LES ETAPES 2007 DES PYRENEES

 

En 2007, comme chaque année, le Tour de France fera plusieures étapes dans les Pyrénées. Ce sera d'ailleurs les dernières étapes de montagne avant l'arrivée à Paris.
C'est l'occasion de voir beaucoup de monde sur les routes, beaucoup de perturbations sur la circulation locale mais aussi un beau spectacle et une belle promotion des Pyrénées via les émissions de télévision.

Nous fournirons les informations nécessaires pour accéder, le mieux possible, aux sites de pratique de la montagne et de l'escalade.


  • Étape 14 - 22 juillet 2007 : Mazamet - Plateau de Beille
  • Étape 15 - 23 juillet 2007 : Foix - Loudenvielle (Val Louron)
  • Repos
  • Étape 16 - 25 juillet 2007 : Orthez - Gourette (Aubisque)

L'étape du Tour


Le Grand Charnier

Accueil du Monde des Pyrénées
Tourisme dans les Pyrénées
Le Tour de France dans les Pyrénées

 

 

 


Photo : anonyme / DR

 

Étape 14 - 22 juillet 2007
Mazamet - Plateau de Beille
197 km

Étape 15 - 23 juillet 2007
Foix - Loudenvielle (Val louron)
196 km
Étape 16 - 25 juillet 2007
Orthez - Gourette (Aubisque)
218 km


Le Grand Charnier

Accueil du Monde des Pyrénées
Tourisme dans les Pyrénées
Le Tour de France dans les Pyrénées

 

 

 

Problèmes de circulation liès au passage du
Tour de France dans les Pyrénées


Étape 14 - 22 juillet 2007 - Mazamet - Plateau de Beille
Conséquences sur la circulation et l'accès à la montagne

Description générale : Départ de Mazamet passe par Carcassonne, Limoux et Quillan. Puis les coureurs montent au col de Pailhères (2001 m 17 km à 7,2%), descendent à Ax pour aller vers le plateau de Beille (1780 m 16 km à 7,9%) soit au total 197 km. - Infos tourisme Plateau de Beille : tél.05 61 64 60 60

Les Pyrénées : la véritable entrée dans le massif sera à Quillan......

 

Haut de page

Étape 15 - 23 juillet 2007 - Foix - Loudenvielle (Val Louron)
Conséquences sur la circulation et l'accès à la montagne

Description générale : Cinq cols sont prévus en Ariège et en limite Hautes-Pyrénées et Haute-Garonne : col de Port en Ariège (1249 m), col de Portet d'Aspet en Ariège (1069 m), col de Menté entre Ariège et Haute-Garonne (1349m), Port de Balès entre Hautes-Pyrénées et Haute-Garonne (1755 m, une nouveauté dans le Tour), col de Peyresourde entre Haute-Garonne et Hautes-Pyrénées (1569m) avant d'arriver à l'étape en fond de vallée du Louron soit au total 196 km. - Infos tourisme Loudenvielle - Val Louron : tél.05 62 99 95 35 / 92 00

Les Pyrénées : Nous sommes en plein dans l'Ariège, la haute vallée de l garonne, l'accès à Luchon et l'entrée dans les Hautes-Pyrénées par le Louron.....


Haut de page

Étape 16 - 25 juillet 2007 - Orthez - Gourette (Aubisque)
Conséquences sur la circulation et l'accès à la montagne

Description générale : A quatre jours de l'arrivée à Paris il reste encore des cols pyrénéens à passer uniquement dans les Pyrénées-Atlantiques et en Espagne : Port de Larrau (1573 m), Alto Laza (1129 m), col de la Pierre Saint Martin (1760 m), col de Marie Blanque (1035 m), col d'Aubisque (1709 m) qui sera en fait limité à Gourette, soit 218,5 km au total. - Infos tourisme à la station de ski de Gourette : tél.05 59 05 12 17


Haut de page


Le Grand Charnier

Accueil du Monde des Pyrénées
Tourisme dans les Pyrénées
Le Tour de France dans les Pyrénées

 

 

 

Il se disait que..... et maintenant c'est officiel


Depuis une semaine, nous avions pratiquement fourni les étapes pyrénéennes. Aujourd'hui 26 octobre, c'est officiel.
A noter que nous n'aurons pas la traversée des Hautes-Pyrénées (problème économico-touristiques à cette période de l'année) avec l'ascension des cols mythiques tel que l'Aspin, le Tourmalet et le Soulor alors que l'Aubisque sera amputé avec une arrivée à Gourette.
Par contre une grande nouveauté sera le passage au Port de Balès par une nouvelle route.
L'étape la plus remarquable devrait être la 15 de Foix à Loudenvielle.

D'autres précisions sur cette page dans quelques jours et de toute manière avant le départ du Tour

A noter que le 22 juillet est un dimanche. Si vous devez vous déplacer dans les régions du passage du tour ou tout simplement arriver en vacances, prenez vos précautions. Beaucoup de restrictions de circulation sont à prévoir dans la vallée de l'Aude, le pays d'Olmes et la vallée de l'Ariège.
Le lundi, c'est tout le Couserans, le haut Comminges et le Louron qui seront perturbés ainsi que l'accès au Val d'Aran.
Le mercredi, ce sera tout le haut Béarn et la Soule qui pourraient être perturbés.

Un Tour 2006 écologique ? : Le Tour de France, course contre les déchets


Cette année, au lieu de générer des déchets, le Tour de France devrait permettre d’en éviter. C’est en tout cas l’objectif d’un partenariat conclu avec l’Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), qui va mettre à profit l’événement pour sensibiliser spectateurs et équipes techniques à la réduction des déchets.
Outre une participation à la caravane du Tour, une opération spécifique en faveur du tri est prévue lors de l’étape des cols pyrénéens, le 13 juillet, en partenariat avec l’Agence régionale pour l’environnement, la Région Midi-Pyrénées et le conseil général Val d’Aran . Collecte sélective dans les communes traversées et sensibilisation des spectateurs par 17 ambassadeurs seront organisées. Au moins 20 tonnes de déchets devraient être ainsi récupérés sur les routes ce jour-là, et 12.000 tonnes au total au cours des trois semaines de compétition.

Source : Journal de l'Environnement du 3 juillet 2006

Haut de page

Pas d'étape à Oloron en 2007

Si le maire n'en veut pas, c'est parce que le « gadget » à 50 000 euros est trop cher.

Le maire, Hervé Lucbéreilh, ne veut pas débourser 50 000 euros (hors taxes) pour lancer, l'été prochain, le départ d'une étape du Tour de France cycliste.
Voilà de quoi étonner les Oloronais, plutôt habitués à un discours offensif de la part d'une ville en quête de notoriété.
Il n'y a pas si longtemps encore, accueillir une étape du célèbre Tour était pourtant affiché comme un objectif du côté de l'hôtel de ville (lire aussi en page 2-2).

Reculade.
Leader de l'opposition municipale, Bernard Uthurry ne se prive pas de commenter la situation : « Quand on a l'ambition comme lui de transformer Oloron en plate-forme touristique, cette reculade est surprenante. La somme de 50 000 euros pour des heures de télévision, c'est davantage rentable que les tonnes de papier de communication locale que l'on reçoit dans les boîtes aux lettres ».
« Cette somme est gigantesque. Les retombées ne le sont pas », estime, pour sa part, Hervé Lucbéreilh. « Même sans l'étape, les hôtels de la ville seront pleins avec le passage du Tour en Béarn. Cet argent représente 10 % de notre épargne nette. On ne peut pas me reprocher de dépenser des millions d'un côté et de vouloir faire aussi des économies de l'autre. J'ai fait un choix politique. Pour moi, cet investissement est injustifié ».

Finances.
Bernard Uthurry y voit autre chose : « Je suis frappé par le non-respect de la parole donnée. Cela signifie peut-être qu'il faut s'inquiéter pour le budget de la ville. Cette somme devrait représenter une goutte d'eau ».
« Les finances de la commune sont saines. Mais je préfère dépenser cet argent dans le fonctionnement des crèches ou dans la réalisation des Quartiers d'été. Cette histoire est un faux événement», répond le maire.

Auteur : Patrice Sanchez
Source : Sud-Ouest du 16 octobre 2006

Observations


Cette année, le Tour de France passera dans les Pyrénées bien après le 14 juillet et même du 20 juillet.
Cette situation n'est pas sans poser de problèmes.

Passé le 14 juillet, le nombre de touristes est, comme toutes les années, très important. Les hébergements sont pratiquement complets. Les vallées pyrénéennes n'attendent pas après le Tour de France pour faire leur chiffre d'affaires. Et puis, loger des personnes que 2 nuits de suite en plein milieu de la période estivale ne présente aucun intérêt économique.

Par ailleurs le passage d'un Tour de France dans une vallée, c'est bloquer toute l'activité économique de la vallée. En pleine saison touristique, cette situation est difficilement acceptée par beaucoup de commerçants qui n'ont pas les retombées économiques souhaitées pour combler le manque à gagner du jour du passage.

A suivre !

Haut de page

Orthez remplacerait Oloron


Après le refus d'Oloron d'accueillir l'épreuve , Orthez candidat

«Suite à la défection d'Oloron, les organisateurs du Tour de France m'ont contacté ces derniers jours pour qu'Orthez soit candidate. J'ai dit pourquoi pas ! », annonce Thierry Issartel, maire d'Orthez, plutôt enchanté de la proposition.
La Grande Boucle ne s'arrêtera donc pas à Oloron Sainte-Marie en juillet prochain : le maire Hervé Lucbéreilh a refusé de débourser 50 000 euros hors taxes pour la manifestation (lire également en page 2-16).
Un début de polémique entre l'édile oloronais et le Tour que Thierry Issartel préfère ne pas commenter. Juste préciser que, vu l'apport touristique d'un tel événement en Béarn indispensable aux hôteliers, « il faut bien qu'une ville se dévoue. Avoir une étape en Béarn est fondamental pour l'activité touristique estivale. »


Un départ à la Moutète ? Malgré le secret qui entoure le parcours du Tour qui ne sera dévoilé que le 26 octobre, tout laisse à croire que la cité de Fébus est l'heureuse élue pour succéder à Oloron en tant que ville de départ. Orthez qui n'a pas accueilli d'étape du Tour de France depuis 1993, est « prête maintenant pour accueillir un tel événement », d'après son maire. « A une époque, en début de mandat, je n'aurais pas candidaté : de gros projets étaient en cours pour la ville, il y avait d'autres priorités, d'autres engagements financiers à tenir. Maintenant, la Moutète est prête et pourrait accueillir le départ. »

C'est d'ailleurs une idée des organisateurs du Tour de France : allier le temple du basket à un départ d'étape pour une image symbolique. Un départ qui pourrait se faire le 25 ou 26 juillet.
Assez confiant et motivé à l'idée d'un tel événement à Orthez, Thierry Issartel reconnaît que, niveau logistique, l'organisation est importante. L'intercommunalité serait donc partenaire, puisque les retombées seront partagées. Reste à patienter quelques jours?

Auteur : R. G
Source : Sud-Ouest du 17 octobre 2006

Haut de page

Une arrivée à Gourette et Pau pour la journée repos


TOUR DE FRANCE. --La caravane cycliste traversera le Béarn de part en part et séjournera trois nuits à Pau

L'annonce officielle du tracé du Tour de France est prévue pour ce matin. L'omerta sur ses détails a prévalu jusqu'alors. Une chose est sûre le Béarn aura sa part. Une part de lion. L'arrivée est prévue pour le lundi 23 juillet au soir, au terme de l'étape Foix-Loudenvielle (Hautes Pyrénées). Pau sera le point de ralliement l'ensemble du plateau pour passer la nuit. Hasard du calendrier, La caravane s'ébranlera cette année au pays du drapeau à deux vaches durant la dernière semaine de la Grande Boucle. Les coureurs seront certes un brin émoussés, mais la journée de repos du mardi 24 juillet à Pau, devrait garantir un peu de réconfort aux forçats en cuissard. Le village du Tour prendra ses aises du côté du parc Beaumont. il s'agira pour le peloton de s'offrir ensuite ses derniers coups de pédale en montagne.

Orthez-Gourette. Une étape qui pourra se flatter d'avoir fait couler beaucoup d'encre avant de faire couler la sueur .À défaut d'Oloron, le départ de l'étape du mercredi 25 juillet se fera d'Orthez pour pour rejoindre Gourette. Tout le monde regagnera ses pénates paloises à l'issue de l'ultime étape pyrénéenne. Enfin le grand Barnum cycliste fera ses adieux jeudi matin en quittant Pau, départ prévu au Palais Beaumont-, en direction de? Le nom de la ville d'arrivée sera dévoilé dans la journée.

Pau candidate pour 2008. Ce dont se réjouit Josy Poueyto, adjointe au maire de Pau et véritable Madame Tour de France : « L'histoire continue et pau accueillera pour la 61e fois la grande Boucle. Nous sommes d'ores et déjà candidat pour accueillir le Tour en 2008 », explique-t-elle. La ville de Pau a débloqué une enveloppe de 110 000 euros hors taxes pour la journée de repos et le départ. Orthez devra se délecter de 50 000 euros hors taxe, pour son départ.
Des investissements qui selon les candidats à l'accueil sont largement compensés par les retombées que procure l'épreuve reine du vélo.

Source : Sud-Ouest du 26 octobre 2006

Haut de page

L'Aubisque sur un plateau


Le tracé de la prochaine édition accorde une place de premier choix au Béarn et à la Soule : une royale étape de montagne entre Orthez et l'Aubisque, via La Pierre

Pour les médias du monde entier, l'ultime étape de montagne du Tour de France 2007 s'appellera Orthez-Gourette-col d'Aubisque, le 25 juillet prochain, et les mordus de vélo locaux font ouf ! Eux qui avaient si peur que le coup de promo monstre sur Gourette, orchestré et avec quelle habileté par le Conseil général, ne rabote le col mythique, sur le papier ou même tout court, pour d'impératives raisons de com'.
On avait beau savoir que le Tour 2007 n'oublierait ni Pau (ville repos le 24 juillet et «départ» le 26) ni le Béarn ; et que le col d'Aubisque était au bout d'une étape au départ d'Orthez, pour l'ultime grande explication dans la montagne, le tracé révélé hier à Paris par Christian Prud'homme a de quoi combler les plus exigeants, réjouir les plus blasés.

La Pierre-Saint-Martin prend date.
Ce n'est pas « l'une des deux stations du département », comme s'en était réjoui à l'avance _ et évidemment non sans solides garanties_ le président Lasserre, mais bien les deux que la Grande Boucle honorera de son passage, l'été prochain : Gourette, station d'arrivée, et La Pierre-Saint-Martin, station de passage, après le col du même nom, qui au moins en terme d'altitude (1 760 mètres) constituera le sommet de l'étape du jour.
Tout à leur descente sur Arette, la tête déjà dans les lacets de Marie-Blanque pris du côté le plus « mauvais » (Escot), les coureurs n'auront sans doute pas un regard pour les chalets de la station des Oursons. Mais pour Pierre Casabonne, le maire d'Arette, rendez-vous est déjà pris, par lui-même et ses voisins de la vallée de Roncal (Navarre) qui rêvent d'une étape Pampelune-La Pierre, sous le parrainage d'ores et déjà acquis du grand Miguel Indurain : « On savait que c'était très difficile pour cette année, en raison du sens Alpes-Pyrénées du Tour, mais j'espère que ce sera pour 2008 ».


Trilogie pyrénéenne.
En Ossau, on n'espère plus, on jubile ! À l'instar de Pierre Hourcade, l'organisateur de la Montée de l'Aubisque, l'épreuve pédestre qui suit le Tour de près : « Ce sera notre 20e édition l'année prochaine, à nous de tirer tout le parti de ce coup de projecteur extraordinaire : l'Aubisque, c'est l'élément clé de la promotion de la vallée d'Ossau ».
C'est le patron du Tour qui l'écrit : « L'Aubisque conclura en beauté la trilogie pyrénéenne par une arrivée en son sommet, au-dessus de la station de Gourette - confirmation éclatante de notre volonté d'aller toujours là où le sport nous guide ».

Auteur : Thomas Longué
Source : Sud-Ouest du 27 octobre 2006

Haut de page

8 500 cyclos attendus à Foix


En juillet 2007, L'Étape du Tour s'élancera de Foix. Il s'agit d'un gigantesque rassemblement cyclosportif (le plus important d'Europe) organisé quelques jours seulement avant le passage du Tour de France, sur le tracé d'une des étapes de l'édition en cours. Le 16 juillet 2007, près de 8 500 cyclos tenteront donc de rallier Loudenvielle (Hautes-Pyrénées) via notamment le col de Port et le Portet d'Aspet.

Les cyclosportives par le Port de Balès avec un club de La Barousse

Haut de page

Foix en Ariège - Pyrénées : Le Tour bouleverse le programme estival


La saison estivale 2006 des animations fuxéennes ne sera pas à marquer d'une pierre blanche. En juillet, les touristes n'étaient pas au rendez-vous et en août la météo maussade a desservi la plupart des associations. C'est ce qu'il ressort du bilan effectué en mairie, en fin de semaine dernière. La réunion préfigurait également les perspectives 2007 qui seront particulières puisqu'en juillet Foix reçoit d'abord l'Étape du Tour, puis le Tour de France, ce qui bouleversera l'organisation des animations. Certaines associations seront plus particulièrement concernées, mais des réunions préparatoires sont annoncées par l'adjointe au maire Frédérique Massat. Petit tour d'horizon…

Concerts du marché.
Ils reprendront le 14 juillet et sont programmés jusqu'au 1er septembre ; la formule connaît le succès auprès des touristes. À noter au passage que le grand orgue devrait être inauguré en principe le 27 juin, un événement à ne pas rater.

Marché fermier et artisanal. Le bilan est plutôt positif malgré un vide en juillet. On retrouvera les mêmes composantes l'an prochain.

Comité des fêtes.
L'année 2006 a été plutôt bonne ; les changements de dates des fêtes ont été plutôt bénéfiques, toutefois sur le plan financier des questions se posent. Il faudra peut-être faire des choix. Pour le 14 juillet, il faudra tenir compte du village de toile implanté sur la plaine de l'Ayroule pour l'Étape du Tour, ce qui représente un potentiel de 20 000 personnes. Le feu d'artifice sera tiré du château.

Foix terre d'histoire.
Le spectacle de l'Espinet a souffert des orages d'août ; 2 600 personnes ont suivi les représentations. La production Dimson est d'accord pour repartir en 2007. Rendez-vous est pris avec le conseil général et la mairie pour discuter de l'avenir du spectacle.

Jazz à Foix.
Le festival fuxéen fonctionne bien et propose Richard Galliano en tête d'affiche pour 2007. Deux soirées américaines sont programmées, ainsi qu'une soirée manouche, une classe vocale, une soirée jeunes talents et le big band de Barcelone en clôture.

Ingénieuse Afrique.
La manifestation est passée au travers des gouttes ; la fréquentation est en hausse. En 2007 elle sera sur la place Parmentier (3, 4 et 5 août), une messe gospel est programmée sous la halle de Villote.

Trad'estiu.
La fête pourrait avoir lieu sous la halle Saint-Volusien, juste avant le départ du Tour. pour l'heure rien n'est arrêté. Les dates pourraient même changer.

Chant choral.
Carmina Burana a rencontré un gros succès à Saint-Volusien, le spectacle Blue Lake aussi (14 membres de l'école de danse de Fabienne Rumeau iront aux USA cet été). Rien n'est défini pour l'instant, Dominique Grétillat évoque l'hypothèse d'une nouvelle convention avec l'Estive.

Résistances.
Les difficultés financières du festival ne permettent pas d'envisager une nouvelle édition. « On ne peut pas faire de miracle » déclare Marc Saracino. En tous cas la mairie est favorable à un festival 2 007.

Foires à la brocante.
Le gymnase de la rue Laquière étant indisponible, c'est la salle polyvalente qui accueillera les futures manifestations (Pâques, juillet et 15 août)

Festiv'art.
C'était l'absent de la soirée et Frédérique Massat a exprimé certains regrets. Festiv'art se sentirait « mal aimé ». L'adjointe au maire considère pour sa part que toutes les associations sont traitées sur un pied d'égalité. Festiv'art devra cependant changer de lieu (place Saint-Volusien ?) puisque la place de l'Ancien Collège ne sera plus disponible. Une autre date pourrait également être choisie (samedi 18 août ?).

Auteur :J.M
Source : La Dépêche du Midi du 28 novembre 2006

Haut de page

Accueil du Tour de France 2007 en Ariège


L’Étape du Tour qui aura lieu le 16 juillet est une course amateur organisée par la société du Tour de France qui rassemble tous les ans 8500 coureurs et leurs familles.

Il s’agit de la plus grosse cyclosportive du monde. L’Ariège étant terre de vélo avec la désormais célèbre Ariégeoise, nous souhaitons offrir le meilleur accueil possible à ces sportifs.

Vous souhaitez participer à l’accueil de ces amateurs de vélo en leur proposant un hébergement (chambre d’amis par exemple).
Vous pouvez proposer cet hébergement sur la période allant du 13 au 16 juillet pour une, deux ou trois nuits consécutives avec obligatoirement la nuit du 15 au 16 juillet.

L’Office de Tourisme du Pays de Foix, en partenariat avec la Mairie, le Comité Départemental du Tourisme et Ariège Pyrénées Tourisme Loisirs Accueil (centrale de réservation), centralise vos propositions.

Pour tous renseignements complémentaires contactez l’office de tourisme avant le 15 mars 2007
Tel: 05.61.65.12.12 du lundi au samedi de 9h à 12h et de 14h à 18h

Communiqué de l'office de tourisme du Pays de Foix:

Haut de page

L'état des routes du Tour à hauteur de selle


Une trentaine d'employés du Conseil général ont reconnu la 16e étape du Tour hier


« C'est plus facile de conduire le président que de monter le Port de Larrau, avec la pluie, le brouillard et le froid ! », confiait Christian Arhancet, chauffeur de Jean-Jacques Lasserre, lors de la pause-déjeuner, hier à Arette. L'employé du Département se plaçait en tête du peloton de reconnaissance du Conseil général des Pyrénées-Atlantiques, composé de dix-sept cyclistes, cinq motards et deux véhicules d'accompagnement. Le groupe 100 % Conseil général (la plupart des participants appartenaient avant à la Direction départementale de l'équipement) s'était élancé d'Orthez le matin à 8h30 pour avaler les 218,5 km de la 16e étape du Tour de France Orthez-Col d'Aubisque. L'arrivée au col était prévue dans la soirée et devait se terminer par un repas bien mérité.

Opération de cohésion aussi. Cette opération, pilotée par le service communication de la collectivité, avait un double objectif : reconnaître physiquement l'état des routes mais aussi créer un « événement ». « C'est une belle aventure humaine et de cohésion », expliquait Olivier Vissières, chargé de communication.

400 bottes de paille. Daniel Fydrych, qui suit particulièrement les routes, pour le Tour de France, avait emmené le compte-rendu d'itinéraire envoyé par Amaury Sport Organisation. Les services du Département doivent effectivement veiller à protéger tous les points dangereux mentionnés comme les giratoires, enlever les coussins berlinois, prévoir des balayeuses pour les gravillons, etc. « 110 agents seront mobilisés pour le Tour, 400 bottes de paille seront placées, ainsi que des séparateurs de routes dans les virages. Des gardes républicains sont également prévus pour signaler les dangers au peloton », explique Daniel Fydrych. Le veinard, il sera aux premières loges, entre la caravane et le peloton. Quoique un peu stressé !

Auteur : Odile Faure
Source : Sud-Ouest du 27 juin 2007

Retour

Ces cols qui font monter les Pyrénées

C'est Charlemagne qui a inventé les cols. Dans les Pyrénées, ses armées taillaient des brèches et des routes pour poursuivre le Sarrazin. La chanson de Roland a fait de Roncevaux un pic de l'histoire de France. Les chroniqueurs du Tour de France ont hissé bien des cols pyrénéens sur des sommets quasi-mythiques. Trop longtemps, chaque col se moquait des lacets du voisin comme d'une première chemise.

Pour la première fois, à l'initiative de la confédération pyrénéenne du tourisme soucieuse de renforcer la promotion de la saison d'été, 34 cols sont liés pour… relier les deux mers. D'est en ouest, sur le versant français, la route traverse trois régions, six départements sur plus de 300 km.

Qui monte ou descend les cols pyrénéens, roule, pédale marche, s'essouffle sur les traces des éléphants d'Hannibal, dans les roues de Coppi, Merckx, Bartali, sur les pas de Malraux et des brigadistes portant renfort aux républicains espagnols en 1936 ou des enfants juifs et des aviateurs anglais guidés par les passeurs ariégeois pour fuir l'occupation. Du dernier jour du preux Roland à la descente dramatique du Portet d'Aspet fatale au cycliste Fabio Casartelli dans le Tour de France 1995, ces cols déroulent au détour de leur virage des destins épiques ou tragiques.

Certains cols sont devenus de vrais hauts lieux de pèlerinage. Ainsi du haut de ses 2 115 m, entre Barèges et La Mongie, Le Tourmalet qui toise un siècle de Tours de France, durcit les mollets et brûle les poumons de milliers de cyclistes amateurs qui chaque été se déplacent du monde entier. Mais d'autres cols vivent cachés, serpentant dans l'anonymat entre prairies, rochers, futaies. La notoriété de l'Oxtondo basque, du Xatard catalan du Pas de Souloumbrie ariégeois atteint tout juste la préfecture du département. Et encore.

À VÉLO, À PIED À MOTO
Jalonnée par des bornes, cette route permet surtout de parcourir et de découvrir la richesse naturelle et culturelle du massif pyrénéen.

D'ordinaire points de passages, les cols deviennent ainsi des points de départ pour des boucles, des itinéraires de découverte ou de randonnées décrits sur des cartes, repérés sur des fiches pratiques. A flanc de col, on peut ainsi grimper à l'observatoire Pic du Midi, visiter la maison natale du maréchal Foch, les inconnues mines du Rancier en Ariège, les vignes de Banyuls avec vue sur la mer. Les haltes touristiques, gastronomiques et les rendez-vous festifs dans les vallées sont également signalés.

Le plus dur pour les cyclistes ? Selon l'ancien champion Laurent Jalabert qui les a pratiquement tous escaladés sur deux roues, le Tourmalet vide les poumons, le Marie Blanque brise les mollets, le Pailhères en Ariège casse le moral tellement il n'en finit plus. Pour les motards, les descentes de la Core (Ariège) et du Soulor (Hautes-Pyrénées), au milieu des vaches en estive se transforment parfois en numéros d'équilibristes. Les cols basques sont plus sombres, les Catalans plus secs. Les auberges le long de ces routes sont en général roboratives et les crêpes du cabanon du col de Peyresourde, posé à équidistance de l'Atlantique et de la Méditerranée, sont les moins chères du sud ouest. À vélo, à pied, à moto, en camping-car, cet itinéraire pyrénéen mérite plus d'une halte.

Auteur : P. J.
Source : La Dépêche du Midi du 30 juin 2007

Haut de page

L'étape du Tour 2007 - Foix - Loudenvielle


Pour les amateurs, l'Etape du Tour 2007 se déroulera le 16 juillet sur 196 km entre Foix et Loudenvielle. Il s'agit de la quinzième étape du Tour de France 2007 prévue le 23 juillet

C'est une étape pour grimpeurs qui est prévue en six heures de selle pour les professionnels et du double pour les amateurs les moins entraîmés.

Le départ se fera à 7 heures cours Gabriel Fauré à Foix

L'étape est composée de cinq cols dont les difficultés des ascensions vont crescendo.
Elle débute par le Col de Port - 1250 m- puis par le Col de Portet d'Aspet - 1069 m- qui sont des cols faciles pour les pros mais difficiles pour moi :-)

Par contre le souvenir de la chute de Fabio Casartelli nous convainc (s'il le fallait) de la difficulté de la descente du Portet d'Aspet.

Le reste de l'étape est ardu car c'est un enchaînement de trois difficultés majeures : $

  • Col de Mente - 1349 m- 2 ème catégorie.
  • Col du Port de Balès - 1755 m- hors catégorie,
  • Col de Peyresourde - 1569 m- 1 ère catégorie.

Les ravitaillements sont prévus à :

  • Km 69 : Saint Girons
  • Km 118 : Col du Menté
  • Km 162 : Bourg d'Oueil

En savoir plus sur l'Etape du Tour 2007

Haut de page

Tour de France 2007: un parcours romantique et plein de suspense


Le parcours du Tour de France 2007 qui s'élancera samedi de Londres par un prologue long de 7,9km est somptueux, mais aussi très sélectif. Il a été conçu pour conserver le suspense intact jusqu'à la dernière étape de montagne dans les Pyrénées.

"La deuxième journée de repos est programmée avant la dernière étape de montagne, la plus dure. Cela veut dire que quand on va s'arrêter pour la deuxième journée de repos, tout sera encore possible au classement", jubile Christian Prudhomme.

Il faudra donc attendre l'ascension de l'Aubisque qui bouclera la 16e des 20 étapes pour avoir enfin une idée du vainqueur, souligne le "patron" du Tour de France.

Prudhomme, qui dépeint le cyclisme comme "un sport romantique qui doit retrouver sa dignité" après les affaires de dopage, est heureux de décrire les temps forts d'une course qui devrait sortir des sentiers battus.

Dès le milieu de la première semaine, la 5e étape menant de Chablis à Autun (182,5km) sera propice à jauger les forces en présence.

"L'idée était de casser cette première semaine où il ne se passe jamais rien. Depuis 1991, il ne s'est rien passé en première semaine, je le regrette", explique Christian Prudhomme.

"Cette étape du Morvan, qui n'a pas été empruntée depuis 25 ans, aurait été une étape extraordinaire sans oreillettes. Elle sera magnifique", dit-il. "C'est une étape avec huit difficultés répertoriées, mais surtout ça tourne à droite à gauche. Bref, une vraie étape que l'on verrait sans oreillettes. Je dis ça en l'air, puisque depuis que l'on est en conflit sur le ProTour avec l'UCI, nous avons été bouté de toutes les instances de décision de l'UCI, y compris les instances pour lesquels on est régulièrement élus".

Prudhomme devra donc faire avec les oreillettes qui permettent à toute une équipe de réagir immédiatement comme un seul homme à une échappée des adversaires.

Le suspense ne devrait pas en souffrir tant ce parcours de 3.570km, comprenant six étapes de haute montagne, 21 cols à gravir et 117km de contre-la-montre, est bâti pour retarder l'émergence du futur vainqueur.

Les Alpes, réparties sur trois journées de la 7e à la 9e étapes, feront un premier écrémage, avec notamment l'arrivée à Tignes le 15 juillet, puis, après la première journée de repos, deux cols hors-catégorie à gravir, l'Iseran et le Galibier, lors du parcours épouvantail entre Val d'Isère et Briançon.

"Les Pyrénées sont plus rudes que les Alpes. C'est un classique, car le second massif montagneux est toujours plus dur que le premier", prévient Prudhomme.

Après le premier contre-la-montre d'Albi (54km) de la 13e étape, les coureurs attaqueront dans la foulée la trilogie pyrénéenne. "Les étapes pyrénéennes vont crescendo. Mazamet - Plateau de Beille, c'est déjà très ardu. Le lendemain, on va de Foix à Loudenvielle par le col de Balès, inédit car les quatre kilomètres de route qui manquaient ont été goudronnées l'été dernier", détaille Prudhomme.

Ensuite, après une journée de repos, il y aura cette fameuse "étape la plus dure du Tour" entre Orthez et l'Aubisque par le Port de Larrau qui a été franchi une seule fois en 1996. "Ce jour-là, je pense que c'est unique dans l'histoire du Tour, les huit premiers au sommet étaient les huit premiers à l'arrivée à Pampelune", souligne Prudhomme.

"Avec l'arrivée jugée au sommet de l'Aubisque, ce sera la première fois depuis 20 ans que la dernière étape de montagne du Tour se conclut par une arrivée au sommet. Il faut, je crois, remonter au Puy-de-Dôme".

Au terme des 218,5km de cette 16e étape marquée par deux ascensions hors catégorie et deux premières catégories, le futur vainqueur devrait correspondre au premier du classement général au sommet de l'Aubisque. Il lui restera à bétonner lors du dernier grand rendez-vous du Tour, le contre-la-montre de 5,5km entre Cognac et Angoulême à la veille de l'arrivée sur les Champs-Elysées le dimanche 29 juillet.

"Certains coureurs se sont inquiétés de cette dernière étape de montagne au lendemain de la deuxième journée de repos", révèle Prudhomme. "Ma réponse a été: partout où on pourra mettre de l'indécision, on la mettra. Partout où l'on pourra rajouter des choses imprévues ou qui ne se font plus, on les rajoutera, parce que le cyclisme est un sport romantique".

Source : La Tribune du 5 juillet 2007

Haut de page


Le Grand Charnier

Accueil du Monde des Pyrénées
Tourisme dans les Pyrénées
Le Tour de France dans les Pyrénées