Tour de France : Cochonou et Carrefour absents de la caravane...

 

Il est étonnant que les marques les plus contestées par les agriculteurs n’aient pas compris que leur présence dans la caravane publicitaire était sujette à manifestation de la part des agriculteurs de la France. Les uns accusés de "mal bouffe" et les autres de bénéficier de marges excessives sur le dos des agriculteurs notamment des éleveurs.


C’est en Bretagne que tout a débuté mais des idées circulent dans les Pyrénées. L’objectif n’est pas de perturber l’événement sportif mais de mettre les marques et publicitaires devant leurs responsabilités. Il est probable qu’au pays du porc basque et du porc gascon, Cochonou ne soit pas vraiment une référence. Bien au contraire, les pyrénéens ont mieux à proposer à la place de porcs d’importation élevés on ne sait pas très bien dans quelles conditions.

Quant à Carrefour, les chaine d’hyper marché est depuis longtemps la cible des agriculteurs. Ces grandes surfaces exercent des pressions impressionnantes pour faire baisser les prix sans toucher à leur marge, le tout au détriment des producteurs français. Ces hyper marché n’hésitent pas à importer d’un peu partout au moins cher sans grand souci de la qualité du produit.

Les producteurs français ont bien l’intention de se faire entendre et de ne pas laisser ces grandes marques s’exprimer tant que les engagements pris n’auront pas été appliqués.

A noter que ce n'est pas l'épreuve sportive qui est visée mais bien certaines marques de la caravane publicitaires. Leur retyrait pur et simple serait de nature à calmer le jeu qui ira en s'emplifiant jusque dans les Alpes.

Haut de page

Tour de France. La Grande Boucle à nouveau privée de Cochonou ce samedi

 


La caravane Cochonou n'a pas fait l’étape Livarot-Fougères
Photo: David Adémas/Ouest-France

Cochonou, qui n'était pas dans la caravane vendredi pour prévenir toute action des agriculteurs contre la marque de saucisson, sera encore absent entre Rennes et Mûr-de-Bretagne.

La marque préférée des spectateurs du Tour de France n'était pas au milieu de la caravane du Tour lors de la 7e étape entre Livarot et Fougères, disputée hier vendredi. Jeudi, 9 km après le départ d’Abbeville, les fameuses 2CV rouges et blanches avaient en effet été chahutées par des jeunes agriculteurs déguisés en cochon.

Leurs véhicules avaient été légèrement taggués. La caravane a été obligée de stopper quelques instants pour nettoyer les voitures. Elle a finalement repris le cours du défilé et a fini normalement l’étape au Havre.

Mais jeudi soir, ASO, organisateur du Tour, les autorités publiques (le ministère de l'Intérieur) et les responsables de Cochonou décidaient que la caravane de la marque emblématique du saucisson ne ferait pas l’étape entre Livarot (Calvados) et Fougères (Ille-et-Vilaine). « Le risque d’autres incidents n’est pas exclu », notait un responsable de la communication de chez Cochonou.

Les animations maintenues

Vendredi, à Livarot et à Fougères, l’animation Cochonou a toutefois été maintenue sur les aires de départ et d’arrivée. « Elle sera même plus forte que les autres jours. Les équipes qui d’habitude font le défilé seront présentes ».


Départ du Tour à Abbeville avec Cochonou par OuestFranceFR

La question se posait pour la suite du Tour, notamment avec les étapes bretonnes des prochains jours, d'autant que les actions des agriculteurs se sont multipliées récemment en Bretagne.

Un tweet de la FDSEA d’Ille-et-Vilaine posté hier confirmait ces craintes : « Cochonou doit se retirer de la caravane du Tour 2015, parce qu’à l’heure de la crise, on défend le Mangez français. »

La direction de Cochonou affirmait d'abord vendredi soir son intention de reprendre l’animation à partir de ce week-end.

Mais elle a finalement fait savoir que, dans un esprit d'apaisement, il n'y aura pas de 2CV à damiers au départ du Tour, ce samedi à Rennes lors de la 8e étape qui emmènera les coureurs jusqu'à Mûr-de-Bretagne, près du lac de Guerlédan.

Source : Ouest France du 11 juillet 2015

Haut de page

Tour de France : la caravane amputée de Cochonou et Carrefour


COLLUSION - La crise de l'élevage s'est invitée samedi sur la 8e étape du Tour de France qui partait de Bretagne.

Evénement médiatique autant que sportif, le Tour de France se retrouve parfois otage de l'actualité économique et sociale. Depuis quelques jours, c'est sa caravane qui est concernée. Vendredi, Cochonou avait décidé de laisser au garage ses populaires 2 CV à carreaux rouges et blancs par crainte d'actions des éleveurs. Cette décision avait été prise par le groupe par peur de nouveaux incidents avec les agriculteurs, après ceux survenus en Picardie lors de la 6e étape, jeudi, entre Abbeville et Le Havre.

Samedi, ce sont les véhicules Carrefour qui n'ont pas pu emprunter la route menant de Rennes à Mûr-de-Bretagne, pour la 8e étape. Vers 5h du matin, un groupe d'agriculteurs a en effet bloqué les camions du géant de la grande distribution, stationnés pour la nuit à Lohéac, une localité à une trentaine de kilomètres de Rennes. Le blocage, à l'aide de tracteurs notamment, se poursuivait en fin de matinée. "Partagez vos marges, sauvez l'élevage", proclamait une pancarte des éleveurs à l'adresse de l'enseigne.

"Cochonou abuse les consommateurs", selon la FRSEA Bretagne. Concernant Cochonou, la Fédération régionale des syndicats d'exploitants agricoles (FRSEA) Bretagne a accusé le groupe "d'abuser les consommateurs" sur l'origine de la viande de ses produits. Le syndicat agricole considère que "la présence de Cochonou sur le Tour de France est ressentie comme une énième provocation envers les producteurs agricoles". Le groupe Cochonou, tout en affirmant "comprendre les difficultés de la filière porcine" a regretté pour sa part, dans un communiqué, "ce genre d'actions, n'ayant pas leur place lors d'événements où le sport et la convivialité sont à l'honneur".

Par ailleurs, en dehors de la route du Tour, les agriculteurs bretons ont poursuivi ce samedi leurs actions visant la grande distribution et les coopératives. A Châteaulin, dans le Finistère, environ 25 agriculteurs bloquaient depuis 8h00 samedi matin, à l'aide d'une douzaine de tracteurs, tous les accès d'un supermarché Leclerc devant lequel ils ont déversé des monceaux de gravats, de pneus et de déchets divers. La nuit précédente à Vitré, en Ille-et-Vilaine, c'est la coopérative laitière Lactalis qui avait été la cible de la colère des producteurs.


Tour de France 2015 : que gagne-t-on à être... par Europe1fr

Auteur : Nicolas Rouyer avec AFP
Source : Europe 1 du 11 juillet 2015

Haut de page

Tour de France : quand les agriculteurs perturbent la course


Avec son exposition médiatique, le Tour de France est un moyen idéal pour faire entendre ses revendications. Les agriculteurs l'ont bien compris. Samedi 11 juillet, les éleveurs bretons s'en sont pris à la caravane de l'édition 2015, en bloquant les véhicules de certains sponsors sur la 8e étape entre Rennes (Ille-et-Vilaine) et Mûr-de-Bretagne (Côtes d'Armor). Et leurs collègues provençaux ont menacé de perturber la course lors de son passage dans les Alpes.

Cochonou et Carrefour privés de caravane en Bretagne

Stars de la caravane, les 2CV à carreaux rouges et blancs de Cochonou n'ont pas distribué de saucissons sur les routes de Bretagne. Chahuté lors de l'étape Abbeville - Le Havre, le groupe a préféré ne pas aligner ses voitures au départ des étapes Livarot-Fougères et Rennes-Mur-de-Bretagne. Selon la FRSEA Bretagne, qui accuse le groupe "d'abuser les consommateurs" sur l'origine de la viande de ses produits, "la présence de Cochonou sur le Tour de France est ressentie comme une énième provocation envers les producteurs agricoles".

Carrefour avait lui prévu de rouler en Bretagne. Mais, samedi, vers 5 heures, un groupe d'agriculteurs a bloqué les camions, stationnés pour la nuit à Lohéac, où était donné le départ de la 8e étape Rennes - Mûr-de-Bretagne. "Partagez vos marges, sauvez l'élevage", proclamait une pancarte des éleveurs à l'adresse de l'enseigne de la grande distribution. En marge du parcours du Tour, les agriculteurs bretons ont poursuivi ce samedi leurs actions visant la grande distribution et les coopératives, comme à Châteaulin (Finistère) et Vitré (Ille-et-Vilaine).

Une menace de blocage dans les Alpes

Le Tour est attendu de pied ferme dans les Alpes-de-Haute-Provence. Les syndicats agricoles et d'éleveurs de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur (Paca) ont menacé samedi de bloquer les coureurs pour protester contre "l'inefficacité des mesures" face aux attaques du loup. Les syndicats exigent que le loup ne soit plus considéré comme une espèce protégée par la Convention de Berne. "Certains (éleveurs) se sentent abandonnés et sont prêts à tout pour faire entendre leur désespoir", écrivent-ils dans ce courrier.

"Des actions coup de poing ne sont pas exclues: certains éleveurs sont prêts à bloquer et à perturber le passage du Tour de France", a précisé Jean-Paul Comte, président de la fédération régionale des syndicats d'exploitants agricoles (FRSEA) de la région Paca. Les étapes menacées sont la 17ème, entre Digne-les-Bains et Pra-Loup, et la 18ème étape, de Gap à Saint-Jean-de-Maurienne, les 22 et 23 juillet.

Source : Francetv info avec AFP du 11 juillet 2015

Haut de page


Le Grand Charnier
   

Accueil du Monde des Pyrénées
Tourisme dans les Pyrénées
Le Tour de France dans les Pyrénées
Les étapes 2015 des Pyrénées