Le train de Toulouse à Barcelone
Une vieille histoire

 

Cette ligne de chemin de fer fut construite en plusieures étapes. Depuis Toulouse, elle remonte la vallée de l'Ariège jusuq'à l'entrée du tunnel du Puymorens, en passant par Pamiers, Foix, Tarascon, Ax-les-Thermes puis redescent la vallée du Carol pour passer à La-Tour-de-Carol, entrer en Espagne et aller à Puigcerda pour rejoindre Ribes de Freser (train de Nuria), Ripoll et enfin Barcelone.

Cette traversée transpyrénéenne comme les autres, on en parle depuis 1865. Autant dire que le sujet n’est pas nouveau, même si depuis quelque temps nous voyons se développer des associations de défense de ces axes de chemins de fer dans les Pyrénées. Il faut distinguer deux partie principales : La partie française et la partie espagnole.


Extrait de "Géographie des chemins de fer français de H. Lartilleux - Ed. Librairie Chaix (juin 1950)

Histoire


L'histoire des frontières franco-espagnoles veut qu'elles ne suivent pas toujours la ligne de partage des eaux, en particulier aux extrémités Est et Ouest. C'est le cas au niveau du Puymorens où la traversée des Pyrénées est intégralement située en France.
La partie française Toulouse - Puigcerda (Espagne) fut terminée en 1929, bien que la partie Tarascon - Ax-les-Thermes fut mise en exploitation en 1888.

Géographie


La ligne remonte la vallée de l'Ariège sur tout le parcours et pratiquement jusqu'à sa source, traverse la chaîne des Pyrénées en tunnel sous le col du Puymorens pour descendre la vallée du Carol et atteindre la Cerdagne sur le versant sud franco-espagnol partagé suite au traité des Pyrénées.

Description de la ligne


Au départ de Toulouse, elle a un tronc commun de 12 km avec la ligne Toulouse - Bayonne en voie double, jusqu'à Portet-Saint-Simon où elle commence à remonter l'Ariège en voie unique électrifiée. Nous pouvons partager cette ligne de 170 km en 4 parties :

  • Toulouse - Foix (82 km) : zone vallonnée mais peu pentue. C'est la basse vallée de l'Ariège où la déclivité ne dépasse pas 7 mm
  • Foix - Ax-les-Thermes (41 km) où la vallée est plus encaissée et la présence de la montagne nettement plus visible. Les déclivités atteignent 20-25 mm sur de longues distances.
  • Ax-les-Thermes - Tunnel du Puymorens. C'est le parcours le plus pittoresque et le plus montagnard. Nous sommes en haute montagne. Nous passons de 701 m d'altitude à 1562 m (sortie Sud du tunnel) en 27 km avec des déclivités atteignent 40 mm sur presque tout le parcours avec 10 tunnels dont le tunnel hélicoïdal de Saillens (1,850 km) et le tunnel du Puymorens, long de 5,4 km
  • Tunnel du Puymorens - La Tour-de-Carol - Puigcerda. Cette partie descend le long du Carol avec une déclivité de 40 mm jusqu'à Enveigt (13 km) et plus plat pour les 7 km restant jusqu'à Puigcerda.

Le courant de traction est fourni par les sous-stations d'Empalot (Toulouse), Cintegabelle, Pamiers, Vermajoul (Foix), Ussat, Ax, L'Hospitalet, La Tour-de-Carol.
La ligne à écartement français (UIC) va jusqu'à Puigcerda tandis que la ligne à écartement espagnol vient jusqu'à La Tour-de-Carol.. La section La Tour-de-Carol - Puigcerda est donc à 2 voies avec 2 écartements. En 1950, il était prévu que l'Espagne adopte un écartement normal jusqu'à Barcelone malgré les difficultés rencontrées à l'arrivée en gare terminale. En 2004, ce projet ce projet est en cours de réalisation. Les travaux de mise à l'écartement UIC (ligne mixte UIC-ibérique) sont commencés en particulier entre Vic et Ripoll (ainsi que la semi-couverture des voies qui traversent le centre de Vic).

Haut de page

L'avenir de la ligne


Pour soutenir et défendre la pérennité de l'axe Toulouse - Barcelone inauguré en 1929 (même période que la ligne Pau-Canfranc dont le sort de chacune d'elles était lié), il fut créé en 1996 une association de soutien à l'axe ferroviaire transpyrénéen. C'est assez nouveau lorsqu'on sait que cet axe fait l'objet d'études et de déclarations depuis le début du 19ème siècle.

En France la ligne de chemin de fer Toulouse - La Tour-de-Carol assure le transport marchandises et voyageurs. Même chose côté espagnol, où les travaux de mise à écartement UIC sont en cours (2004). Il est vrai que par cet axe il faudrait 13 h pour aller de Barcelone à Paris. Il parait que c'est la liaison la plus rapide ….
Côté français, avec la régionalisation et la "prise en main" par la région Midi-Pyrénées qui en assure presque entièrement la gestion depuis 2002 nous pouvons penser que l'avenir est assuré pour quelque temps. Côté catalan sud (Catalunya), le problème de la différence d'espacement des rails (différent du standard européen) qui pose actuellement (2004) des problèmes techniques et surtout une rupture de charge et un changement de train à La Tour-de-Carol pourrait bien être éliminés dans les prochaines années. Restera sans doute à régler le problème de vitesse côté français.

Néanmoins la ligne Toulouse- La Tour-de-Carol semble bien se porter. Les perspectives offertes par la régionalisation sont bonnes. Il est prévu une augmentation du nombre de trains affrétés sur la ligne d'ici 2006. On parle de 5 trains aller-retour sur le parcours Toulouse- Pamiers, 3 pour Toulouse- Tarascon, et 5 pour Toulouse- Latour-de-Carol. Par ailleurs, RFF assure des travaux d'améliorations de la voie ferrée pour améliorer les services prévus par le Conseil Régional.

Par contre, l'avenir est incertain pour les trains directs Paris - Latour-de-Carol. Gros problème surtout pour les stations de ski comme Porté-Puymorens mais aussi toutes celles de la Cerdagne (Espace Cambre d'Aze, Font-Romeu et Pyrénées 2000) et l'Andorre (autobus vers Andorre la Vielhe).

Louis Dollo, le 14-04-2005

Haut de page

Divers


Le Grand Charnier
   

Accueil du Monde des Pyrénées
Les axes transpyrénéens
Chemins de fer des Pyrénées

Notes
  • La source de l'Ariège se situe en haut de la station de ski du Pas de la Casa pratiquement sous le col des Isards (en France) donnant accès à la vallée française du Campcardos descendant à Porta. La rivière Ariège constitue la frontière avec l'Andorre, en principe sur sa rive gauche. Mais ce principe est souvent remis en cause par les andorrants qui n'hésitent pas à repousser la rivière pour leurs constructions ou l'aménagement des pistes, de même en captant l'eau en principe française (commune de Porta) sans aucune autorisation ou convention.
  • La construction de la partie Ax-les-Thermes - Puigcerda fut construite suite à l'examen et la décision de 2 commissions mixtes franco-espagnole : une en1865 (soit 23 ans avant l'arrivée de la ligne à Ax) et l'autre en 1904 soit 25 ans avant sa mise en service.


Le Grand Charnier
   

Accueil du Monde des Pyrénées
Les axes transpyrénéens
Chemins de fer des Pyrénées