Danse avec les loups : Les Foxlights, des gadgets écolos et de pompeurs de subventions sans aucun intérêt

 

D’habitude, nous voyons des lampions à l’entrée des hôtels de passes ou au bal des pompiers du 14 juillet. Etonnamment, les associations écologistes dites de "protection de la nature" et quelques fonctionnaires d’Etat, illuminés par autre chose que ces lampions, ont imaginé de s’en servir pour la protection des troupeaux contre le loup. C’est ce qui s’appelle des « Foxlight ». Des lampions pour danser avec les loups.


Les foxlights (traduction : renard lumières) sont des éclairages clignotantes vendues en France comme en Australie pour : « Une protection efficace contre les renards et autres prédateurs nocturnes. 9 diodes LED clignotent de façon aléatoire, créant ainsi l'illusion de mouvements.» C’est ce qu’annonce l’importateur sur son site Web. Il n’est pas question de protection contre les loups ou autres animaux comme le sanglier.

Chez agrifournitures.fr on couvre large en précisant : « Protection Foxlights Gallagher - Contre les renards, les loups et autres nuisances nocturnes ». Revendeur de Gallagher, "agrifournitures" s’appuie sur les affirmations de Férus, comme nous pouvons le constater dans ce reportage de France 3. Voilà une bonne référence idéologique pour capter le pigeon.

Férus assure même la promotion et le suivi après-vente…… via la presse et les médias français.

Faut-il s’en tenir là ?

Michel Meuret, chercheur à l’INRA, a voulu en savoir plus en se rendant directement en Australie, pays d’origine des Foxlights afin d’y rencontrer éleveurs et spécialistes du sujet. Il en rend compte dans La France Agricole du 29 juillet 2016. Le résultat est édifiant.

"J'ai donc posé la question de leur efficacité. La réponse a été : « Ça marche plutôt bien ». « Pour les dingos ? », ai-je demandé (en Australie, les dingos, les chiens ensauvagés et leurs hybrides sont l'équivalent des loups). Je n'ai obtenu que des éclats de rires, l'un des éleveurs me précisant : « Comme leur nom l'indique, les Foxlights sont pour les renards (fox), elles n'ont pas d'utilité avec les dingos ! »"

Et il va plus loin…..

"…..j'ai rencontré Greg Mifsud (1), l'expert national du Plan de gestion des dingos et chiens ensauvagés. Nous avons parlé des éleveurs français confrontés aux loups, et je lui ai reposé ma question au sujet des Foxlights. « Je ne dispose d'aucun témoignage qui pourrait suggérer que les Foxlights seraient utiles pour les loups en France, m'a-t-il répondu. Elles ne sont en réalité pas très utilisées ici, ni pour les dingos, ni même pour les renards. Elles sont considérées comme un outil qui ne produirait que des effets à court terme, avant que le prédateur s'habitue et les ignore complètement. J'ai discuté avec des chercheurs réputés, engagés en Australie dans des travaux sur l'écologie et Ia gestion des dingos et chiens ensauvagés (programme « Invasive Animals CRC »), et tous arrivent à Ia même conclusion. Je serais donc très réservé quant à Ia promotion des Foxlights auprès des éleveurs français cherchant à protéger leur bétail contre les loups, étant donné Ia quantité de travaux sur les techniques de dissuasion visuelle d'autres espèces. Tous démontrent qu'elles ne provoquent que des changements de comportement limités et à court terme, surtout si les lieux à équiper sont situés non loin d'endroits habités, maisons, routes et chemins, et que les loups sont déjà familiarisés avec Ia lumière et d'autres perturbations d'origine humaine. »"

Et Michel Meuret rappelle :

" …..les loups sont très intelligents, observateurs et particulièrement adaptables. Signalons aussi qu'en Australie, les éleveurs sont généralement armés et entrainés à contrôler les prédateurs : tirs au fusil depuis le sol ou l'hélicoptère, pièges et poisons autorisés."

Voilà qui devrait faire réfléchir les apprentis sorciers et donneurs de leçons. Manifestement, associations dites de protection de la nature et certains fonctionnaires ont, dans cette affaire, affichée une fois de plus leur très haut niveau d’incompétence trouvant récemment son apogée dans la plaine des Vosges. Et ce sont les contribuables qui paient le plus souvent.

Haut de page

 

   

Accueil du Monde des Pyrénées
Pastoralisme dans les Pyrénées