Moutons et Nouvelle-Zélande

 

La viande de mouton d’origine néozélandaise est souvent montrée comme étant la source de la baisse des cours du mouton français. De leur côté les écologistes prétendent que c’est le résultat des erreurs française de 1985 avec le Rainbow Warrior et que le loup et l’ours ne sont que des boucs émissaires pour cacher le dumping de la Nouvelle-Zélande.


Prétendre en 2013, et ceci depuis les années 2003, que le Rainbow Warrior est la source de tous les problèmes d’importation de viande ovine de Nouvelle-Zélande est une profonde stupidité. 28 ans ont passé…. Prétendre que l’opposition au loup et à l’ours est faite pour mieux cacher un profond malaise venant de Nouvelle-Zélande et du Rainbow Warrior est tout aussi stupide. Le vrai problème est à deux niveaux :

1/ La France dont la demande en viande de mouton nécessite d’importer plus de 60 % de nos besoins. Ce qui laisse une très grande marge de production.

2/ Le marché mondial à travers l’OMC qui, en son temps, avait été soutenu par l’Union Européenne et le gouvernement français (2002)

Il faut donc, pour les éleveurs français, accroître leur production pour faire face à la demande et baisser leurs coûts fortement grevés de charges sociales et de contraintes environnementales. De ce point de vue, le loup et l’ours sont des éléments négatifs au développement de l’élevage et à la consommation de viande française de qualité parfaitement traçable et non l’inverse comme le prétendre les organisations écologistes défendant l’idéologie de l’écologie profonde.

"Les exportations néo-zélandaises vers l'Union européenne consistent, à raison de 80 %, de produits agricoles (principalement de la viande de mouton, de la laine, des produits laitiers et des fruits en 2001). Quant à l'Union européenne, elle a surtout exporté des voitures, des médicaments, des machines, des équipements de télécommunications et du matériel de transport". - Source : M. Pascal Lamy, commissaire au commerce de l'Union européenne, se rend en Australie et en Nouvelle-Zélande pour donner un nouvel élan aux négociations de l'OMC - 12 juillet 2002

En fait, on débat beaucoup et on fait de nombreux rapports sur la filière ovine, mais concrétement il ne se passe rien et on importe du mouton néo-zélandais et autres. Mais rien à voir avec le Rainbow Warrior contrairement à ce que peuvent dire les associations écologistes.

Haut de page


Le Grand Charnier
   

Accueil du Monde des Pyrénées
Environnement des Pyrénées
Pastoralisme
Moutons et Nouvelle-Zélande