Pyrénées – Les écologistes vont commenter : Jean Lassalle réélu à la tête de l’IPHB

IPHB-Conseil de gestion patrimonial

IPHB-Conseil de gestion patrimonial

 

Pour la 10eme fois depuis sa création en 1994, Jean Lassalle vient d’être réélu à la tête de l’Institution Patrimoniale du Haut Béarn. Seul candidat, il a obtenu 18 voies pour et 11 nuls ou abstentions .

Une collectivité territoriale originale

L’IPHB n’est pas une association. C’est avant tout une collectivité territoriale soumis aux mêmes règles que toutes collectivités publiques. La gestion est démocratique, les réunions sont publiques et le budget est contrôlé, surveillé. Autant d’obligations qui n’existent pas pour les associations toujours à la pointe des critiques.

« L’Institution Patrimoniale du Haut-Béarn est un rassemblement de partenaires. Elle permet la rencontre de tous les acteurs du territoire pour qu’ils réfléchissent aux solutions les mieux adaptées et construisent ensemble l’avenir des 3 vallées béarnaises OSSAU, ASPE et BARÉTOUS : élus, administrations, bergers, éleveurs, forestiers, associations de protection de la nature, pêcheurs, chasseurs, acteurs du tourisme, hydroélectriciens, agents de développement, chambres consulaires…

« Une méthode innovante de « gestion en patrimoine commun » basée sur l’implication, la concertation et la décision partagée a été retenue comme alternative à un cadre réglementaire souvent trop rigide ».

Des polémiques permanentes et stériles

L’IPHB fait souvent l’objet d’attaques de la part des milieux écologistes au sujet de l’ours pour s’être prononcée contre les introductions. De telles critiques sont ni plus ni moins qu’un rejet des décisions dé:démocratiques prises par les membres.

Tout aussi régulièrement, l’IPHB a des problèmes de trésorerie. Pourquoi ? Les services de l’État sont mauvais payeurs et le Conseil Régional et Général se plaisent à ne pas respecter leurs engagements… Histoire d’ennuyer politiquement Jean Lassalle. Ce sont en fait les entreprises prestataires, les collectivités locales et les éleveurs qui sont mis en difficulté par des conflits réguliers qui n’ont pas lieu d’exister.

Jean Lassalle est donc reparti pour quelques années, que cela plaise ou non. Le fait est qu’il n’avait pas d’opposant. Cherchez l’erreur !

Les écologistes et certains élus régionaux et départementaux auront donc encore de la matière pour critiquer sans grande raison afin d’occuper le terrain et tenter d’exister dans un climat stérile.

En savoir plus sur l’IPHB  

Louis Dollo

Ce contenu a été publié dans Economie, environnement, Faune, Ours, Pastoralisme, Patrimoine, Territoires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.