

Haut de page


Le Grand Charnier

Accueil du Monde des Pyrénées
Pastoralisme dans les Pyrénées