Ecotourisme dans les Pyrénées et ailleurs...

 

Faire découvrir l'écotourisme dans les Pyrénées, proposer des soltution de tourisme écologique et durable et comparer avec d'autres pays et régions.

Dans les Pyrénées En France Ailleurs...
  • Tourisme durable avec La Balaguère

Vous proposez des produits touristiques pouvant être qualifié de " écotourisme ", préservant le milieu et participant au développement durable, faites-vous connaître

Le tourisme et les grands prédateurs
A visiter dans les Pyrénées
Tourisme dans les Pyrénées


Le Grand Charnier

 

La forêt canadienne du Grand Ours se convertit à l'écotourisme

La Forêt du Grand Ours, refuge dans l'ouest du Canada pour des espèces menacées comme l'ours, l'aigle ou la baleine au large de ses côtes, et dont une partie est protégée contre l'industrie du bois, devient aujourd'hui une destination prisée d'écotourisme.

La mythique forêt s'étend sur 6,4 millions d'hectares, le long des côtes de la Colombie-Britannique, jusqu'à la frontière de l'Alaska, et représente la plus grande superficie de forêt pluviale tempérée en région côtière au monde.

Elle a retrouvé une nouvelle vie après l'engagement des autorités, en 2006, à protéger complètement deux millions d'hectares, soit un tiers de sa superficie totale, et à réglementer plus sévèrement la coupe sur le reste du territoire.

Grâce à cela, les groupes écologistes espèrent qu'elle deviendra un havre pour des espèces menacées ou en danger comme le grizzly, l'ours brun, le très rare ours «Esprit» à la fourrure blanc crème, le saumon sauvage, l'aigle et les loups, mais aussi des espèces végétales telles les cèdres millénaires et les épiceas Sitka.

Ces groupes ont aussi travaillé à la mise en place d'entreprises axées sur le développement durable, impliquant les communautés autochtones dans la gestion de leurs territoires traditionnels.

Ardent défenseur de l'écotourisme, un concept qu'il a enseigné dans une université de la province avant de l'appliquer sur le terrain, Kevin Smith explique qu'il s'agit, pour les touristes, de «laisser quelque chose derrière eux pour les communautés qu'ils traversent».

M. Smith est le propriétaire de Maple Leaf Adventures, une agence «d'aventure» de luxe qui organise croisières le long des côtes et voyages au coeur de la forêt pluviale.

Comme d'autres entreprises qui fleurissent dans la région, cette agence emploie des scientifiques pour «éduquer» les touristes, et a recours à des guides issus des Premières Nations (autochtones) à toutes les étapes des voyages proposés.

«Nous utilisons autant que possible l'économie locale, les services et la nourriture offerts par l'économie locale», confirme Charlene Barringham, de Blue Water Adventures, une autre entreprise qui suit la même philosophie de tourisme écologique et équitable.

Avec l'explosion de l'écotourisme, même les ours participent à cette nouvelle activité, affirme la biologiste Misty MacDuffee, de la Fondation de conservation de la Forêt pluviale.

Avec la disparition des «chasseurs de trophées», obtenue en 2006 par les écologistes, les plantigrades ont commencé à se familiariser à la présence humaine et à vaquer sans peur à leurs occupations quotidiennes, sous le regard des touristes, affirme-t-elle.

Le tourisme équitable représente une source de revenus croissante pour les quelque 3000 autochtones de la région, selon Marven Robinson, membre de la communauté Gitga'at, élu au conseil représentatif des Indiens et guide touristique certifié.

Les guides issus des communautés autochtones ont été recrutés après un accord entre l'industrie touristique et les dirigeants des Premières Nations pour accompagner les touristes venus observer les espèces animales dans leur milieu naturel, leur inculquer les bases de l'histoire et de la civilisation locales et leur faire découvrir un artisanat méconnu, parfois vieux de centaines, voire de milliers d'années.

«L'écotourisme a vraiment la cote en ce moment, et cela va encore s'accroître pour notre peuple», affirme M. Robinson qui a accueilli des touristes venus des États-Unis, d'Europe, du Japon et de tout le Canada.

Auteur : Deborah Jones
Source : AFP/Cyberpress du 30 juin 2008

Commentaires


Ce genre de produits touristiques est difficilement imaginable dans les Pyrénées pour plusieurs raisons.

  • La superficie disponible à l'état sauvage n'est pas la même. Mais nous savons que le rêve des associations écologistes est d'ensauvager les Pyrénées…
  • Le sentiment que les populations locales sont des indiens protégés dans un zoo naturel.
  • Le développement du tourisme n'a pas attendu l'arrivé de la faune sauvage que, de toute manière, nous ne voyons pas sauf à imaginer un système d'alimentation.
  • L'écoulement des produits fabriqués localement se pratique depuis des centaines d'années sans parler d'écotourisme, terme à la mode pour donner bonne conscience à des touristes consommateurs.

Ceci dit, il ne faut pas être très futé pour payer cher un voyage organisé pour rencontré des acteurs d'un folklore loin de la réalité de la vie courante. Pour voir de l'authentique, des gens qui vivent au milieu d'une forêt avec des animaux comme dans cette réserve, il suffit d'aller à Anchorage, prendre le train ou louer une voiture pour prendre la direction de Fairbanks avec un arrêt au Denali Park (Parc du Mac Kinley). Vous serez libre et vous n'aurez pas le sentiment de visiter un cirque qui pousse à la consommation.

Dans ce qui nous est présenté au Canada, ce n'est pas de l'écologie touristique mais du business autour du mot " Ecologie ".

Louis Dollo, le 15 juillet 2008


Haut de page


Le Grand Charnier

Accueil du Monde des Pyrénées
Tourisme dans les Pyrénées
Environnement dans les Pyrénées